Le Ticket Mode
Culture Lecture Livres

Le Ticket Mode se livre #16

Le Ticket Mode se livre revient avec une nouvelle édition. Malgré le confinement, on ne perd pas nos bonnes habitudes de lectrices et lecteurs avertis ! Nos deux book-addicts vous proposent une sélection haut en couleur avec du roman policier, à la science-fiction en passant par du réalisme. Il y en aura pour tous les goûts.

La sélection de Fanny

Sexe, meurtres et cappuccino – Kyra Davis

Je ne vais pas vous mentir, j’ai lu ce livre uniquement pour le titre. Meurtres et cappuccino réunis, il ne m’en fallait pas plus pour me lancer. Sans même jeter un œil au résumé, j’ai tourné la première page et me suis plongée dans les folles aventures de Sophie. Petit coup de cœur, ce livre est bourré d’humour tout en conservant son aspect sérieux : un meurtre déguisé en suicide et une romancière en proie à un tueur en série. Ce que j’ai le plus apprécié est sans aucun doute possible les personnages. Afin de survivre, notre personnage principal va mettre en place une équipe de choc, aussi improbable que loufoque et attachante. Leurs personnalités aussi différentes les unes des autres donnent un plus à l’histoire et aident beaucoup à l’humour du livre. L’histoire est prenante, l’intrigue bien rythmée et le livre rapide à lire. Rien de mieux pour s’offrir un petit moment évasion.

Résumé :

Tout le monde ne parle plus que de ça ! Le dernier best-seller de Sophie Katz, Sex, Drugs and Murder, va être adapté au cinéma par Alex Tolsky, célèbre producteur hollywoodien. Enfin ça, c’était avant qu’on ne retrouve le producteur mort dans sa baignoire… D’après la police, il s’agit d’un suicide, mais la romancière n’est pas du tout de cet avis ! Après avoir fouiné un peu partout, pour Sophie, c’est très clair : le producteur a été assassiné, exactement comme dans l’une des scènes de son dernier film… Et ce qui est encore plus fou, c’est qu’elle est persuadée d’être la prochaine cible du tueur…

Une mariée de trop – Louise Vianey

Agréablement surprise, voilà ma première impression. En ouvrant le livre, je ne m’attendais pas à une telle histoire. Pourtant, au bout de quelques pages seulement, je me suis retrouvée happée par ma lecture. Un mariage qui vire au cauchemar, « l’ex » jalouse soupçonnée de meurtre, un secret de famille, à priori rien de bien original. C’était sans compter sur l’auteure qui, très vite, entre dans l’action, sème des indices et nous entraîne dans une enquête pour le moins rocambolesque. Si dès le départ un indice apparaît tel une évidence et nous donne une piste essentielle sur le fin mot de l’histoire, l’enquête n’en reste pas moins un véritable casse-tête. J’irais même jusqu’à dire que j’ai autant galéré que le personnage principal. Par moments les pièces du puzzle semblent s’imbriquer, mais quelques lignes plus loin, toutes les théories tombent à l’eau ou sont remises en question. Une chose est sûre, ce roman tient en haleine et ne laisse pas de place à l’ennui.  

Résumé :

Le jour de son mariage, Margot retrouve son futur promis à l’église… en train d’en épouser une autre. Et le pire est à venir.

Gabriel son fiancé l’avait prévenue : ce moment serait une surprise inoubliable. Mais comment imaginer qu’il serait en réalité le plus terrible de son existence et le début d’une spirale infernale ? Car dès le lendemain, un inspecteur annonce à Margot que la mariée a disparu… et qu’elle est la première suspecte. Que cache Gabriel ? Vengeance ou manipulation ?

Pour se sortir de ce piège, la jeune femme se lance dans une enquête semée d’embûches. Ses recherches la ramèneront vers son passé, les secrets enfouis de sa jeunesse à Noyon… et sur la route d’un criminel en puissance.

