Le Ticket Mode

Minuscules mais charmants, ils bousculent l’utilitaire et célèbrent l’esthétique pure. Tendance microscopique mais ô combien attachante de ces dernières semaine de la mode, les sacs XXS se balancent nonchalamment aux doigts fuselés des filles dans le vent. Elles y glissent une carte bleue, un rouge à lèvres, la clé de leur cœur ?
Pas plus.

Volumes à la folie

On le savait adepte des volumes disproportionnés depuis les photos torrides de Bella Hadid seulement vêtue de son immense chapeau sur la plage de l’été dernier. Simon Porte Jacquemus s’attaque à cet objet si mystérieux, qui se transforme selon la saison, empaillé ou récemment plastifié et que Mary Poppins remplit de lampes halogènes et de parapluies démesurés, le sac à main. Tantôt il l’élargit, couvrant la hanche de celle qui le porte, tantôt il l’amenuise jusqu’au ridiculement petit. Mais que va-t-on mettre à l’intérieur ? Un baiser, un souffle ?

       

Célébrer l’art et la joie

C’est l’expression parfaite d’une mode insouciante qui sent “le soleil, les fruits, la vie, la poésie, Marseille et les années 80” comme le clame la bio du compte Instagram de Jacquemus. On sent un rire qui s’échappe de ses créations, chez ce monsieur aux yeux bleus. Genre, et si ça lui plaisait de mettre un sac aux doigts des femmes, comme une bague de velours ? D’ailleurs, au-delà de toute appréciation esthétique, ces petits sacs sont d’abord le résultat d’un savoir-faire de conte de fée. Le sac devient bijou. N’est-ce pas merveilleux et fantasque, ces pièces qui nous emmènent dans un court-métrage rétro brûlé de soleil ?

Le designer à la peau bronzée n’est pas le seul à proposer une exquise petitesse dans la catégorie sachet, aumônière, trousse ou pochette. Gucci et Saint Laurent déclinent des it bags en pagaille, dans toutes les tailles possibles : le Marmont Super Mini et le Zumi chez Gucci ou le Niki Baby chez YSL, dans les tons poudrés, pastels ou incisifs, en cuir ou en velours. On peut aussi les porter à plusieurs, superposés et ceinturés, en sautoir comme Tyler the Creator, et bientôt à la cheville qui sait.

Sac Zumi, Gucci

 

Alors tout ça, ce serait pour faire joli ?

Et si on pensait plus haut ? Jusqu’à l’idée peut-être folle que ces mini sacs engagent une réflexion autour du superflu qu’on traîne trop souvent dans nos cabas. Et si l’accessoire aidait à vider nos tiroirs, et si nous sortions plus légers, l’esprit moins entassé de besoins rassurants mais encombrants ?

Vous savez, c’est le printemps depuis hier, autrement dit le moment ou jamais de prendre des risques.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

LES INTEMPORELS #1 : La rubanophilie.

Maÿlis Magon de la Villehuchet

REVUE D’EXPO : Mobilier d’architectes de 1960 à 2020 à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine.

Maÿlis Magon de la Villehuchet

FASHION REVIEW #4 : Regard sur la Fashion Week de Copenhague

Maÿlis Magon de la Villehuchet

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des