Like

Les Orphelins Baudelaire de Netflix : Désespérément addictif

Dévoilée début janvier, la nouvelle série Netflix A series of unfortunate events a déjà fait de nombreux émules parmi les accros aux séries, mais également chez les plus néophytes. 10 ans après la sortie du film retraçant les aventures de la fratrie Baudelaire, les attentes étaient nombreuses.

Le 13 janvier, la firme du binge watching a dévoilé les 8 épisodes de la série Les Orphelins de Baudelaire, développée par Mark Hudis. Adaptée de la saga best seller écrite par Lemony Snicket, hétéronyme de l’écrivain américain Daniel Handler, elle était attendue depuis plusieurs mois. Avec un casting composé notamment de Neil Patrick Harris, Malina Weisslan, Louis Hynes, K.Todd Freeman et Patrick Warburton, Netflix nous laissait entrevoir une série à la hauteur de son inspiration. Avec 2 épisodes par tome, cette première saison nous offre ainsi les 4 premiers livres sur petit écran.

L’histoire en bref :

Suite au décès de leurs parents, les 3 orphelins Baudelaire doivent être placés sous la tutelle de leur famille la plus proche. Alors que M.Poe fait ses recherches afin de leur trouver le meilleur des foyers, Comte Olaf met un plan en place. Son voeu le plus cher ? S’emparer de la fortune des Baudelaire, coûte que coûte.

©NETFLIX

C’est armé de plusieurs litres de thé et d’une tablette de chocolat noir que les 8 épisodes défilent sur nos écrans. Mais alors….

giphy

©Netflix

….Cette série vaut-elle le coup ?

 

Le générique annonce la couleur

Premier point, le générique. Parfaitement interprété par Neil Patrick Harris, il nous plonge directement dans le bain. Une voix profonde qui nous incite à détourner le regard, à fermer nos écrans, alors que des images aux teintes sombres se succèdent. Dès cet instant, une grande différence avec le film apparaît. La série Netflix joue pleinement la carte des images sombres. Là où le cinéma avait placé des couleurs vives, la morosité domine.

Vous êtes prévenus, cette série ne sera pas joyeuse, il n’y aura pas d’espoir pour les enfants Baudelaire. “Every single episode is nothing but dismay. Look away.”

©NETFLIX

Un conte fidèle à l’original

Que les fans de la saga littéraire se rassurent, la série est en adéquation avec l’écriture de Daniel Handler. Les plans se succèdent sans fausse note, et nous transportent aux côtés des orphelins Baudelaire, auxquels la vie ne fait aucun cadeau. Afin de nous conter ces mésaventures, la série offre une place bien plus importante au narrateur que celle accordée par le film. Lemony Snicket, interprété par Patrick Warburton, rajoute ainsi du drame aux épisodes. Du début à la fin, il renforce l’aspect tragique de l’histoire des Orphelins Baudelaire, dont le terrible destin semble inévitable.

©NETFLIX

©NETFLIX

Des comédiens éblouissants 

Plus qu’une bande son sans fausse note, qu’un cadre parfaitement posé et triste à souhait, qu’une histoire originale respectée, ce sont surtout…. des acteurs au talent indiscutable ! Ces derniers jouent leur rôle de façon professionnelle et impressionnante. Tous plus crédibles les uns que les autres, ils nous emportent avec eux sans crier gare.

Pour autant, le talent de Neil Patrick Harris est particulièrement à souligner. Son interprétation de Comte Olaf nous subjugue et nous laisse sans voix. Il enfile chacun des déguisements avec une aisance folle, et les personnalités avec agilité. Attention, vous pourriez vous prendre au jeu. Ses interventions sont si bonnes, qu’un sourire irait peut-être jusqu’à naître sur votre visage, malgré l’horreur du personnage !

©NETFLIX

©NETFLIX

Au final, cette série nous transporte dans un tout autre monde avec une facilité déconcertante. Les épisodes se succèdent sans longueur, et nous sommes désespérément addicts aux mauvaises aventures des Orphelins Baudelaire. Netflix a ainsi plus que réussi son pari, et ravi les fans de la première heure.

Bonne nouvelle : En janvier dernier, Daniel Handler, auteur de la série littéraire et scénariste de la série, a annoncé déjà travailler sur une deuxième saison de 10 épisodes, afin d’adapter les romans 5 à 9. Une troisième saison viendra ensuite conclure la série.

Le rendez-vous est pris !