Le Ticket Mode
Culture Enquête

Le cas Tara Farès, une remise en question de la liberté

Le 27 septembre 2018, le destin bascule pour Tara Fares, une jeune femme de 22 ans ex-Miss Irak et influenceuse. Le motif ? Sa liberté qu’elle affichait sur ses différents réseaux sociaux.

Elle changeait de couleur de cheveux comme elle changeait de vêtements, et cela ne plaisait pas à une Irak un poil conservatrice. Alors qu’elle avait pu voyager un peu partout en Europe grâce à l’obtention de son titre de Miss, Tara avait importé la vie à l’européenne en rentrant au pays.

Tatouages, couleurs, cigarettes … Si tout ceci est complètement démocratisé en Europe, cela lui a amené des ennemis en Irak : des détracteurs et détracteuses qui déversaient leur haine sur les réseaux sociaux.

Avant de devenir Miss Bagdad et Miss Irak, Tara Farès était plutôt le genre de fille à ne pas faire de bruits. Issue d’une famille chrétienne, elle se convertie à la religion musulmane à l’âge de 6 ans. En grandissant, elle découvre ce monde dans lequel les petites filles sont vues comme de potentielles futures femmes, traquées par ces mères avides de marier leur fils. À l’âge de 16 ans, c’est donc ce qui lui arrive.

Mais Tara déchante : après avoir eu un fils, Amir, elle quitte son mari, se rendant compte que l’amour, le vrai, ce n’est pas celui-ci. Pas celui où la violence règne.

“Quand les hommes me donnaient leurs numéros, me parlaient, me draguaient après l’école, ce n’était pas très important pour eux que je sois ou non voilée, tout ce qui leur importait était de savoir si la couleur de ma peau était assez blanche. J’ai réalisé que les gens en Irak étaient juste intéressés par le corps, l’aspect physique.”

Parce qu’elle prônait sa liberté, les menaces ont commencé à pleuvoir et Tara a été obligée de mettre à l’abri les siens hors du pays, dans un appartement qu’elle a acheté en Jordanie.

De son côté, elle n’a le coeur de vivre loin de l’Irak, mais la ville de Bagdad devient trop dangereuse… Elle décide donc d’aller à Erbil, capitale du Kurdistan, une région autonome située au Nord de l’Irak.

Malheureusement, c’est son combat contre cette société conservatrice et extrémiste qui l’a tuée. Elle est partie, avec d’autres femmes qui elles aussi, tentaient de vivre leur liberté.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

La légende Hawking : l’histoire d’une vie et d’une maladie

Fanny Pourpre

Malaga, la destination espagnole à ne surtout pas rater

Aurore ESCAMILLA

La petite histoire #21 : la Pin-up !

Aurore ESCAMILLA

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des