Like

Le rose, son grand retour sous les feux de la rampe

Nouvelle couleur porte-drapeau du féminisme, ADN d’une féminité renouvelée ou teinte choquante et savoureuse, le rose est notre tendance choc de l’année 2017.

  1. Le rose, symbole d’une modernité affirmée

Couleur abhorrée par la révolution féminine des années 70, non content de devenir le nouveau symbole du mouvement pour les droits des femmes anti-Donald Trump, le rose fait son grand retour sur la scène fashion depuis peu. On remarque que la teinte acidulée surgit dans tous les défilés, à commencer par ceux des griffes Balenciaga, Valentino et Céline, avec leurs univers célébrant la grâce et l’élégance. C’est donc notamment l’Italie, territoire d’allure et de style, qui nous transmet l’amour de cette teinte porteuse de trouble et de sensualité.

C’est Prada qui commence ce caprice enfantin avec la sortie de larges pantalons ornés de nœuds extravagants comme des bulles de chewing gum à la barbapapa. Un souffle d’impertinence, exquis et moderne. La couleur passe ensuite à la fourrure chez Gucci, réveille l’identité de la maison Schiaparelli, remplace le rouge chez Valentino.

Le rose devient indispensable dans sa futilité aguicheuse, avec ses nuances fleuries et sucrées à la fois et sa fraîcheur douce d’aurore. Il quitte ainsi la garde-robe enfantine pour se moderniser et ponctuer les tenues de la modeuse avertie et aventureuse.

  1. Le rose, saveur idéale à porter

Le rose c’est une couleur bonbon, une couleur forte, une couleur choquante, une couleur affirmée, une couleur dragée, une couleur douce, tout ça à la fois, et qui surprend et apaise en même temps. Qu’on le veuille ou non, c’est une teinte ancrée dans l’ADN de la féminité. Difficile à porter (ça fait retourner dans la rue), rendu ridicule à cause des clichés (merci Barbie), associé à l’enfance, le rose… C’est compliqué !

Pourtant, les possibilités délicieuses de cette couleur femme-enfant sont dépliables à l’infini. Déjà présent sur nos lèvres ou nos ongles, le rose acidule maintenant nos cheveux, s’accroche sur nos ceintures, se glisse dans le pastel de nos dernières Puma. Cette couleur est tranchante et addictive, « lumineuse, impossible, vivante, impudente, comme toute la lumière et les oiseaux et les poissons du monde mis ensemble, une couleur de Chine et du Pérou, mais pas de l’Occident. Une couleur choquante, pure et non diluée », raconte la couturière Elsa Schiaparelli.

Le rose on l’emmène d’hiver en été sans presque s’en rendre compte. Couleur entre chaud et froid, entre femme sensuelle et gamine effrontée, entre mièvrerie et glamour intense, entre kitsch et élégance, le rose est incernable.

Mis à l’honneur par la marquise de Pompadour, dans ses robes infinies et ses meubles mignons, mis à mal par le féminisme exaspéré de sa symbolique genrée, le rose retrouve aujourd’hui ses lettres de noblesse et poudre la haute-couture de son insolence princière.

Rendez-vous sur Hellocoton !