Le Ticket Mode
Billet Enquête Réseaux sociaux

Je swipe donc je suis : la nouvelle vie virtuelle des adolescents

Tik Tok, Triller, Askip, Yubo ou encore Messenger Kids by Facebook, si ces applications ne vous disent rien c’est que vous avez plus de 20 ans ! Les réseaux sociaux so 2000 tels que Facebook, Twitter ou encore Snapchat sont en passe d’être boycottés par la nouvelle génération. Loin d’être très contrôlés et loin des yeux de leurs parents, les adolescents sont livrés à eux-mêmes dans cette vie virtuelle sans frontières et sans lois.

L’hyperconnexion des adolescents

84% des adolescents (13-19 ans) et 24% des pré-adolescents (7-12 ans) ont un téléphone portable et l’utilisent au moins deux heures par jour, selon l’étude Ipsos Junior Connect’2018.

Le mal du 21e siècle, serait-il l’hyperconnexion ? Du burn-out au FOMO, notre société entre dans cette ère numérique si propice à cette connexion sans limite et sans fin. Les réseaux sociaux sont de loin les points de contacts privilégiés des adolescents. Ils y trouvent de la nouveauté et de l’immédiateté au travers d’une consultation quotidienne.

En pleine quête identitaire, les adolescents sont en contact permanent avec cette frénésie numérique de la vie “parfaite”, du corps “parfait”, du mode de vie “parfait”.  Une vision utopique d’un monde irréel qui mélange réalité et fiction.

Les réseaux sociaux accentuent la quête d’un corps sans défaut et d’une vie réussie qui peuvent créer de véritables troubles à l’adolescence.

Live story, photos instantanées, musique, jeux, série, … tous les contenus numériques sont à portés de main via smartphone, tablette ou ordinateur. Comme le relèvent les Académies des Sciences, de la technologie et de la médecine, le problème se trouve plus dans le “contenu que dans [celui de] la quantité”.

Des nudes et de l’hypersexualisation, place au Tinder des moins de 18 ans !

Bienvenue au petit dernier des applications de rencontre, Yubo. Lancée en 2015, sous le nom de Yellow, l’application a pour vocation d’ “aider les jeunes à se faire des amis à proximité de chez eux ou dans le monde entier“. L’application compte désormais près de 20 millions d’utilisateurs, dont 5% de Français. Ils sont âgés entre 13 et 17 ans et surfent sur les platebandes des utilisateurs de l’application de rencontre Tinder, interdit aux mineurs. A savoir que l’âge minimum d’inscription à Yubo est de 13 ans.

Résultat de recherche d'images pour "yubo"

Source : Le Point

Comme son homologue pour adulte, l’application propose de “swiper” les profils soit à droite soit a gauche mais va plus loin en proposant des “live” regroupant pas moins de 10 participants qui peuvent se filmer et diffuser leur contenu.

“Aider les jeunes à se faire des amis” voici le précepte de départ aujourd’hui l’application est le lieu des rencontres amoureuses, voir des relations sexuelles occasionnelles. Mais les jeunes filles sont victimes de “misogynie” subissant une pression pour envoyer des photos ou vidéos très intimes. D’après les propos recueillis par Le Point, certaines auraient même subies du chantage et du harcèlement. Il faut savoir que les photos et vidéos peuvent être échangées dans les groupes privés, cela donne souvent des “procès” où les adolescents jugent sans filtres les physiques des jeunes filles.

La violence verbale des adolescents n’est pas la seule menace du site de rencontre, on y rencontre aussi des “prédateurs adultes” qui se font passer pour des adolescents. Sacha Lazimi, co-fondateur de Yubo, révèle dans Les Echos “si l’on détecte des discussions ou des gestes inappropriés, nous notifions de suite le participant et le bloquons si nécessaire”. Et pourtant, il aura fallu 4 jours aux algorithmes pour démasquer le journaliste

L’éducation sexuelle comme clé du dialogue

Aujourd’hui, l’éducation sexuelle passe par les contenus numériques et notamment les séries. Véritable canal de communication pour parler pour les jeunes par les jeunes et avec les jeunes, les “teen show” deviennent plus adultes et responsables.

De la série 13 Reasons Why à la série Elite, les réalisateurs ne se privent pas d’exposer une réalité, parfois morbide, de cette jeunesse à l’heure du cyberharcèlement et de la violence numérique et physique. Une réalité qui éduque nos adolescents dans un quotidien drivé par l’irréel.

Le 16 juin prochain, HBO lancera la série Euphoria. Elle propose de suivre  “un groupe de lycéens qui découvrent l’amour et l’amitié dans un monde de drogues, de sexe, de traumatismes et de réseaux sociaux.”

Doit-on réguler plus drastiquement l’utilisation des réseaux sociaux et plus largement les applications des jeunes générations ? L’interdiction des téléphones portables dans les écoles est-elle suffisante pour sécuriser la vie de nos enfants ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

Les 10 commandements des soldes expliqués à un homme

Ornella Van Caemelbecke

Les Français et le sexe : préliminaires d’une enquête

Aurore ESCAMILLA

Rana Plaza, six années après le drame

Alexandra Reynaud

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des