Like

Versailles, saison 3 : un monde parallèle à l’histoire

Dans l’ultime et troisième saison de Versailles, les réalisateurs David Wolstencroft et Simon Mirren ont choisi d’être fidèles à leur ambition première : créer un scénario basé sur la vraisemblance. Ils se sont appuyés sur des faits historiques, y ajoutant le grain de sel de leur imagination. 

Décors dorés, perruques à bouclettes et costumes en dentelle, la série Versailles offre, encore une fois, son lot d’extravagance, à l’image du Roi-Soleil. La nouvelle saison commence par l’inauguration, tournée in situ, de la galerie des Glaces par Louis XIV. Le Roi est au sommet de sa gloire. Cette dernière ne s’obtient pas sans pressions. Le peuple se lasse de payer toujours plus d’impôts, le Vatican refuse les nouvelles ambitions de Louis XIV sur l’Espagne et les protestants remettent en cause la suprématie de leur souverain. 

« Interpréter un personnage qui nous dépasse »

Toutes les intrigues de la saison 3 sont inspirées de faits réels. La force de Versailles est de ne pas les respecter à la lettre, laissant ainsi à la série la possibilité de créer une identité à part au roi. « Il est difficile d’interpréter le rôle d’un personnage qui nous dépasse », souligne George Blagden, l’interprète de Louis XIV. Malgré ses qualités d’acteur, il joue un personnage bien loin de la réalité. Quand on pense au vrai Roi-Soleil,  son visage ne nous vient pas immédiatement à l’esprit. À la Renaissance, l’hygiène laissait à désirer et l’embonpoint était un critère de beauté. Tout l’inverse des acteurs choisis pour représenter la cour.

Le mythe du célèbre détenu de la Bastille

Pour ajouter du piment à une histoire déjà relevée, les scénaristes ont intégré le mythe de l’homme au masque de fer. Le frère du roi, le Duc d’Orléans, va partir à la recherche d’un des prisonniers les plus célèbres de la Bastille. Dans la réalité, de nombreux mystères entourent la légende de cet homme. Certains comme Voltaire lui prêtaient une filiation avec le roi : il serait son frère jumeau et aurait été enfermé et son visage dissimulé… Des dizaines de théories ont vu le jour bien après la mort du prisonnier. Les archives détenues par la Bibliothèque nationale de France attestent de l’incarcération du prisonnier au masque de fer. Dans la série, le dénouement sera tout autre, mais tout aussi rocambolesque…

La chasse aux protestants

Louis XIV veut apparaître en France et en Europe comme le champion du catholicisme. Sur les conseils de son entourage, il décide de chasser les protestants de son royaume, par conversion ou par élimination. Le 18 octobre 1685, à Fontainebleau, le Roi révoque l’Édit de Nantes, signé par son grand-père Henri IV en 1598, qui instaure la liberté de culte. La fiction retrace cette répression. Les protestants membres de la cour sont peu à peu exclus. Entre histoire d’amour et prise de conscience de la part de certains chrétiens, les décisions du roi sont montrées avec l’enchaînement de leurs conséquences dramatiques sur son entourage et sur le peuple. « On ne peut pas en vouloir au Roi de se servir du pouvoir que les gens lui octroyaient » commente Simon Mirren, dans un documentaire sur Canal +. Avec le recul, on comprend pourquoi l’arrière-arrière-arrière petit fils du Roi Soleil, Louis XVI, s’est fait couper la tête après la Révolution.