13

Parc du Mercantour : la beauté au naturel

« Il en faut peu pour être heureux« , dixit Baloo et sa sagesse éternelle. Des mots qui trouvent leur sens en plein cœur du Parc national du Mercantour. Rivière, cascades, nature, marmottes… Un spot parfait pour une balade, un lâché prise du quotidien et un bon bol d’air pur.

Si choisir entre mer et montagnes peut paraître compliqué pour certains, le Parc national du Mercantour, lui, n’a pas eu à se poser la question. Il s’étire sur les départements des Alpes-Maritimes et des Alpes-de-Haute-Provence, mélangeant ambiance méditerranéenne et montagnarde. Créé en 1979, il fait partit des 10 parcs nationaux de France. Situé dans l’hexagone, il entretient toutefois une relation très étroite avec l’Italie, puisque le Mercantour possède 33 km de frontière commune avec le Parco Naturale Alpi Maritime. En 1987, l’union est scellée et les parcs jumelés.

Mais passons à ce qui nous intéresse plus particulièrement : les 6 vallées principales et 2 vallées secondaires qui le composent. Cet espace naturel, vaste et riche, combiné aux différences climatiques de sa géolocalisation, lui permet d’avoir des paysages très variés. Accessibles pas divers endroit (ndlr : un accès par vallée), chaque balade offre un paysage unique. C’est pourquoi le Parc du Mercantour est fortement réputé pour ses randonnées pédestres. Il compte, à ce jour, 600 kilomètres de sentiers entretenus et balisés. Sa réputation se forme aussi autour de l’alpinisme et le ski de randonnée.

La petite anecdote : dans le passé, le Mercantour a été témoin de bon nombre d’affrontements, ainsi que de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, il est encore possible de voir des vestiges militaires.

Une mère et son petit ©Fanny Pourpre

 

Préserver sa nature

Classé comme réserve, le parc s’est fixé comme principale mission de protéger sa faune. Il se compose à 60 % d’espace naturels protégés. Grâce à son statut, le Mercantour permet le maintien de 53 espèces menacées de vertébrés. C’est également un terrain propice à l’élevage ovin, bovin et caprin, des éleveurs locaux. Il n’est donc pas rare de croiser un troupeau. Mais les véritables vedettes sont, sans nul doute, les marmottes. Beaucoup de personnes viennent les observer. Loin d’être farouches, elles se laissent approcher de près.

 

Au détour de la rivière

Nous sommes allés y faire un tour et avons pris notre départ au parking du Pont Rouge, sur la commune de Larche (04), à 1916 mètres d’altitude. Au cœur du Vallon du Lauzanier, nous prenons la direction du lac éponyme. Une marche de cinq kilomètres, d’une durée de deux petites heures, longeant la rivière de l’Ubayette. Un paysage verdoyant, calme et de toute beauté. Au loin, des cascades dégringolent les montages. Arrivée à destination, le Lac du Lauzanier (2284m d’altitude) s’offre à nous. C’est dans son immensité que la rivière prend sa source.

Lac du Lauzanier ©Fanny Pourpre

Nous avons poussé notre randonnée un peu plus loin, et continué jusqu’au second lac : le Lac de Derrière la Croix (2428m d’altitude). Une nouvelle heure de marche pour parcourir les deux kilomètres qui les séparent. Après une côte pour la moins sportive, l’effort est récompensé. Un magnifique champ de marguerite borde l’eau. La taille de ce dernier varie selon la période de l’année et ce jour-là, il recouvre un petit sentier et des ruines. Cependant, la couleur claire de l’eau, permet de les distinguer.

Lac de Derrière la Croix ©Fanny Pourpre

Au total, six heures de randonnée et 15 kilomètres parcourus au sein d’une nature à couper le souffle. Si nous avons choisi cette randonnée, il en existe toutefois une multitude (ndlr : plus de 30). Elles sont toutes classées selon le niveau physique exigé, le niveau technique, les vallées, et les lieux de départ/arrivée.

Info pratique : le parking est fermé du 14 juillet au 20 août entre 10h et 17h. A la place, une navette gratuite est mise en place. Elle passe toutes les 30 minutes, depuis le village de Larche.

Le mot de la fin

Que serait un article sorties, sans les conseils avisés du Ticket Mode ? 

Ainsi, pour aller arpenter les sentiers du Parc du Mercantour, tel un aventurier, nous vous conseillons : des chaussures de randonnée (remballer les Stan Smith esthétiques, on est pas dans le même Level), apporter beaucoup d’eau et se rafraîchir régulièrement avec l’eau vivifiante #euphémisme de la rivière, crème solaire et casquette parce que, oui, le soleil de la montagne est traître, et SURTOUT, vérifiez la météo ! Les orages de montagne ce n’est pas exactement le même délire que ce à quoi nous sommes habitués. Et croyez-nous, la grêle, ça fait très mal…

Rendez-vous sur Hellocoton !