Le Ticket Mode
Culture Histoire

SANKARA , SANKARA : le rêve éveillé

Résultat de recherche d'images pour "thomas sankara"

Force politique instrumentalisée, personnage mythique, Thomas Sankara reste aujourd’hui une figure héroïque africaine.

Anti-colonisateur, panafricain, homme politique intègre, force bruyante, appelé le « Che Guevarra » africain, figure emblématique et figure éponyme dans la culture actuelle ( “Appelez-moi doudou Sankara“, “Révolutionnaire comme Sankara“) Thomas Sankara laisse derrière lui, l’avenir d’une Afrique pas encore reconstruite et d’une révolution à peine commencée…

Qui est Sankara, cet homme qui roulait en R5 et qui laissait enfin la parole au peuple africain ? Quel héritage laisse-t-il ?

Thomas Sankara : héros panafricain ?

Résultat de recherche d'images pour "thomas sankara"

Le destin de Sankara était presque écrit, issu d’une famille modeste, le jeune peul au sourire immaculé blanc était déjà témoin de révolutions. Plus jeune, il se lie d’amitié avec celui qui préméditera son assassinat quelques années plus tard.

Thomas Sankara avait pris une position forte : «  le pays des hommes intègres » devra s’en sortir par lui-même et sans l’aide des pays Occidentaux. Il refuserait même de payer la dette africaine.

Les actions politiques et sociales de Sankara en boulversent plus d’un : programme de construction de logements, création d’une campagne de vaccinations, suppression des impôts agricoles, condamnation de la polygamie, interdiction de l’excision, son gouvernement accueille aussi des figures féminines.

Il compte sur le soutien spirituel de ses pères panafricanistes Patrice Lumumba ou encore Nkwame Nkrumah.

Dénonciateur de la néo-colonisation, fervent acteur de la protection de l’environnement, Sankara est clair : les Africains doivent s’en sortir par eux-mêmes.

Sa prise de position est entachée d’erreurs : il le sait maintenant, il doit décider avec le peuple africain.

Il pressent le Coup d’Etat organisé par Blaise Compaoré  : il est éxécuté le 15 octobre 1987, « C’est à moi qu’ils en veulent » dit-il en se rendant.

Thomas Sankara et les 600 orphelins : le rêve de l’Afrique assassinée

Résultat de recherche d'images pour "burkina faso 1980S"

Arrivé au pouvoir, Sankara envoie 600 orphelins sur une île lointaine : Cuba « avec la mission d’apprendre un métier et revenir développer leurs pays en pleine révolution ».

600 orphelins éparpillés, c’est l’espoir que Thomas Sankara laisse derrière lui :

« Vous n’avez pas d’écoles, vous n’avez pas d’hôpitaux, vous n’avez pas de barrages, vous n’avez pas de caniveaux, vous n’avez pas de routes, vous n’avez pas assez de bureaux, très bien. Vous les aurez ! »

Le rêve est bancal et désillusionné : certains enfants tentent de fuguer et l’adaptation se fait difficilement, beaucoup d’entre eux finissent par recevoir une formation militaire et se lient d’amitié avec les Cubains sur place.

Sankara, en figure paternelle n’oublie pas se rendre sur place et de leur rappeler leur devoir : ils se doivent d’être exemplaires et de revenir aider au pays.

La mort de Sankara vient bouleverser ces plans : Blaise Compaoré ne veut plus de révolutions, les enfants de Sankara doivent se désunir. Certains sont marginalisés, chassés, beaucoup peinent à s’en sortir.

Que sont devenus ces orphelins ? Quelle est la suite de l’histoire ?

SANKARA, SANKARA…

« L’esprit de liberté, de dignité, de compter sur ses propres forces, d’indépendance et de lutte anti-impérialiste doit souffler du Nord au Sud, du Sud au Nord et franchir allègrement les frontières. D’autant plus que les peuples africains pâtissent des mêmes misères, nourrissent les mêmes sentiments, rêvent des mêmes lendemains meilleurs. »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

Rhythm And Poetry: Rap, vous avez dit Rap?

Ric

L’interview musique #2 : Grayssoker

Fanny Pourpre

“Noire n’est pas mon métier !”

Marjorie Bordenave

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des