Le bookclub de Marjorie

Réparer les vivants de Maylis de Kerangal

Afficher l’image source
Réparer les vivants

Ce livre est une véritable découverte et un coup de cœur (sans jeu de mot) ! L’auteure traite de la chose la plus importante pour nous tous, êtres humains, la vie. Maylis de Kerangal parle de cette fragilité humaine et propose d’explorer toutes les frontières possibles entre la présence et la disparition. Une belle manière de se questionner autour de grands concepts philosophiques : le corps et l’esprit, la place de la religion, la sacralisation du corps, la mort.

On ne cesse de vouloir savoir et comprendre ce qui se passe après la mort. Une des réponses de l’auteure est de montrer ce qui se passe entre la vie et la mort, cet instant si fragile et suspendu hors du temps. Ce moment est symbolisé par l’hôpital, et plus particulièrement le service de réanimation, qui représente un espace communautaire où on frôle la vie et la mort de très près à chaque instant.

« Au sein de l’hôpital, la réa est un territoire à part qui accueille les vies tangentielles, les comas opaques, les morts annoncées, héberge ces corps exactement situés entre la vie et la mort. Un domaine de couloirs, de chambres, de salles, que régit le suspense. Révol évolue là, au revers du monde diurne, celui de la vie continue et stable, celui des jours qui s’enquillent dans la lumière vers des projets futurs, œuvre au creux de ce territoire comme on trafique à l’intérieur d’un grand manteau, dans ses plis sombres, dans ses cavités. »

Extrait du livre Le sang des immortels

Nous ne pouvons que vous conseiller ce magnifique roman qui saura vous mettre dans toutes sortes d’émotions, de la colère, à l’amour en passant pas l’indignation face à tout ce système. Alors bonne lecture !

Résumé :

“Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps.” Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de geste, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le cœur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.

Le sang des immortels de Laurent Gennefort

Le Sang Des Immortels   de laurent genefort  Format Poche
Le sang des immortels

Laurent Gennefort nous compte un monde perdu et hostile couvert d’une jungle impénétrable. L’intrigue du livre tourne autour de quatre aventuriers et un guide, Affer le mercenaire, Nemrod le chasseur fortuné, Joker l’ancien prêtre et Liaren l’anthropologue, venus pour la quête du “Drac”, un monstre vénéré comme un Dieu et très légendaire par son immortalité. Le sang des immortels propose une série d’innovations technologiques tout aussi séduisantes les unes que les autres vivants dans un écosystème très complexe qu’est cette jungle extraterrestre.

Un monde original qui saura vous captiver par la description précise et sans défauts d’une faune et d’une flore diversifiées. Ce livre est très facile à lire et est une bonne référence pour une lecture rapide et distrayante dans le domaine de la science-fiction. Il saura vous faire réfléchir sur la place de l’Homme dans son environnement, et en particulier dans un environnement hostile.

Résumé :

“Ils sont quatre : Affer le mercenaire, Nemrod le chasseur fortuné, Joker l’ancien prêtre et Liaren l’anthropologue. Quatre aventuriers venus sur ma planète pour traquer le Drac, cet être légendaire dont le sang offrirait l’immortalité. Quatre chasseurs… et moi, leur guide, qui prendrais bien la poudre d’escampette si la prime n’était pas aussi alléchante ! Chacun a ses motivations, chacun a ses secrets. Pour réussir notre expédition, il nous faudra affronter la Maréselva, la forêt qui ne fait qu’un avec l’océan, et ses mystères : des rebelles autonomistes, une flore hostile, une faune sauvage et peut-être, au bout de l’enfer, le Drac”. Le sang des immortels est un récit d’aventures inventif qui plonge le lecteur en pleine jungle extraterrestre hostile pour une traque redoutable.”

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

HHhH : l’enfer et son visage

Estelle Pereira

Versailles, saison 3 : un monde parallèle à l’histoire

Estelle Pereira

Cinq bonnes raisons de regarder Peaky Blinders

Estelle Pereira

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des