Le Ticket Mode
La Petite Histoire

La petite histoire #83 : Le tricot

Eh non, chers lecteurs : il n’y a pas que les mamies qui s’adonnent au tricot ! Bon, certes, on a tous eu un jour un pull qui gratte, tricoté par les soins de mamie (j’adorais mon pull Le Roi lion ok ?)… Mais les début du tricot remontent à plus lointaine encore (je dis pas que nos mamies sont des dinosaures attention). Allez, j’enfile mes pantoufles et je vous raconte tout ça ! 😉

Bien que les origines du tricot soient floues, cet art a su traverser les siècles : les pièces les plus anciennes semblent dater du troisième ou quatrième siècle. Les aiguilles à tricot en bois (appelées petites triques), ayant été retrouvées dans des tombes, se font rares. Contrairement à celles utilisées pour le tissage, conçues en os ou en bronze. 

En réalité, les historiens s’interrogent encore sur les origines et sur ce qu’il convient d’appeler “tricot” ou non. Pendant longtemps, les trouvailles archéologiques ont été faussement considérées comme des tricots, alors qu’il s’agissait du nålebinding, une technique utilisée par les Romains et Égyptiens.

Cet art aurait probablement gagné les terres islamiques lors des conquêtes des arabes, puis l’Egypte et le Maghreb avec les croisades, le Portugal, l’Espagne, la Sicile et enfin la France à la fin du VIIème siècle. Au cours du XXème siècle, il se serait répandu dans toute l’Europe grâce au christianisme : les prêtres devaient porter des gants en maille lors de la consécration du pain et du vin.

Des peintures du XIVème siècle représentent d’ailleurs des madones dites “au tricot”, preuve de son expansion en Europe du sud et en Allemagne. 

Plus tard, les marins espagnols auraient appris l’art du tricot aux pêcheurs autochtones, afin qu’ils confectionnent les vêtements dont ils avaient besoin : pulls, chaussettes, écharpes ou encore bonnets…

En résumé, le tricot serait donc une invention des Arabes qui, au gré des conquêtes, de la colonisation, du commerce ou tout simplement des voyages, s’est répandue.

Les années folles

Lors de la première guerre mondiale, les hommes blessés, les femmes et les enfants étaient réquisitionnés au tricot, afin de fournir des vêtements aux soldats du front. C’est à cette même époque que la vente de laine au détail a par ailleurs débuté.

Le tricot est devenu une véritable mode du 20ème siècle. Sa pratique allait de la réalisation du bonnet à la combinaison de ski, en passant par le maillot de bain. Une tendance encouragée par des couturiers de renom, comme Gabrielle Chanel mais aussi par les magazines qui décrivait le tricot comme un allié de la guerre, mais plus encore, une activité de plaisir. 

Les chandails à manche kimono d’André Courrèges en 1969, le retour du style ethnique avec ses ponchos, écharpes à franges et châles dans les années 70, ou encore la collection tricot par Sonia Rykiel ont fait des émules parmis les tricoteuses ET tricoteurs ! Vous l’aurez peut-être compris, le tricot était à l’origine une histoire d’hommes, qui s’est industrialisée pour devenir une activité domestique et sociale pour les femmes. Bien que notre société occidentale et latine en ait fait une activité purement féminine, certains hommes et créateurs n’hésitent pas à briser les tabous !

Véritable ancêtre, le tricot s’est finalement bien installé dans nos sociétés, notre quotidien et dans la Haute Couture. Aujourd’hui, il est encore une fois reboosté par la mode du fait main et la volonté des nouvelles générations de retourner à plus de simplicité #backtobasics.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

La petite histoire #60 : le GIF

Aurore ESCAMILLA

La petite histoire #27 : le yoga

Marine Saint-Vanne

La petite histoire #23 : le sextoy

Elodie Honorine

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des