1

Salon du Livre Paris, la victoire des réseaux sociaux

La sphère littéraire a récemment vu apparaître la polémique #payetonauteur. Le Salon du Livre de Paris était mis en cause, puisqu’il était avéré que les auteurs n’y étaient pas payés pour leurs prestations. Après plusieurs jours de pression sur les réseaux sociaux, le Salon du Livre a cédé. Récit d’une victoire grâce aux réseaux sociaux.

Le Salon du Livre au cœur de la tourmente

Il y a deux semaines, le vendredi 2 mars, une polémique est apparue sur les réseaux sociaux, avec le hasthag #payetonauteur. Sur Twitter, les lecteurs et auteurs s’indignaient du manque de rémunération des auteurs, lors de conférences. En effet, le salon du Livre de Paris, qui se déroule du 16 mars au 19 mars, propose des conférences sur divers thèmes, comme la dystopie, les attentats… animées par des auteurs. Considéré comme le plus grand salon littéraire de France (150 000 visiteurs minimum par jour), le Salon du Livre est également réputé pour son prix d’entrée élevé. Vivement critiqués pour cela, la polémique #payetonauteur a ajouté de l’huile sur le feu.

salon-du-livre

Les premières réponses du Salon du Livre ont montré un certain mépris pour les auteurs. En effet, pour le salon, les auteurs sont en promotion pour leurs œuvres et n’ont pas besoin d’être payés. Cela apporterait de la visibilité aux auteurs, donc pas besoin de rémunération en plus. Mais il s’avère que sans l’existence des auteurs et leur présence sur le salon, celui-ci n’existerait pas. L’association de La Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse avait pourtant insisté sur les nouveaux tarifs mis en place pour les interventions des auteurs.

La pression des réseaux sociaux

Malheureusement pour le Salon du Livre, le réseau social Twitter s’est très vite emparé du sujet. Il existe une grande communauté de lecteurs et d’influenceurs dans la sphère littéraire. Ainsi, de nombreux “booktubers” (Youtube) et “bookstagrammers” (Instagram) se sont levés contre cette injustice. Tous ensemble, leur influence était telle que le Salon du Livre a été obligé de répondre aux accusations.

Ils ont également, tout comme les auteurs, révélés de nombreux secrets sur les coulisses des salons. Les nombreuses injustices que subissent les auteurs, déjà précaires, ont été mis au jour. Cela a déclenché une véritable vague de colère et d’indignation. Face à cette pression, le Salon du Livre a finalement accepté, quatre jours après le début du mouvement, de rémunérer les auteurs pour leurs interventions. Malgré cette victoire, la Charte insiste sur le besoin de continuer le combat, car les auteurs ont enfin pu se faire entendre. Voici la preuve que les réseaux sociaux peuvent aussi changer les choses.

Pour apporter de l’aide aux auteurs et les aider à faire entendre leurs voix : rendez-vous sur le site PayeTonAuteur !

Rendez-vous sur Hellocoton !