Le Ticket Mode
Non classé

La tendance du “no makeup” : vers un boycott des industries cosmétiques ?

Le gloss, les paillettes, les couleurs néon en petite touche : l’été 2020 est riche en tendances maquillage. Pourtant, une autre mouvement fait surface depuis le confinement, celui du “no makeup”. 

Le retour à un mode de vie plus sain

Vous n’êtes pas sans savoir que les tendances en termes de mode de vie ont fortement évolué ces dernières années en s’orientant vers quelque chose de plus sain, naturel et écologique. Finalement, la tendance du no makeup est sans doute une étape de plus dans ce cheminement. 

Les cosmétiques et produits d’hygiène ont un impact sur la santé. Vous saviez que tout ce que vous appliquez sur votre peau se retrouve dans le sang seulements quelques minutes après l’application ? Il est même dit que les produits chimiques contenus dans les cosmétiques sont plus dangereux encore que ce que nous mangeons, dans la mesure où ils entrent dans notre corps sans avoir été filtrés par la salive par exemple, pour atteindre directement des organes comme les reins ou les intestins.

Heureusement, des applications comme Yuka nous permettent aujourd’hui de tester et analyser en profondeur la composition de nos produits cosmétiques. Ces nouveaux outils ont très certainement aidé à favoriser l’implantation de la tendance “no make-up” dans notre société. 

Quand les célébrités s’adonnent au “no makeup”

Si certaines célébrités comme Cameron Diaz ou Beyoncé adhèrent à ce mouvement en postant un selfie sur les réseaux sociaux, d’autres comme Scarlett Johansson vont jusqu’à shooter pour le magazine Vanity Fair au naturel. 

La célèbre chanteuse Alicia Keys quant à elle, est allée plus loin en décidant d’en faire une chanson. Elle est d’ailleurs apparue sans maquillage sur les plateaux de télévision et sur scène pour l’interpréter. 

No makeup par Alicia Keys
Alicia Keys

Ces stars encouragent le mouvement du “no make-up” qui résonne comme une forme de militantisme pour lutter contre les diktats de la société. 

Les influenceuses comme Jade Leboeuf ou Marie Lopez ont elles aussi pu participé à ce mouvement en postant des photos d’elles démaquillées avec leurs cicatrices d’acné et boutons.

No makeup par Jade Leboeuf
Jade Leboeuf

Un bon dimanche à vous tous ✨ Ce week-end pour moi c’est no make up, j’assume mes taches d’acné et mes quelques boutons… même si c’est pas évident et que j’ai tout de même envie de les camoufler. #beyourself #noshame #acceptyourself #acnepositivity #sundayvibes

Jade Leboeuf

Comme beaucoup d’autres, Marie Lopez alias EnjoyPhoenix ne s’était jamais montrée démaquillée sur son compte Instagram. Aussi, cela lui a demandé beaucoup de courage de rédiger ce post dans lequel elle partage un message fort : celui de l’acceptation de soi. 

“Je ne poste jamais ce genre de photo sans maquillage, à peine réveillée, mais parfois ça peut aussi vous montrer que rien n’est parfait sans quelques artifices. Apprenez à vous aimer, moi j’y travaille toujours, mais ça viendra !”. 

Marie Lopez

Malgré tout, ces messages positifs rappellent une fois encore que les réseaux sociaux ne reflètent pas toujours la réalité.

Le saviez-vous ? 

Les françaises dépensent en moyenne 6,80 euros par jour en produits cosmétiques, soit 2 482 euros par an.

Le confinement a eu raison du makeup…

Autre phénomène qui a lui aussi encouragé le naturel : le confinement nous a donné des envies de cures de sébum, de masques naturels mais aussi et surtout : de laisser notre peau respirer. 

Dans un premier temps, beaucoup de femmes ont arrêté de se maquiller pendant le confinement parce qu’elles ne sortaient plus, parce qu’elles étaient en télétravail et n’avaient pas de visio conférences ou encore pour des raisons plus pratiques : aucun intérêt à porter un rouge à lèvres lorsque l’on porte un masque par exemple…

Le confinement nous a par ailleurs permis de prendre conscience de notre consommation en cosmétiques et des produits néfastes que l’on utilise. En consommant mieux, on recherche davantage à protéger notre peau, notre santé, mais aussi la planète et l’économie locale.

“No makeup” = on jette tout ? Pas vraiment

Si le confinement a eu un impact sur cette tendance, il n’en est néanmoins pas à l’origine. Aujourd’hui, 21% des femmes se maquillent quotidiennement, contre 42% en 2017, soit 2 fois moins qu’avant. Malgré tout, qui dit “no makeup” ne dit pas “plus jamais”.

La tendance du no makeup correspond aujourd’hui à une volonté de se tourner vers le naturel. Ce mouvement qui, de base, prônait le fait de dévoiler ses imperfections aux yeux de tous est finalement devenu une tendance où on veut faire croire qu’on est “belle naturellement”, alors qu’on est maquillée. Toute votre mise en beauté doit paraître la plus naturelle possible, un teint léger mais flouté, avec l’aspect peau de pêche, un peu de blush rosé sur les joues en petite touche, une bouche avec un aspect lèvres mordues…

“Le maquillage semble être une pratique très répandue en France : 83% des Françaises interrogées déclarent se maquiller. Plus de deux tiers se maquillent les yeux (76%), avant la peau et le teint (56%), la bouche (37%) et les ongles (15%). Si une majorité (55%) des femmes se maquillent à partir de l’âge de 16 ans, elles semblent commencer à se maquiller de plus en plus tôt. En effet 50% des 18-24 ans ont commencé à se maquiller avant 16 ans pour 6% seulement des 65 ans et plus.”

CSA reseach

Finalement, est-ce que ce ne serait pas juste l’image de la réalité ? Certes, les chiffres parlent d’eux-mêmes : la majorité des femmes se maquille, mais peu s’adonnent à faire un maquillage hyper sophistiqué tous les matins.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

Paris : Nos adresses vintage préférées

Alexandra Reynaud

Alerte tendance : les pulls de Noël sont de retour !

Marjorie Bordenave

Bergen : Porte d’entrée des fjords de Norvège

Elodie Massadau

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des