Le Ticket Mode
La Petite Histoire LPH culturelle

La petite histoire (coquine) #84 : les jeux de rôle

Jeux de mains, jeux de vilains ? Pourtant, à deux, cela peut rapidement devenir coquin. Afin de pimenter leur vie sexuelle, certains couples ou partenaires ont décidé de pratiquer une forme érotique du jeu de rôle. Pour découvrir comment ces activités frivoles sont nées, empruntons ensemble la route du fantasme.

Les jeux de rôles consistent à créer un scénario à deux ou plusieurs personnes, afin d’accroitre leur désir sexuel. On retrouve souvent un dominant (personne qui détient le contrôle) et un dominé (personne qui se fait contrôler).

Si ces jeux ont souvent pour objectif d’assouvir un fantasme, ils sont bien souvent inspirés de situations du quotidien, de films voire de jeux vidéo ! Dans les jeux de rôle, l’imagination est la seule limite.

Mais comment les jeux de rôles sexuels sont nés ?

En se plongeant dans l’histoire de sexe, il est compliqué de dire quand les jeux de rôle sont apparus pour la première fois. On sait néanmoins qu’ils ont été encouragés par la pratique du sexe décontracté et libéré, notamment dans les bordels.

Avec l’arrivée d’internet, des sites pornographiques et du BDSM, les jeux de rôle, fruit d’une évolution sociétale, ont pris une autre dimension pour se faire connaitre auprès du grand public. Parmi les fantasmes que l’on retrouve le plus souvent, on retrouve le fétichisme de l’uniforme, le viol, le kidnapping ou encore le jeu de rôle animal.

Comment ça marche ?

Lors des jeux de rôle, on joue avec le corps mais aussi avec l’esprit ! Il est donc important de définir les rôles, un fil rouge et de laisser libre court à son imagination. Un timing, des règles et un code secret sont généralement établis pour que tout se déroule sans encombres.

Aujourd’hui, certains sites proposent de construire des scénarios sexuels à reproduire à la maison ou dans tout endroit où le plaisir est de mise. Certains internautes partagent également leurs trouvailles sur des blogs dédiés au sexe. Ces scénarios sont notés par les lecteurs et classés en fonction de leur “côte”.

Certains films et écrits ont plébiscité et banalisés ces pratiques sexuelles, notamment la trilogie 50 nuances de Grey. Bien que boudée par les vrais pratiquants du BDSM et peu représentative de la largeur du monde de dominant/dominé, elle reste un symbole de la libération des représentations sexuelles du XXIème siècle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

La petite histoire #90 : L’athleisure

Clarisse Dias

La petite histoire #39 : la photographie

Coline Pautier

la petite histoire #61 : la pizza

Alexandra BRIEZ

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des