Le Ticket Mode
Ils font Le Ticket Mode

Ils font Le Ticket Mode #2 : Ric, l’entrepreneur épicurien

Il y a quelques temps nous faisions la rencontre d’Anne-Cécile, bénévole pour Le Ticket Mode. Aujourd’hui c’est au tour de Ric de passer entre les mains de la rédaction pour une interview.

Ric est originaire de la République du Congo, en Afrique Centrale. Âgé de 35 ans, son parcours plutôt atypique a de quoi vous surprendre ! 

Une curiosité rythmée par la vie 

Si l’on devait retenir une chose qui définit Ric, c’est sa curiosité qui le pousse à entreprendre, aimer, se passionner. 

Féru de musique et de l’univers qui en découle, il la décrit comme une relation fusionelle. Il se passionne à écouter des musiques d’hier et d’aujourd’hui. 

“La musique fait partie intégrante de ma vie, je n’imagine pas passer une journée sans en écouter du son. J’adore me repasser les musiques que j’écoute depuis petit, mais aussi découvrir de nouvelles sonorités, de nouveaux artistes. Pour dire, je suis même doublement efficace dans mon travail avec des écouteurs dans les oreilles.”

Comme Ric, mettez vos écouteurs dans vos oreilles, et c’est parti pour la suite de l’article, et son top 3 musique !

Cet amour pour la musique s’est décliné sous différentes formes, notamment à travers la danse qu’il pratique depuis quelques années, à raison de plusieurs heures par semaine.

“J’ai une grosse dominante salsa : je fais partie d’une association pour laquelle je suis l’assistant du prof. Je danse avec les nouveaux arrivants, afin de donner ma connaissance de la danse tout en continuant à apprendre et me parfaire. Je pratique aussi la bachata, le kizomba, ainsi que le semba. Mais aussi, bien évidemment, les danses traditionnelles de chez moi. Ce qui me plaît dans la danse, c’est le fait de bouger son corps au rythme de la musique.”

Mais ce n’est pas tout : cette passion pour la musique l’a également amené à faire partie d’un groupe de percussions, dans lequel il apprend à jouer du djembé et de la batterie.

“Je m’intéresse aussi à l’Histoire avec un grand “H” : découvrir l’évolution des populations, des peuples, des moeurs, des pensées, des physiques… C’est intéressant et fortifiant. Je me cultive en lisant, en regardant des documentaires, mais surtout en discutant avec les anciens, en écoutant les récits de leur vécu”.

Un parcours semé de rencontres

Les études de Ric n’ont pas toujours été une évidence, malgré des prédispositions pour les matières littéraires et scientifiques dès le primaire. Après une licence en électronique et un master en génie biomédicale, le doute s’installe. 

“Je ne me prédestinais pas à rester dans un bureau. J’ai passé deux ans à réfléchir à la voie que je voulais prendre et j’ai finalement investi mon temps dans des stages qui m’ont permis de me rendre compte que c’était dans les métiers avec du contact humain que j’étais le plus épanoui.”

Ric s’est finalement redirigé vers un master en stratégies et communication avec une spécialité en développement d’activités commerciales et commerce international, dans lequel il se sentait beaucoup plus épanoui et proche de ce qu’il imaginait de son avenir.

“Mon cursus s’est forgé grâce aux rencontres que j’ai pu faire et les métiers que j’ai essayé. S’en est suivie une période de recherche d’emploi qui a ressemblé à un no man’s land pendant quelques années.”

A la fin de ses études, Ric enchaîne les petits jobs : promoteur informatique, distribution de tracts, saisonnier dans l’agriculture… Puis il fera une rencontre, lors d’un congrès sur l’entrepreneuriat, qui marquera sa vie professionnelle. L’ADIE et son programme de formation CréaJeunes lui ont permis de concrétiser un projet qu’il avait en commun avec un ami d’enfance : dossier complet, budget, plan de financement, contacts en communication et surtout, un gros contrat d’un an en poche.

Au même moment, il fait la rencontre d’un professeur de mathématiques qui lui transmet son amour pour sa vocation. Concours de circonstances, il se trouve que le rectorat cherchait des professeurs. 3 mois après des tests et entretiens, il se tenait devant une classe. Malgré des débuts compliqués, la bienveillance et les conseils des personnes qui l’entourent lui ont permis de trouver un équilibre et de prendre confiance. 

Ce nouveau métier, il l’aime. Il transmet son savoir, échange et améliore ses connaissances. Mais il sait déjà que ça ne sera pas le boulot de sa vie.

