Le Ticket Mode
Non classé

La petite histoire #87 : la salopette

De la saleté au succès, on parle aujourd’hui d’un vêtement qui a traversé années, changé, évolué, j’ai nommé : la salopette ! 

“Salopette” vous avez dit ?

Le terme “salopette” n’est pas le premier nom de cette pièce de garde robe, bien que ce soit celui qui l’ait rendue célèbre. Autrefois, elle était appelée “cotte à bretelles”. La dénomination “salopette” tire sa source des mots “sale” et “salope”, qui voulait simplement dire crasseux en ancien français. Son utilité première : protéger les vêtements de la saleté. Portée par les ouvriers, elle était enfilée par dessus les vêtements, et permettait de ne pas se “saloper”. 

Un vêtement de travail

La salopette est tout droit sortie de l’imagination de Louis Lafont en 1844 à Lyon. Conçue pour son beau-père charpentier afin qu’il ne tâche pas ses vêtements, la pièce est réfléchie pour qu’elle puisse accueillir les outils tels que le mètre, pour l’avoir toujours à portée de main. Quelques années plus tard, soit en 1896, Adolphe Lafont, son petit fils, améliore le modèle initial en l’agrémentant d’une bavette à poche, retenue par des bretelles.

Salopette par Adolphe Lafont
Salopette par Adolphe Lafont

Mineurs, chercheurs d’or, cheminots et fermiers, tous vont rapidement l’adopter pour sa praticité et son confort. Aux Etats-Unis, la marque Levi Strauss sortira ses propres modèles en denim dans les années 1850.

Vêtement masculin et réservé au monde du travail, il fait aujourd’hui partie de l’image de la révolution industrielle, propulsée par Charlie Chaplin qui l’a porté dans le film Modern Times, qui dénonce le travail à la chaîne.

Charlie Chaplin en salopette de travail

Modernisation, déclinaisons, tous se l’approprient !

Modernisée et colorée, c’est dans les années 1950 que la salopette se propulse. En 1975, elle deviendra un véritable vêtement tendance, d’ailleurs adopté par la créatrice Agnès b. 

Déclinaisons de couleurs, de tissus, de formes, parfois larges, parfois moulantes, plus ou moins longues, les femmes revêtent fièrement cette pièce. 

Même le monde du sport (notamment le ski) l’a adoptée. Également, les marins, qui la portent en plastique, pour son imperméabilité.

Aujourd’hui, la salopette ne se retrouve plus tant sur les hommes que dans le milieu professionnel pour son utilité contre la saleté. Ce sont plutôt les femmes et les enfants qui l’ont adoptée. 

Femmes en salopette

Une question de goûts 

La salopette n’est pas au goût de tous. Vue comme peu flatteuse et destinée aux femmes enceintes ou aux enfants, c’est une pièce très controversée. Mais force est de constater qu’elle reste malgré tout une pièce indémodable, et rencontre un grand succès, même dans les grands défilés.

De la saleté aux devants de la scène

On en a vu des célébrités en salopette Lafont : Charlie Chaplin, Coluche et sa salopette bleue à rayures blanches, ou encore Sophie Marceau dans La Boum.

Mais pas seulement : Marilyn Monroe, Kate Moss, Brad Pitt, Will Smith, et bien d’autres, bien que ce ne soit pas des Lafont. 

Mais le plus célèbre de toutes les célébrités. Mario !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

L’évolution du méchant dans les films et séries.

Anthony

Lois essentielles du karma : Introduction

Fatou Tigana

Le “feederisme” : manger ou grossir, il faut choisir !

Marjorie Bordenave

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des