Le Ticket Mode

Les transformations capillaires… Toute une histoire ! Car qui n’a jamais voulu changer de tête au grand désespoir de son coiffeur ? On se souvient  encore de son expression faciale après lui avoir annoncé qu’on désirait un jolie blond polaire à la place de notre sulfureuse crinière de feu… Une chose est sûre, il a failli en perdre ses cheveux ! Mais vous, dans cette histoire, savez-vous d’où viennent les colo’ ? Zoom…

Du sang de boeuf et des têtards brouillés… 

Parce qu’il faut toujours remonter à l’époque de l’antiquité, la petite histoire de la coloration voit le jour en Egypte et avec Cléopâtre (il faut toujours qu’elle fourre son nez partout celle là). A cette période de l’Histoire, on pouvait bien évidemment compter sur Mère Nature pour changer de tête. Les substances végétales, comme le henné – pour foncer- et la camomille – pour blondir- étaient très utilisées. Seulement, il fallait ajouter un peu de sang de boeuf ou de têtards brouillés à la recette… Certes, le mélange était peu ragoûtant mais contrairement à aujourd’hui, tout était naturel !

Cléopâtre – Lille Lettré

La “dé”coloration au Moyen-Âge !

Inutile de vous rappeler que la technique évolue en fonction des tendances. Et au Moyen-Âge, le blond et le roux sont les deux grands canons de beauté féminine. Alors forcément, les brunes devaient trouver quelques stratagèmes pour décolorer leurs cheveux. Quand certaines femmes restaient de nombreuses heures au soleil, d’autres  faisaient cuire de la paille d’avoine ou des fleurs de genêts. Elles obtenaient de magnifiques reflets blonds mais à quel prix ? Car il est évident que le soleil et la chaleur assèchent notre fibre capillaire ! Bonjour les dégâts…

La découverte de l’eau oxygénée 

La décoloration perdure et depuis des siècles, le blond est toujours aussi tendance. Coup de génie, vers 1819, Louis Jacques Thénard découvre l’eau oxygénée. Elle sera utilisée à outrance pour obtenir des cheveux d’or. Seulement, il faudra attendre les années 1860 pour que son utilisation soit intégrée dans les produits de beauté.

Révolution de la coloration 

Le 20ème siècle est sans aucune doute LE siècle de la révolution capillaire sûrement dues aux innovations scientifiques nombreuses. En 1907, Eugène Schueller – futur fondateur de L’Oréal – met au point les premiers hennés à base de sels minéraux.  Et vingt-et-un ans plus tard, en 1928, la première teinture, à partir de colorants organiques, est élaborée : L’IMEDIA. Il s’agit de la première coloration scientifique crédible.

Eugène Schueller – L’Oréal

Depuis, les colorations n’ont cessé d’évoluer. Récemment, la griffe de beauté, L’Oréal, a sorti ses toutes dernières colorations temporaires “Colorista”  aux teintes de l’arc-en-ciel. Du rouge, du vert en passant par le bleu ou le violet… Tout est désormais possible dans le but d’assouvir toutes vos folies capillaires. Votre coiffeur n’a pas fini d’en baver !

Colorations “Colorista” – L’Oréal
Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

La petite histoire #66: La Piña Colada

Alexandra BRIEZ

Agence Wanted, être beau différemment

Maÿlis Magon de la Villehuchet

Complètement mordues du “Vampire lift”… Faut-il vraiment craquer ?

Marion Vuebat

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Commentaires
0 Réponses
0 Abonnés
 
Commentaire le plus populaire
Commentaire avec le plus de réponse(s)
1 Nombre d'utilisateurs
Joyful Dreams Utilisateurs récents
  S’abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Joyful Dreams
Invité

Tu vas rire, je lis ton article justement en laissant reposer sur ma tête une coloration végétale maison 🙂 Du coup pour faire passer le temps de pause, j’étais en train de glander un peu sur Facebook et je suis tombée sur ton article. Très intéressant au passage 🙂 J’ai appris beaucoup de choses que je ne savais pas. Merci à toi !