Le Ticket Mode
Le p'tit mot de Maÿlis

FASHION REVIEW #6 : Benetton x Castelbajac, l’évidence émerveillée (FW 2019 à Milan)

Milan, ville blanche aux longues arcades, tu nous proposes une Fashion Week sensuelle, colorée, émotive et pas tête en l’air, comme l’a montré l’hommage de la maison Fendi à Karl Lagerfeld. 

Aujourd’hui, on va surtout se pencher sur le nouveau directeur artistique chez United Colors of Benetton, Jean-Charles de Castelbajac, un mariage qui prend son sens et sa source dans l’amour de la palette et dans un univers pop et chaleureux.
Viva Italia !

La marque Benetton, italienne d’origine et d’énergie, s’endormait depuis vingt ans, pommettes pâlissantes et moral en berne. Qui de mieux que le pape de la couleur, le créateur Jean-Charles de Castelbajac, pour ré-impulser de la vitamine dans les piles de cachemire ? Son premier défilé pour la maison arc-en-ciel se tenait à l’ouverture de cette semaine de la mode et augurait un nouveau départ hardi et dopé au polychrome, comme on les aime.

                      

Sur ce coup-là, pas de danger d’une mésalliance. Castelbajac et Benetton, c’est une union qui coule de source, limpide et logique : un amoureux de la peinture et de ses palettes entre dans la maison la plus acidulée d’Italie. Plus qu’une ardeur multicolore, c’est la joie qui se campe, rafraîchissante dans une mode parfois trop sérieuse, où les mannequins rangent souvent leur sourire dans les backstages.

Vraiment, Jean-Charles, je l’aime beaucoup. En tant que peintre, il assume totalement le mix entre l’art et la mode et ses créations impétueuses et toniques en sont l’expression la plus fidèle. Et il n’oublie pas que ses vêtements habillent de vraies personnes et que c’est là que la magie opère : la force infusée par ses tubes de couleurs prend vie à la lumière de la peau. 

Pour cette première collection Benetton à la Fashion Week, Castelbajac ne laisse rien au hasard. Il met à l’honneur un sportwear électrique maillé par des coupes douces et travaillées, le tout plongé dans un déluge de couleurs survoltées. En cela, il respecte et update l’ADN cher à Benetton, chez qui l’éloge de la diversité ancre une tradition irremplaçable depuis les campagnes du photographe Oliviero Toscani. Ce défilé “Rainbow machine” est une ode au bonheur, il est à la fois ultra tendance avec son florilège d’imprimés et ses écharpes lettrées, et intemporel avec son usage de la maille et des couleurs chères au créateur et à la griffe italienne.

Coup de cœur spécial pour l’énorme doudoune bonbonnière en coton texturé (en couverture). 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

LES INTEMPORELS #2 : Le chouchou, l’enfance rhabille nos coiffures

Maÿlis Magon de la Villehuchet

Mannequins virtuels, la fin du modeling traditionnel ?

Maÿlis Magon de la Villehuchet

FASHION REVIEW #4 : Regard sur la Fashion Week de Copenhague

Maÿlis Magon de la Villehuchet

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des