4

Qui sera La Favorite de Yorgos Lanthimos ?

La cour de la reine Anne d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande, est pétrie d’intrigues, de népotisme, de complots et de trahisons. À l’aube du XVIIIe siècle, la maison Stuart est régie par une reine puérile, pétulante, irresponsable. Elle est cafardeuse et maladive – souffrant de manque d’estime de soi, de goutte au genou et d’une mauvaise vue – régnant sur un palais de courtisans flatteurs qui ne savent pas lui renvoyer une image honnête d’elle-même. La seule en qui elle peut avoir confiance est son amie d’enfance, lady Sarah Churchill, duchesse de Marlborough (Rachel Weisz). La favorite. Sa confidente, son amoureuse, sa remplaçante dans les affaires d’État.

3 actrices de The Favourite

Photo Google Image

N’est pas la favorite qui croit. Obtenir ce rôle est le fruit d’un travail de longue haleine, de conspirations au plus haut niveau. Abigail Hill (Emma Stone), une jeune lady désargentée pleine d’ambition, cousine de Sarah, va se présenter au palais pour trouver un emploi quelconque. Elle commencera au bas de l’échelle, dans les cuisines à récurer les pavés, car son père s’est ruiné aux cartes et l’a donnée en gage à un aristocrate allemand. Mais elle convoite les faveurs de la reine, pour retrouver son statut social et son rang. D’alliée elle se fera rivale, et Sarah qui l’a éduquée aux coutumes de la cour aura peine à se défaire de sa dévotion à la reine.

The Favourite

Photo Google Image

Le pouvoir des femmes.

Cette tragi-comédie est un film féministe s’il en est. Les trois premiers rôles sont des femmes de pouvoir, soit devant la scène pour la reine, soit en coulisse pour les deux favorites successives. Le rôle des hommes est relégué au rang de pantins d’apparat, poudrés, maquillés, perruqués et portant talons. Ils sont de superficiels courtisans attachés aux frasques de la mode et ne jouant le rôle que de conseillers fantoches, sans aucun pouvoir. Même en amour, le colonel Masham qui apparaît de prime abord comme un Casanova, se voit dominé et réduit à l’esclavage par sa conquête.

Ces trois femmes qui se partagent, ou plutôt s’entre-déchirent le pouvoir de la couronne du royaume, sont de redoutables négociatrices, même si elles semblent se disputer comme de vieilles chipies. On ne sait jamais qui est la plus méchante, la plus machiavélique, la plus perfide ou la plus gentille, la plus serviable, la plus honnête. Ce sont des rôles complexes en profondeur qui évoluent au cours de l’histoire, et rencontrent la grande Histoire : la guerre avec le royaume de France (guerre de succession d’Espagne), et la remise des taxes du peuple britannique.

The Favourite

Photo Google Image

Les récompenses

Et l’Oscar de la meilleure actrice va à … Olivia Colman pour son interprétation époustouflante de la reine Anne, mi-pathétique, mi-comique. Mais elle se voit aussi décerner un prix à la Mostra (Venise), un BAFTA (Londres) et un Golden Globe (LA). Et pourtant les favorites, Rachel Weisz et Emma Stone, qui se battaient pour le rôle principal, n’ont chacune eu qu’une nomination dans un rôle secondaire, sans remporter l’Oscar dans leur catégorie. Le film a remporté, entre autres, le Grand Prix du Jury à Venise.

Les lapins

Les appartements de la reine Anne recèlent de mystérieux pensionnaires, dix-sept lapins en cage. Un lapin par bébé perdu en fausse-couche ou à un très jeune âge. Sarah trouve l’idée macabre et refuse de les caresser. Mais Abigail sait les cajoler pour gagner la confiance de la reine. Tout au long du film, les lapins reviennent par moment, parfois même laissés libres de gambader dans la chambre de la reine. Et le rapport des protagonistes aux lapins, suivant qu’elles les caressent ou les écrasent du pied, traduit le rapport caché qu’elles ont avec la reine elle-même.

The FavouritePhoto Google Image

Un film d’époque atypique, qui fait fi des conventions cinématographiques et de l’exactitude historique. Photographié presque entièrement au grand angle (voire au fish-eye) ce film rend compte d’une perspective absurde et festive apparentée aux miroirs sphériques déformants des peintures flamandes du XVIe siècle.

Rendez-vous sur Hellocoton !