Le Ticket Mode
Non classé

L’évolution du méchant dans les films et séries.

Depuis quelques années je remarque que le modèle du méchant fascine et a radicalement changé, j’ai l’impression qu’aujourd’hui soit tu es un mouton, soit tu es un méchant ?? 

Avant les années 2000 le méchant, le bad guy est perçu comme l’ennemi du héros, nous ne connaissons ni son passé ni sa vie mais tout le monde s’enfout vu qu’il va crever et que dans les 30 premières secondes du film, on va te le révéler.

Le héros lui aux antipodes est un beau mec, gueule saillante ,regard ténébreux tandis que le méchant était un type pas vraiment beau mais énervé près à détruire constamment tout ce qui l’entoure. 

Aujourd’hui le méchant semble plus réfléchi, il peut être élégant ou mis en valeur et surtout ne meurt pas constamment à la fin ou moins! Merci !

En 2006 nous sommes présentés à ce personnage de la série éponyme Dexter, qui est expert médico-légal en analyse de trace de sang. Quand il n’est pas au labo il est à la recherche de son prochain meurtre. Ce personnage est intéressant par ces différentes facettes, il est méchant dans le sens où il massacre des gens mais ceux qu’ils tuent, sont des meurtriers. Il fait sa propre justice. 

purebreak.com

Dexter est perturbé depuis sa tendre enfance, son personnage est rongé par son assouvissement meurtrier. Il nous paraît sympathique mais ne créait pas une empathie pour autant.

En 2008 dans un autre registre Breaking bad est une série qui met en scène un professeur de chimie Walter White, qui suite à la découverte de son cancer se voit muter, évoluer en baron de la drogue. Il fait le choix de vivre, il ne sait plus combien de temps il lui reste, la moralité n’est plus. Nous découvrons un personnage égoïste, révolté et sanguinaire à ces heures.

Walter White devient sombre suite à ce constat, il peut mourrir à tout moment, il décide de vivre et de n’avoir donc aucun regret.

www.erenumerique.fr

Par le questionnement de son statut, il nous pousse à la réflexion et à l’empathie envers lui. Nous sommes spectateur de sa difficulté à trancher entre sa famille et son business. Avec l’écriture de ce personnage qui est entre le père de famille protecteur et le tyran manipulateur sanguinaire, le rôle du méchant est mis à l’honneur car il est nuancé et plus complexe.

Les scénaristes vont allés encore plus loin sur le développement personnel de leurs personnages. Il est possible d’expliquer cette approfondissement au vu de la durée d’une série aujourd’hui. Il semble logique que le cinéma doit être des plus inventifs pour compenser ce manque de temps dans sa narration.

Dans la dernière production de DC comics, c’est l’histoire du Joker qui inspire le réalisateur Todd Phillips. L’ennemi numéro 1 de Batman dénonce une société au bord du chaos, et ce malgré lui à devenir le symbole d’un mouvement contestataire.

giphy.com

Plus récemment, c’est une série qui a retenu toute mon attention avec la construction de son personnage évolutif dans manhunt unabomber.

Le bad guy est au premier abord présenté comme un type malsain, fou et destructeur. Plus nous avançons dans l’histoire et plus nous découvrons un individu sensible, terriblement seul, trahi par ses quelques proches et incapable de se reconnaître dans ce monde. Il deviendra l’unabomber, l’homme qui envoie sur terre des colis piégés à des personnes précises qui sont pour lui responsable de cette conformité universelle. 

yahoo.com

Au delà de ses actes, il souhaite dénoncer les injustices de ce monde, ça ne vous rappelle rien? J’ai un gros nez rouge,des traits sur les yeux **

Dans ces deux exemples ci-dessus nous avons une autre mutation, une autre compréhension de cette personne qui cherche dans un premier temps à nuire.

Au delà de leur sensibilité et de leur mal-être qui les habitent, nous avons deux antagonistes qui vont devenir malgré eux une sorte de martyre, de symbole. Dans les deux productions nous les voyons grandir dans un monde inhospitalier, il pense être aimé et non manipulé. Or c’est bien le cas et ils vont trouver un moyen de se faire entendre dans ce monde qui ne leur permet pas l’expression, la compréhension et l’acceptation de l’autre.

Dans Joker, Arthur Fleck explique au présentateur du show le fait qu’il soit différent, et que si il n’était pas cette bête de foire, il ne serait pas invité et non reconnu par les médias ou le monde qu’il entoure.

Dans Manhunt Unabomber, Ted Kaczynski s’est exclu du monde, il ne vit pas au crochet de la société, il est dans une cabane en bois où il a son jardin avec ses salades et autres. Le seul lien qui le lie  avec le monde, c’est la fabrication de ses bombes artisanales, c’est plus ou moins son seul moyen d’expression. Ancien doctorant et professeur à l’université de mathématiques , il avait écrit une thèse à l’époque sur sa vision du monde.

Quoiqu’il en soit le rôle du méchant semble nous montrait la voie et devient même inspirant ce qui à l’époque ressemblait plus au modèle du héros.

A t on besoin de personne hors système pour comprendre notre système?

Le méchant semble avoir la côte actuellement du darkvador qui a souhaité défier la force au Joker récompensée avec un lion d’or pour la 76e édition de la Mostra à Venise. Plus qu’un créateur de l’empathie, il peut être maintenant perçu comme un messager plutôt qu’un vulgaire pantin ou punching-ball du héros.

giphy.com
Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

Curieuse nocturne : passez une soirée avec Cézanne !

Elodie Honorine

90’s, une ode à la vie, au skate et à la famille qu’on se crée

Coline Pautier

Le Clos Saint-Fiacre

Alexandra BRIEZ

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des