2

Rencontre avec Fahaid Sanober, étoile montante de la mode

Reconnu par la presse  comme le nouveau Galliano,  Fahaid Sanober est l’étoile montante de la mode. Le Ticket Mode a eu le plaisir d’assister à son dernier défilé, et c’est tout naturellement que nous avons voulu vous le présenter. Plongez avec nous dans l’univers de ce jeune et talentueux créateur.

Parlez-nous un peu de votre parcours ?

Ma passion, je l’ai découverte à l’âge de 11 ans en regardant le défilé du créateur John Galliano, généralement considéré comme un couturier talentueux et excentrique. J’ai fait une formation en mode au Lycée Albert de Mun et, en parallèle, j’ai créé ma première collection à l’âge de 14 ans. Celle-ci était sur le thème du cirque, j’ai eu la chance de pouvoir ensuite la présenter dans ma commune, à la Courneuve.

Aujourd’hui, je présente ma dixième collection. Quand je crée, j’essaie de raconter des histoires, de monter un scénario sur des femmes fortes qui ont marqué le temps et l’histoire.

fahaid sanober

Vous dites que c’est un défilé de Galliano qui vous a donné envie de faire de la mode, vous souvenez de quel défilé il s’agissait et d’une pièce en particulier qui à retenu votre attention ? Qu’est-ce-que vous avez ressenti en regardant ce défilé ?

Je n’ai pas vraiment souvenir du défilé auquel j’ai assisté, non. En fait, ce qui m’a le plus marqué c’est l’énergie qui se dégageait du défilé auquel j’avais eu la chance d’être invité, de l’extravagance de Galliano et du maquillage très marqué, qui ma interpelé. C’était un véritable spectacle, on en prend plein les yeux !

Pourquoi avoir choisi le vestiaire féminin ?

La première personne qui m’a inspiré est ma mère donc pour moi c’était logique de me diriger vers la femme. Mais le vestiaire masculin est un projet dont je souhaite me rapprocher par la suite.

fahaid sanober

Qu’elles sont vos matières de prédilection ?
Le velours ! je travail beaucoup le velours, la soie, j’aime les matières fluide avec une certaine légèreté. Mais pour cette collection j’ai beaucoup travailler le velours. J’aime beaucoup le jean aussi, nous l’avons travaillé avec des vestes de type smoking. J’aime aussi rebrodé avec des cristaux Swarovski et des perles.

fahaid sanober

D’où viennent vos inspirations et vos influences ?                                          Je m’inspire toujours de femmes qui ont marqué l’histoire, comme Joséphine Baker, Cléopâtre, … Elles ont marqué le temps et on connait tous leurs parcours. Je me suis aussi inspiré de Marge Simpson, c’est une femme et une maman que j’ai voulu rendre glamour et sexy. J’ai aimé chercher comment faire avec sa peau jaune et ses cheveux bleu électrique. Bonny and Clyde m’ont aussi beaucoup inspiré pour les trois collections : je me suis amusé à modifier le parcours de ses fugitifs. Je les ai faits passer par le Maroc et Miami avec la célébrissime avenue Ocean Drive et les néons de couleurs que l’on retrouve sur les vêtements. Mais en soit l’histoire c’est une fugitive, follement amoureuse, qui suit son petit ami partout, pas spécialement belle mais j’ai voulu la rendre plus glamour.

Comment travaillez-vous ?
Je fais un premier essai en dessin et travaille ensuite avec mes ateliers à Paris. Ils m’aident et me conseillent, en fait le croquis n’est pas forcément ce que l’on retrouve à la fin mais je préfère travailler le volume. Je ne sais jamais ce que ça va donner à l’avance mais j’ai déjà une idée précise de la direction que je souhaite prendre.

Avez-vous une pièce que vous affectionnez particulièrement dans l’ensemble des collections que vous avez pu réaliser ? Si oui, pouvez vous nous la décrire ?     

Chaque pièce a son petit truc que j’aime, il n’y en a pas une que j’affectionne plus qu’une autre, qui sort du lot. Mais en y réfléchissant, j’ai tout de même eu un gros coup de cœur, à mes débuts, pour une robe en jersey jaune et marron avec de la fourrure, que nous avons vendu. Je l’ai faite sur le moment,  je n’ai donc plus aucun prototype pour cette pièce … Mais d’une manière générale, chacune de mes pièces est unique et a son petit truc en plus.