“Devoir être au collège à 8h du matin avant que la sonnerie ne retentisse ce n’est pas fait pour moi… Mais c’est un tremplin qui me permettra d’atteindre mes objectifs futurs.”

Et pendant les vacances ? 

Pas de repos pour les guerriers. S’il y a bien une activité qu’il a fidèlement gardé, ce sont les séjours de vacances adaptées qu’il a commencé à faire par hasard, lorsqu’un ami le lui a proposé. D’abord animateur, puis assistant sanitaire, responsable de séjour ou encore référent animation et formateur .… Ses fonctions ont évolué au fil du temps jusqu’à aujourd’hui. 

Ces séjours destinés aux personnes en situation de handicap, ont pour objectif  de leur proposer des loisirs. L’idée est de garder l’accompagnement à la vie qu’ils ont toute l’année, tout en les faisant sortir de leur quotidien, de leurs familles,  institutions/foyers.

“Je ne saurais pas comment l’expliquer, mais c’est le kiff. Le lien avec le public est simple, sans manigances, sans la conventionnalité qu’impose parfois la société… C’est ressourçant. J’aime cette simplicité. Ce partage me permet de comprendre qui je suis, m’apporte de l’affection, du lien social et bien sûr je donne ma disponibilité et mon écoute. J’ai appris à éviter le jugement, à être à l’écoute, à m’organiser, anticiper, aller vers l’autre de manière la plus simple possible. Et tant que je pourrai le faire, je le ferai !”

Et Le Ticket Mode dans tout ça ?

L’Équipe de rédacteurs chez Le Ticket Mode

L’aventure commence il y a trois ans pour Ric, quelques mois après la création du magazine. Alors qu’il était au chômage, il a commencé à occuper son temps en faisant ce qu’il n’avait pas le temps de faire jusque là : lire encore plus, regarder des documentaires et des séries/films, trainer sur internet… C’est d’ailleurs comme ça qu’il est tombé sur une annonce de rédacteur bénévole pour Le Ticket Mode. 

“J’ai kiffé la plume de l’annonce que j’ai trouvé originale et drôle… Et puis je me suis dit allez banco pourquoi pas ! J’ai toujours eu une appétence pour l’écriture mais ne l’avais jamais fait de manière formelle. C’était l’occasion de le tenter dans un cadre structuré ! J’ai contacté Aurore, on a discuté et bien accroché. J’ai fait mon article test puis, de fil en aiguille, j’ai commencé à écrire.”

Le mot de la fin

“Ma petite expérience de vie m’a permis de me rendre compte qu’on apprend énormément des autres. J’aime échanger avec autrui et je trouve que dans le journal, nous avons la chance d’avoir des profils complètements différents, venant d’horizons variés… C’est ultra enrichissant.

Les rédac’ chefs ont un management qui te motive à donner le meilleur pour le magazine. Les petits projets qui sont fait avec passion sont pour moi ceux qui fonctionnent le mieux. Je reste persuadé que le journal évoluera encore et encore, pour devenir de plus en plus grand. J’ai envie de contribuer à cette évolution. Je me retrouve dans leur manière de faire. Je m’y sens bien, j’ai envie de donner tout ce que je peux.

Les projets extra professionnels comme celui-ci sont enrichissants. On y rencontre des personnes gravitant au delà de ton univers, qui te font découvrir le monde avec des yeux différents des tiens. Je n’aurais par exemple jamais rencontré Jess avec lequel je tiens une rubrique musique. Malgré nos vies complètement différentes, il a suffi d’une soirée pour mettre en évidence notre amour commun pour la musique. J’ai également rencontré Marjorie, j’apprends énormément d’elle et dans bien des domaines. Je me retrouve un peu dans la B.O.S.S. Aurore avec son style de “direction” et donc forcément je me sens encore plus investi. D’une façon générale, je trouve la jeunesse qui compose ce projet enrichissante. 

La vivacité, l’audace, la motivation et l’engouement du groupe font que tu as envie de faire avancer ce projet.

Le Ticket Mode, c’est une mine d’or qui est donnée à ma curiosité.”

On avait dit top 3 pas top 4 ! On l’accorde, le choix est compliqué !
Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

Ils font Le Ticket Mode #1 : Anne-Cécile, naturopathe

Léa Dutertre

Ils font Le Ticket Mode #3 : Marjorie, co-fondatrice du magazine

Léa Dutertre

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des