Le Ticket Mode

Dernier revival en date de nos nineties chéries, le serre-tête vient de se placer en tête de peloton, devant le chouchou dodu, les barrettes bijoux et le bandeau laqué. Comme ses collègues, le serre-tête est déclinable, imposant, multicolore, perlé, noué… En cette transition douce-amère vers la rentrée, c’est le moment où jamais de jouer les premières de la classe.

Court billet tendance.

La vie est un long fleuve tranquille, 1988

Originellement, le serre-tête est une version un peu plus light du diadème. Pendant l’Antiquité, les femmes et les hommes le portent quotidiennement pour retenir leur chevelure ou bien lors d’événements importants où il s’orne plus spécifiquement. Là, le serre-tête est signe de pouvoir et d’élégance. Plus tard, il se solidifie pour ainsi se différencier du simple bandeau. 

Moi, les serre-têtes comme ça, ils me rappellent ma mère, la vingtaine, les yeux clairs sous l’accessoire bombé en velours, les cheveux sagement ramenés en arrière. Elle le portait avec des cardigans très larges et des pantalons cigarette. Aujourd’hui, le serre-tête réapparaît, un peu plus amusant, féroce, dressant fantaisies insolentes et couleurs éblouissantes. 

Prada, FW printemps-été 2019.

Tout de perle vêtu, il achève drôlement bien une tenue sobre, en velours, il matche avec l’esprit full carreaux de cette rentrée, en soie, il capte les derniers rayons du soleil d’août. Aux dernières semaines de la mode, on a vu le serre-tête retenir les mèches de toutes les filles dans le vent, c’est comme si elles allaient toutes au même pique-nique. Rayé ou à pois pour un clin d’oeil à Bardot, l’imprimé va très bien au teint du serre-tête. On aime la désinvolture charmante de l’objet juste posé sur les cheveux et qui d’un coup illumine tout le reste. 

Serre-tête perlé sur Kaia Gerber pour Givenchy, FW printemps-été 2019

J’ai une préférence pour la matière du velours, qui habille l’ensemble par une touche plus douce et enveloppante. Il conforte l’idée jolie des étudiantes anglaises en jupes tartan et chaussettes hautes, leurs longues boucles surmontées de cet objet du désir, qui ressemble définitivement à un sourire rieur et impertinent. 

Source : Vogue
Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts

FASHION STORY #1 : Maison Kitsuné

Maÿlis Magon de la Villehuchet

WeDressFair, pour une mode solidaire et respectueuse

Maÿlis Magon de la Villehuchet

Sauvagerie assumée : quand l’imprimé s’impose sur les podiums

Maÿlis Magon de la Villehuchet

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Me notifier des