5

La petite histoire #49 le Beaujolais Nouveau

« Lyon est une ville arrosée par trois grands fleuves : le Rhône, la Saône et le Beaujolais ». Léon Daudet Ecrivain, Homme politique, Journaliste 1867-1942.

Ah le beaujolais nouveau… Je pense qu’il y aurait beaucoup de soirées et de lendemains à raconter sur ce breuvage originaire du nord de Lyon. Retour en ma belle région pour vous conter sa petite histoire et ses déboires !

©destination-beaujolais

Un vin sans long chai*

Si le beaujolais est nouveau il vient tout d’abord d’un cépage, le gamay (une sorte de raisins noirs à peau très fine). Afin de vous éviter tous les soubresauts administratifs français, retenons que les producteurs ne pouvaient sortir de leurs chais les vins AOC qu’à partir du 15 décembre 1951. Cela fît trembler la production beaujolaise qui finit par obtenir l’autorisation de les mettre sur le marché un mois plus tôt. Le 15 novembre pouvant tomber un week-end, c’est finalement le 3ème jeudi du mois de novembre qui s’imposa.

©lci

Bon, maintenant revenons-en à nos moutons ! Le beaujolais nouveau est donc issu d’un raison noir qui produit un jus blanc pour un vin croquant pouvant être consommé jeune. Ce vin de primeur est, comme je vous l’ai dit, issu du cépage gamay provenant de sols acides et granitiques. Retenons que ce dernier représente 30 000 hectares dans le monde dont 20 000 en France soit 67%. Ainsi, afin de conserver son arôme original fruité on procède à une vinification semi-carbonique due à ses raisins riches en arômes.

©levintoutsimplement

Quand la primeur est en fête

Le 15 novembre lança une sorte de course de rallye, le premier qui l’avait, ouvrait les hostilités ! Aujourd’hui, les systèmes de production ont évolué et tout le monde est enfin prêt au 3ème jeudi de novembre. Cela a peut être dénaturé légèrement le charme de jadis, mais en région lyonnaise, sachez-le, il suscite toujours un réel engouement depuis 67 ans ! Loin de nous l’ère du marketing et de ses dérivés, où une simple affiche « le beaujolais nouveau est arrivé » accolée au bistrot suffisait à créer l’ébullition. D’ailleurs ces derniers y ont beaucoup contribué.

©gourmandviepratique

Les voyages du beaujolais nouveau

©statistica

Notre cher petit vin rayonne désormais urbi et orbi, pour ne pas citer, de New York à Tokyo. Apparemment, au Japon il est même devenu coutume de se baigner dans des bains chauds de beaujolais nouveau. Il est devenu l’occasion d’une fête mondiale.

 ©kanpai.fr

Recommandations

©mtaville

Petit conseil, plutôt d’AOC  Beaujolais, la cuvée 2015 a été un excellent cru alors, si vous en avez, le mieux serait de vous laisser tenter. Accompagné, d’un bon plat de cochonnaille bien de chez nous, le beaujolais nouveau, vin primeur comme nous le savons, est avant tout un vin de rencontre, de plaisir et de fête.

« Il faut s’efforcer d’être jeune comme un beaujolais et de vieillir comme un bourgogne ».

Robert Sabatier, Ecrivain, Poète 1923-2012.

*Lieu en rez-de-chaussée où l’on emmagasine les alcools, les vins en fûts.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !