Le Ticket Mode
Enquête Voyages

Le voile de Téhéran

Un regard, une expression, un sourire. Aucun mot ne pourra décrire ce que ressentent ces femmes. Il faut le vivre ou le voir de ses propres yeux. Elles ne demandent pas la pitié, simplement la liberté et de lever ce voile opaque sur leurs conditions au quotidien. Mère, cousine, sœur, mais avant tout être humain. Avec des devoirs, des droits, des envies. Non ce n’est pas une énième contestation féministe. Juste une réflexion sur un pays en pleine transformation : l’Iran.

Le point de départ ? Cinq magnifiques reportages proposés par Arté s’intitulant “un jour à Téhéran”. La simplicité d’une journée avec des gens au premier abord ordinaires mais au combien courageux ! Oui vous avez bien lu “des gens” car ces reportages ne mettent pas en avant que des femmes. Des hommes sont aussi à l’honneur. Une « claque » visuelle et d’ouverture d’esprit sur une population trop souvent dépeinte mais qui ne demande qu’à vivre comme tout le monde.


https://www.molotov.tv/fr_fr/p/51784-34/un-jour-a-teheran

Il était une fois l’Iran

La République Islamique d’Iran sous sa forme longue est un pays dont on entend souvent parler, pour les mauvaises raisons malheureusement. Présenté comme un pays en guerre, violent… Boycotté par l’ONU, isolé du reste du monde. Depuis peu et suite à la levée du boycott sur le nucléaire, l’Iran réapparaît sur la scène mondiale. Sa mutation se fait petit à petit et permet à la population d’envisager un nouvel essor pour les générations futures.

C’est dans cette optique que nous aurions aimé que ce soit l’épisode 2 du « Le monde est mon pays », et qu’après vous avoir présenté la Jordanie, nous partions à la rencontre de l’Iran. Malheureusement, ce n’est pas encore le moment de s’y rendre… Ce n’est qu’à travers internet que nous essayons de découvrir le fonctionnement de ce pays. Rien de promotionnel, juste un constat. Quoi de mieux que de découvrir la capitale d’un pays inconnu à travers le regard de sa population ?  Une esthéticienneun couple propriétaire d’un café mobile, une assistante socialeun maitre de cérémonie et un « planteur » de végétaux. Des personnes qui vous donnent le sourire, l’envie de vous rebeller, de relativiser, de partir à leur rencontre. Une belle leçon de vie et de motivation.

https://www.arte.tv/fr/videos/076608-001-A/un-jour-a-teheran/

Le regard des gens

http://golem13.fr/the-standing-march/

“On supporte mal le regard de ceux que l’on a déçus.” – Grégroire Lacroix

Comme un symbole, le premier reportage commence par un focus sur les yeux d’une iranienne dans un salon de beauté. Un regard expressif, lumineux, magnifique pour cette femme qui va se marier et voir le cours de sa vie changer. Leur avenir, ces gens l’espèrent meilleur et libres de leurs actes. Ils nous racontent leurs espoirs, leurs doutes… Car ici tout semble épié et jugé. Une femme non mariée à plus de 30 ans, un couple non marié vivant ensemble, une ancienne toxicomane éloignée de son enfant… Certains les fuient, comme la peste, comme si le fait de ne pas vouloir être commun était un crime.

Le luxe de la liberté

Qu’est ce que la liberté ? Facile à expliquer dans un pays qui la prône comme valeur inconditionnelle ? Pas sûr… Nous la définirons comme le fait de se lever en étant maître de son destin et de sa réussite, sans hiérarchie sociale. À savoir qu’un médecin n’est pas mieux qu’un boulanger, qu’un millionnaire ne doit pas avoir plus de pouvoir. Massoumeh  veut pouvoir gagner sa vie convenablement et se marier quand celui qui lui conviendra fera son apparition. Zekra et Farzad veulent continuer leur business via leur café itinérant et continuer de vivre en couple sans se marier. Ils ne recherchent pas le luxe, ne parlent pas de vivre dans un autre pays.

Réflexion

“Il est 20h bonjour, encore des explosions en Iran, dans ce pays en guerre et détruit”. A la une du Monde : l’Iran au bord du précipice…

Nous, dans notre canapé, yeux écarquillés “je n’aimerais vraiment pas y vivre”. La facilité de juger loin de la réalité. Non ce n’est pas un pays gangrainé par la barbarie et une population qui rêve de l’occident.  Et nous remercions Arte de nous le montrer. Car loin de la guerre, des débats géopolitiques incessants et souvent compliqués à comprendre, c’est agréable de voir une autre image de ce pays. Nous ne sommes personnes pour critiquer les média mais il serait peut être temps d’arrêter le “deux poids deux mesures”. Cessons de décrire la situation qui fera le plus d’audimat ou qui servira tel ou tel parti politique. Cessons de présenter le 93 comme la bassesse de France et Neuilly comme l’élite. Le lieu ne fait pas l’homme. Ce sont les valeurs, la foi, les croyances. Et puis les hommes de loi ne sont pas souvent le reflet de la population.

N’oubliez pas que “Le monde est notre pays”.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

La petite enquête sur les réseaux sociaux #1 : le coming out

Aurore ESCAMILLA

Le monde est mon pays II : La Géorgie

Jess Parisot

Le “feederisme” : manger ou grossir, il faut choisir !

Marjorie Bordenave

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des