Le Ticket Mode
Réseaux sociaux Société

#Challengeaccepted, le hashtag qui fait débat

Apparu fin juillet sur les réseaux sociaux, et notamment Instagram, le hashtag #Challengeaccepted a été utilisé plus de 8 millions de fois par des femmes en postant des photos d’elles en noir et blanc. Pourtant cette tendance fait débat sur l’origine de ce hashtag et sur sa réappropriation. Explications.

Les origines de la campagne #Challengeaccepted

Accompagné de portraits monochromes, #Challengeaccepted est devenu viral sur les réseaux sociaux et dans les médias depuis la fin du mois de juillet. Ce hashtag ne date pas d’hier et est utilisé à des fins de revendications politiques contre les violences faites aux femmes. Dernièrement, la campagne #Challengeaccepted s’érige sur la toile face à l’augmentation du nombre de féminicides en Turquie à la suite de la mort de Pinar Gültekin, étudiante de 27 ans, décédée sous les coups de son ex-petit-ami.

Un des premiers posts recensé comme étant probablement précurseur du mouvement semble être celui publié par la démocrate Alexandria Ocasio-Cortez. Elle est devenue une étoile montante de l’empowerment et du féminisme moderne. Les débats ont jailli sur les réseaux sociaux à la suite de son discours qu’elle a tenu au Congrès américain suite à une remarque sexiste dont elle aurait été la cible.

Dans son post Instagram, l’élue américaine adresse un message fort accompagnée d’une photo de la jeune femme turque. Elle y fait référence au hashtag #challengeaccepted publiée une semaine auparavant par la journaliste brésilienne Ana Paula Padrão. Il a été relayé massivement par des femmes turques dénonçant les féminicides, alors que le pays envisage de sortir d’une convention internationale contre les violences faites aux femmes.

 

Assiste-t-on à une réappropriation ?

Face à son succès viral, #Challengeaccepted perd très vite son rôle premier. Ce hashtag dévie vers de la réappropriation décontextualisée à l’image de la publication de Ivanka Trump, enceinte, faisant figure de féministe engagée.

Aujourd’hui on retrouve également le hashtag #WomenSupportingWomen accompagné du célèbre #Challengeaccepted. Taylor Lorenz, journaliste américaine, a enquêté autour de l’utilisation de ce hashtag pour le New York Times. Elle est sans équivoque sur cette “nouvelle” tendance qui ne viendrait pas des femmes turques. Elle affirme que “le challenge existe depuis 2016 et a pris diverses formes. Ce qui se passe en Turquie n’est qu’une des façons dont il est utilisé”.

Vers un militantisme viral

Aujourd’hui, on assiste à un débat autour de ce hashtag et plus largement autour d’un militantisme actif uniquement sur Internet et les réseaux sociaux. Certains internautes parlent de “militantisme fainéant”. La question se poste, Internet et les réseaux sociaux, et plus largement le téléphone, sont-ils des armes de militantisme ? Pour certains, ce nouveau phénomène est baptisé par le terme de “slacktivisme”. Cela consiste à militer uniquement sur des outils internet ou sociaux. La visibilité significative de certaines causes fait l’unanimité mais ce qui est reproché, c’est le manque d’action concrète. Ils font notamment référence au #BlackLivesMatter. Les réseaux sociaux ont vu, avec ce dernier hashtag, une pluie de publications sur fond noir signifiant leur indignation et leur soutien à la lutte contre les violences policières.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

Un noël éthique et écolo ? C’est possible !

Olivia

UNITY CUBE, occuper l’inoccupé

Olivia

Entrepreneuriat: un combat pour réaliser ses rêves !

Ric

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des