En quelque mots, comment décririez-vous l’ADN de votre marque ?

Glamour, sexy et féminin.

Ulule

Monter sa marque est un sacré challenge, comment vous y prenez vous ?

Quand j’ai commencé je ne savais pas dans quoi je m’embarquais… J’ai appris sur le tas et j’ai commencé tôt. Mais à mon sens, cela s’est fais naturellement et je me suis vite retrouvé entouré. Dans les débuts, on ne sait pas toujours tout et c’est en observant que j’ai beaucoup appris. Aujourd’hui j’ai une très bonne équipe qui m’entoure, et ça ce passe très bien.

Vous avez présenté 3 collections à Cannes, comment avez-vous vécu cette expérience ? Cela vous a-t-il beaucoup aidé dans votre projet ?

J’ai eu cette opportunité de faire le festival de Cannes 3 fois. La première fois, j’avais présenté ma collection, mais cela représentait avant toute chose pour moi un moyen d’avoir de l’expérience et de voir comment ça se passe. Il faut savoir que c’est avant tout un business, tout le monde se retrouve là-bas pour montrer ses créations et les faire porter.

Pour le prochain Festival nous travaillons sur une tenue pour Frédérique Bel. Je garde de très beaux souvenirs du festival de Cannes et attends avec impatience d’y retourner avec un nouveau beau projet.

Comment souhaitez-vous développer votre marque ?

Pour le moment je me concentre sur la femme. J’aimerais ensuite développer la maroquinerie et les bijoux. L’homme viendra par la suite. Quand je sentirai qu’il s’agira du bon moment, on se lancera !

Quelles ont été vos inspirations pour votre nouvelle collection ?

Le film Studio 54 avec Salma Hayek a été le point de départ de mon inspiration. J’ai fait beaucoup de recherches autour de ce lieu mythique, et c’est un film que j’ai beaucoup apprécié, malgré les mauvaises critiques qu’il a pu essuyer.

Il y a 3 personnes qui m’ont vraiment marqué :

  • Grace Jones pour son extravagance. Je l’ai d’ailleurs rencontré et avons pu échanger sur ses folles soirées au Studio 54.
  • Bianca Jagger pour son élégance et son glamour. Une photo d’elle ma particulièrement marqué,  celle où on la voit arriver sur un cheval blanc. C’était le jour de son anniversaire, qu’elle fêtait au studio 54.
  • Diana Ross, quant à elle, m’a inspiré pour le velours. C’est une de ses photos, celle où on la voit danser avec un haut en velours qui m’a plu.

guestofaguest

Quels retours avez-vous pu avoir sur votre collection ?

D’une façon générale, j’ai eu de très bons échos. La prochaine étape, est que nous allons photographier la collection pour un lookbook. J’ai eu la chance d’avoir pu montrer mes créations à des influenceurs qui les ont aimé et qui les portent aujourd’hui.

Une dernière question : si une personne devait devenir l’égérie de votre marque, à qui penseriez-vous et pourquoi ? 

Il y a plusieurs personnes qui m’inspirent et que je verrais bien incarner ma marque. Ma maman par exemple pour commencer, qui a toujours été une source d’inspiration et qui continue de l’être pour moi. J’ai beaucoup regardé des photos d’elle plus jeune, elle avait beaucoup de style et nous a inculqué le bon goût. Mais je pense surtout à ma maman, parce qu’elle et ma famille m’ont toujours soutenu.

Autrement, Beyoncé est une artiste complète que je verrai totalement incarner mes collections. Elle est incroyable, pour ce qu’elle apporte dans la musique, mais aussi pour son style vestimentaire qui a beaucoup évolué et qui s’affirme. J’aime également beaucoup le style de Rihanna. Enfin, je pense aussi à Noémie Lenoir, qui est devenue une amie proche aujourd’hui. Elle fait partie de ces beautés naturelles avec qui je souhaiterais collaborer.

fahaid sanober

 

Rendez-vous sur Hellocoton !