Le Ticket Mode
Culture Voyages

Et si le tourisme de masse était un fléau ?

Si vous aimez voyager, alors vous aurez certainement remarqué que dans les plus belles villes du monde, on entend très souvent parler français, allemand ou anglais. Dans les rues de Venise, on a même parfois du mal à entendre parler italien.

L’autre face de la fontaine de Trevi. ©Vanina Istria

Ce qui gâche la visite d’un lieu touristique, c’est souvent le trop grand nombre de visiteurs. On a beau faire parti du lot, on aimerait bien explorer seul Angkor Watt ou Pompéi. Le nombre de touristes qui visitent les plus belles citées du monde est en effet chaque année de plus en plus élevé : les longues queues à l’entrée des musées ne représentent qu’un tout petit point négatif, et on est loin d’imaginer les méfaits de ce tourisme intensif sur la population locale.

Rome, un cas parmi tant d’autres

Lorsque l’on part en vacance à Rome, on veut tout voir : le Colisée, le Panthéon, la fontaine de Trevi, la Piazza Navona. A nous les glaces, les pâtes et les pizzas. Ce qu’on veut, c’est  envoyer de belles cartes postales et faire le plein de souvenirs. Le parfait voyageur que nous sommes ne pourra effectivement pas être déçu, puisque Rome regorge de monuments magnifiques, de petits restaurants excellents et bien sûr, de boutiques de souvenirs allant de l’artisanat à la camelote chinoise.

Pourtant les habitants de la ville éternelle sont victimes de leur succès et voient petit à petit Rome se transformer en musée à ciel ouvert, en parc d’attraction. Tout d’abord, habiter en centre ville devient trop cher, et les habitants originels sont obligés de s’exiler en périphérie. Ceux qui ont encore la chance de posséder un logement dans le centre le louent à des touristes, rentabilité oblige. Tous les logements mis en vente sont transformés en hôtels. Bon, il ne faut pas non plus noircir totalement le tableau il reste encore beaucoup de Romains dans la vielle ville. Cependant un autre problème se pose. Une bonne partie des commerces de proximité comme des épiceries, boulangeries ou boucheries ont été remplacées par des boutiques de souvenirs, ou des pizzerias un peu trop chères.

©Astérix et Obélix, “Le domaine des dieux”

Partir un jour, sans retour

Les romains fortunés qui ont su résister à l’inflation des prix du logement voient disparaître leurs boutiques préférées les unes après les autres. Ce phénomène n’est bien sûr pas exclusif à Rome : on peut l’observer dans de nombreuses villes d’Europe, et les beaux quartiers de Paris ne sont pas épargnés. Ce qui finit de contrarier les habitants de Rome, ce sont les sites archéologiques antiques. A cause des nombreuses crues du fleuves, tous les monuments antiques se sont retrouvés enterrés au fil des siècles sous plusieurs mètres de terre alors que les sites archéologiques les plus connus ont longtemps fait parti intégrante de la ville. Par exemple le forum était, jusqu’au 18ème siècle, une place où les bergers venaient faire boire leurs troupeaux.

©Vedutta di campo Vaccino, gravure, Piranese

La réalité, triste constat

Aujourd’hui c’est un trou béant dans le sol de la ville. Il en va de même pour le Colisée qui pendant longtemps était ouvert aux quatre vents, et qui aujourd’hui est clôturé, formant ainsi un obstacle. Ainsi, un habitant de Rome qui veut se rendre au Sud de la ville doit à un moment contourner les 2km2 de forum. Heureusement pour lui, il y a la via dei Fori Imperiali qui relie le centre au Colisée, suspendue entre deux forums : celui de César et celui d’Auguste. Un projet récent prévoyait de supprimer cette rue afin de relier les deux forums, et de créer un mega-site archéologique. Heureusement pour les romains, ce projet semble avoir été abandonné.

Emprise du forum ©Vanina Istria

Cependant ce type d’évolution nous amène à nous poser des questions sur notre façon de voyager et de visiter. Découvrir le monde est tellement enrichissant qu’il serait impensable de ne plus faire de tourisme. Alors, il faut apprendre à se perdre, à lâcher le guide et à découvrir le bar un peu miteux où on vous regardera de façon un peu étrange, et où vous mangerez la meilleure pizza de votre vie. Il faut vivre enfin cette aventure dont on rêve tous, et s’écarter du troupeau.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

When they see us : un regard sur la discrimination raciale et ethnique américaine

Aurore ESCAMILLA

Le méchant d’Avengers défenseur des théories de Malthus ?

Estelle Pereira

13 Reasons Why : dans la tête d’une adolescente suicidaire

Estelle Pereira

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des