Le Ticket Mode

L’année dernière, nous vous embarquions en piste pour les 24h du Mans, cette année, direction la chic principauté de Monaco et son grand prix !

©gfycat

La scène prend place en 1948 entre Monsieur Antony Noghès, créateur de ce circuit qui succède à son père en tant que Président de l’Automobile Club de Monaco et moi-même. Le Grand Prix reprend enfin, car la guerre est passée par là et Monaco n’a pu sentir les roues de bolides depuis 10 ans.

©just unlimited

Dites-moi Monsieur Noghès c’est vraiment tout petit ici pour une course automobile ?

-Oui très chère, mais c’est l’une des plus anciennes des 3 plus prestigieuses courses au monde.

-J’entends bien Monsieur le Président… Otez moi d’un doute, Monaco s’étale sur 1.5 km² si je ne m’abuse ?

©visit Monaco

-En effet, lors de la création de la compétition, en 1929, il a fallut relever le défi pour qu’une compétition urbaine automobile de ce type puisse-être d’une envergure internationale, condition requise elle-même par la Commission Sportive Automobile Internationale. Le Prince Louis II m’a d’ailleurs fort accompagné, sans lui rien n’aurait été possible.

©monaco grandprix

-Internationale Monsieur Noghès, mais c’est absolument merveilleux ce que vous avez accompli !

-Appelez-moi Antony, chère Alexandra, je vous en prie.

-Puisque vous insistez… Antony…

©gfycat

-Grâce à mon père qui présidait déjà sous l’ancien nom du Club Automobile de Monaco: Sport Vélocipède de Monaco je n’aurai peut être jamais été ici. En effet, j’étais fonctionnaire dans la distribution du tabac jusqu’alors. Je n’imaginais pas devenir commissaire général du club et encore moins succéder à la présidence de ce dernier.

©an-monaco

-Vous pouvez être fière de vous mon ami, je sens cette passion dans votre voix, une passion transmise. Finalement, comment avez-vous relevez un tel rêve ?

-Dans les années 20, l’idée d’une course dans la principauté m’a quelque peu taraudée. J’ai donc ma fois imaginé un tracé. Cela n’a pas été sans frayeur et sans bataille croyez-moi ma chère ! Louis Chiron, pilote du cru et Jacques Taffe ingénieur, m’ont alors épaulé dans un projet qui est aujourd’hui plus qu’abouti, il a réussi ! L’enthousiaste était total ce jour là !

-Bravo Antony, quelle fierté devez-vous avoir…

-Oh oui Alexandra, je me remémorerai toujours le tour inaugural, le 14 avril 1929 exactement. Le Prince Pierre conduit par Charles Faroux, notre directeur de course, étaient à bord d’une Torpedo Voisin.

©wikipédia

-Alors, gardez ses souvenirs en mémoire, ils sont précieux mon ami. Parlons géographie alors, ainsi j’aurai l’impression de finir ma visite touristique qu’en pensez-vous ? Où passe le circuit exactement ?

-Avec joie de vous y emmener à bord de mon nouveau bolide ou à pied lors d’une promenade, je m’en réjouie d’avance ! Ainsi ma chère, nous irons serpenter autour du port Hercule, flânez dans les belles rues de Monté-Carlo et de la Condamine puis, pour finir, et cela ne figure pas sur le circuit, se délecter d’une bonne coupe de champagne face à la mer !

©Afrik, Lewis Hamilton, 1er pilote noir de Formule 1

-Mais, enfin Anthony, vous êtes marié, votre charmante épouse ne va pas être jalouse, moi qui l’apprécie tant, je ne souhaite pas faire de commérages !

-Oui Alexandra, mais cela nous empêche-t-il d’avoir des amis et de badiner ? La guerre est passée, les mentalités ont évolué, mon rêve a pu reprendre et les vôtres aussi je vous le souhaite.

-Tout à fait, je vous remercie de vous en inquiéter. Et à votre avis dans le futur, que va-t-il advenir de votre création ?

– Et bien d’après mes calculs, l’évolution urbaine et mon imagination. Le circuit a le potentiel et atteindra 3.337 km. Ce grand prix s’inscrira et perdurera dans cette image de prestige, la technologie l’améliorera même, car comme vous me l’avez vous-même souligné, le territoire est magnifique mais exigu.

©F1 destinations

– Cela deviendra un grand prix de Formule 1, une évolution évidente à ce que j’entends.

– Et peut être nous pourrons observer cela du ciel ensemble, qui sait…

– Personne, mais c’est un nouveau projet pour après. Alors quand allons-nous enfin boire cette coupe de champagne sur le port Antony ?

– Chère Alexandra vous ne perdez décidément jamais le nord !

©Eurosport, Michaël Schumacher & Lewis Hamilton

©motorsports, 1er Alain-Prost sur McLaren, 2ème position, Keke-Rosberg sur McLaren et le 3ème, Ayrton-Senna surLotus, le 11 mai 1986

Dernier virage, retour à la réalité…

Depuis, de nombreux champions et écuries ont foulé le sol de cette belle principauté, mais ça, c’est une autre histoire…

©Wikipédia

Je ne suis pas taillé pour être deuxième ou troisième. Je suis taillé pour gagner.

Ayrton Senna, Pilote de courseSportif (1960 – 1994), détient le record de victoires sur le circuit de Formule 1 de Monaco, décédé à Bologna suite à un accident lors du Grand Prix de Saint Martin.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

La Petite Histoire #35 : la coloration cheveux

Marion Vuebat

La petite histoire #74 : Les traditions du jour de l’an dans le monde, 1ère partie

Alexandra BRIEZ

La petite histoire #3 : d’où viennent les chaussettes de Noël ?

Marjorie Bordenave

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des