Le Ticket Mode
Bien être

Rencontre : Valentin Chevillot, coach de vie

Il y a deux ans, Valentin fait le choix d’abandonner ses études de commerce pour choisir la voie entrepreneuriale dans le domaine de la remise en forme. Il nous raconte comment cette expérience l’a changé.

Je suis le véhicule pour que les personnes deviennent la meilleure version d’elles même.

Cette idée, Valentin l’avait depuis toujours dans un coin de sa tête mais n’avait jusqu’à récemment jamais eu les moyens de le faire. Avec les bons contacts et quelques expériences professionnelles, il a finalement pris la décision de quitter son école de commerce qui était devenue un frein pour lui pour se concentrer sur un choix de vie qui allait l’épanouir.

Comment ça marche ?

Aujourd’hui, Valentin accompagne de nombreuses personnes qui souhaitent se remettre en forme (nutrition et activité physique) et/ou entreprendre. Pendant le confinement, il a d’ailleurs proposé à ses abonnés des séances de sport en live.

Dans son métier, Valentin a l’habitude de fonctionner en équipe pour bénéficier du cerveau collectif et travailler ensemble.

Quelles sont les personnes coachées aujourd’hui ?

Pas de profil type pour Valentin. Parmi les personnes qu’il accompagne, certaines sont atteintes de diabète, d’autre cherchent à perdre du poids ou au contraire en gagner. Il y a aussi des sportifs qui cherchent à regagner ou maintenir leur forme.

Derrière chacune de ces personnes se cache une histoire que Valentin montre et raconte fièrement sur ses réseaux sociaux.

Actuellement, la plus belle histoire que nous sommes en train de créer, c’est celle d’Émeline. Elle a 18 ans et est dans une situation où il était vital qu’elle prenne une décision pour sa santé. Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi déterminée et en phase avec soi même. C’est une fille qui s’écoute énormément et a une énergie incroyable. Au delà du changement physique, cet accompagnement a changé son état d’esprit.

La nutrition, carte maîtresse du bien-être

Plus que pour perdre du poids ou prendre de la masse musculaire, Valentin explique que la nutrition est l’essence même de notre construction physique et mentale. La malnutrition peut entraîner de graves problèmes psychiques et physiques, aussi, chaque étape de la journée ne doit pas être sous estimée. Un travail est fait sur l’hydratation, les collations et les carences.

Notre concept est basé à 80% sur la nutrition et à 20% sur l’activité physique. C’est le soutien mental qui fait toute la différence. Aujourd’hui on sait tous comment perdre du poids, gagner de la masse ou de l’énergie. Si on ne le fait pas, c’est souvent parce qu’on est seul, qu’on a la flemme ou qu’on se démotive.

L’effet de groupe, c’est la stratégie bien-être sur laquelle Valentin a souhaité miser.

Un espace bien-être pour motiver les troupes

Créer un local dans lequel les adeptes toulousains pourraient se retrouver pour prendre un petit déjeuner sain, discuter, trouver des informations autour de la nutrition ou s’essayer à des activités physiques, c’était le rêve de Valentin. Si le Covid-19 a eu raison de ce local qui a vécu XX, l’entrepreneur ne se démotive pas et compte bien renouveler l’expérience.

Valentin compte bien revenir sur les devants de la scène dès que les conditions sanitaires le permettront. L’événementiel sportif, les brunchs et autres activité du type reprendront dans un deuxième temps.

Mais au final… Qui est Valentin Chevillot ?

“Pour te raconter mon histoire, j’ai commencé à souffrir d’une maladie dégénérative de la hanche à l’âge de 5 ans. Cela m’a empêché de marcher normalement. À 6 ans, je me fais opérer et plâtrer du haut du ventre en bas des jambes. En plus de mon jeune âge, c’était invivable en terme de température : 2003 était une année de grande sécheresse. Tu comprends pas trop pourquoi tes copains peuvent courir, faire ce qu’ils veulent et pas toi.

Pendant 5 ans, j’ai eu droit au fauteuil, aux béquilles ; mais j’ai surtout accumulé beaucoup de frustration parce que je ne pouvais pas être “quelqu’un de normal”. À l’âge de 10 ou 11 ans, je finis enfin par être libéré et pouvoir agir normalement. mais je vais perdre quelqu’un d’important pour moi, qui m’a toujours poussé à croire en mes rêves : mon père.

Cette situation m’a fait prendre beaucoup de poids. J’ai donc commencé à faire du sport, je me suis mis à faire du foot sérieusement. Mais j’ai rapidement été limité, dans la mesure où mon alimentation n’était pas adéquate. Comme beaucoup de jeunes, je consommais beaucoup de sucre. J’ai donc commencé à m’intéresser un peu plus à l’alimentation et j’ai fait l’erreur d’être beaucoup trop stricte avec moi même.

J’ai finalement compris qu’il y avait des façons plus intelligentes d’y arriver et j’ai rencontré les amis avec lesquels j’ai développé ce concept auquel on croit aujourd’hui.”

Les conseils du coach

Pour Valentin, on a souvent tendance à vouloir agir seul. Si certains sont capables de changer seuls, beaucoup se démotivent et se créent des carences, faut de connaissance. Il ne faut pas hésiter à demander l’aide de professionnels pour un accompagnement et surtout, savoir pourquoi on souhaite entreprendre ce changement. Enfin, il souligne que se faire accompagner, c’est aussi comprendre de quoi son corps a besoin avant de vouloir tout supprimer.

Retrouvez Valentin sur Instagram.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

Défi 1 mois sans alcool … la fête est-elle plus folle ?

Lorry Mosin

S’affirmer, sans aggressivité : le jeu des énérgies

Fatou Tigana

Il n’y a pas que les anges qui ont des “auréoles”

Olivia

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des