Like

Rencontre avec Anne Cécile Couetil créatrice de Velvetine

La semaine dernière, le Ticket Mode vous racontait l’histoire de Velvetine, et c’est dans son showroom du 12ème arrondissement que nous avons rencontré Anne Cécile Couetil, la créatrice de Velvetine.

velvetine.fr

velvetine.fr

Qu’est ce qui t’a amené dans l’univers de la mode ? Et plus particulièrement dans celui de l’accessoire ?

Ma grand mère était couturière et ma mère était très forte pour  se confectionner des accessoires et des vêtements donc on a probablement ça dans le sang ! J’ai suivi une formation de styliste modéliste vêtements. Et pendant l’école j’ai commencé à créer des sacs et des bijoux.

Quel a été ton parcours?

Après le bac, j’ai été au Studio Bercot, puis à l’École de la Chambre syndicale qui m’a permis de vraiment apprendre la construction d’un vêtement.

Quels sont tes créateurs préférés ?

Rodarte, Proenza Schouler, Nicolas Ghesquière, les dernières collections de Gucci par Alessandro Michele.

Où puises-tu l’inspiration ?

Je suis très inspirée par les 70’s, le grand Ouest américain, la culture amérindienne, le rock, les looks des groupes de musique, le vintage, les filles croisées dans la rue aussi. J’adore Pinterest et Instagram pour découvrir des artistes et créateurs.

Qu’est-ce-qui te plaît dans la culture amérindienne ?

Le respect de la nature, des valeurs humaines, la vie en communauté. L’esthétique qu’ils ont créé également : l’utilisation du cuir, franges, et broderies en perles de verre. C’est une culture empreinte de magie.

Pourquoi avoir choisi le nom de “Velvetine” ?

Velvetine m’évoque le rock, son énergie et son coté rebelle, avec une consonance féminine.

velvetine.fr

velvetine.fr

Pourquoi faire des robes de mariées aujourd’hui ? Et qu’est-ce-qui te plaît dedans ?

J’aime l’idée de créer quelque chose de précieux, dans des matières exceptionnelles. Nous travaillons avec des fournisseurs de dentelles dans le nord de la France, qui ont un savoir faire incroyable. Toutes les robes sont faites dans notre atelier showroom, sur mesure, on peut vraiment aboutir une robe comme on le souhaite, améliorer un modèle si on a soudainement une autre idée, en ne dépendant pas d’un atelier de confection extérieur. Et ça me permet aussi de proposer des créations personnalisables.

 L’accessoire c’est fini ?

Non pas du tout, la robe de mariée est une évolution. Je développe une gamme plus étendue de bijoux actuellement, et de nouveaux modèles de sacs pour la prochaine saison.

velvetine.fr

velvetine.fr

Créer une marque et la pérenniser n’est pas une chose facile, comment t’y es-tu prise ?

Il faut essayer de s’adapter au mieux à un marché en constante évolution et aux nouvelles technologies. Et développer ses compétences pour acquérir de nouveaux savoirs, et être un minimum  bon en tout ce qui concerne sa marque.

Avec ton expérience, as-tu un conseil à donner aux jeunes créateurs qui souhaitent se lancer ?

C’est encore plus difficile aujourd’hui qu’avant, avec une concurrence internationale et  celle des boutiques mass market.  C’est une bonne idée de voir sa marque en mode start-up, trouver un ou plusieurs associés, car quand on lance sa collection, tout doit bien fonctionner : le site doit être impeccable, les photos aussi, le business plan bien calculé, les modèles bien étudiés. Enfin c’est un vrai casse tête ! Et surtout, il faut vraiment prendre un maximum d’expérience avant de se lancer. En somme tout le contraire de ce que j’ai fait !

Comment imagines-tu la femme velvetine ?

Living on the edge ! 😉

velvetine.fr

velvetine.fr

Rendez-vous sur Hellocoton !