Like

Un bout d’histoire de vie: Mémoires d’enfant – Episode 4

Le Ticket Mode propose la suite du portrait d’histoires de vie. Dans l’épisode 3, notre jeune adolescent et sa famille se sont réfugiés dans un village reculé du pays. Après une longue marche et des rencontres extraordinaires, une lueur d’espoir apparaît…!

 

Mon esprit était confus et mon cœur à la fois triste et plein d’espoir. Je ne comprenais pas cette situation. Nous sommes partis ce matin de ce village où nous nous étions arrêtés avec mon ami David et nos familles respectives. Ma mère et ses collègues avaient obtenu la confirmation de la possibilité de nous rendre dans le pays voisin.

Il nous fallait rejoindre les berges pour pouvoir traverser le fleuve qui séparait nos deux pays. Une fois sur place, une pirogue serait présente pour nous transporter. Bien entendu, les frais de traversée étaient à la charge de chaque famille. De plus, la condition sine qua none était de travailler pour l’organisation internationale comme Maman. Une liste précise de noms serait donnée aux postes frontières.

Dire au revoir… Ou peut-être adieu… A été difficile avec David. Marcher et vivre ces moments ensemble nous avaient rapproché ! Nous ne comprenions pas pourquoi ils ne pouvaient pas venir avec nous. Entendre “tu m’abandonnes…” a été l’un des moments les plus tristes de toutes ces aventures.

Rejoindre notre point de rendez-vous nous a pris une journée entière. Nous sommes partis aux aurores et sommes arrivés en début de soirée. Il était important de ne pas s’arrêter afin de ne pas être surpris par les milices armées à qui il faudrait expliquer notre présence. Il a donc fallu marcher quasiment toute la journée, une vraie épreuve surtout pour les plus jeunes.

Arrivés sur les berges du fleuve, il fallait préparer le campement pour la nuit. Nous sommes allés chercher des grandes feuilles de bananiers avec mon père. En effet, nous devions préparer un lit de fortune et ne pas dormir à même le sol. Nous avons réussi à en trouver un nombre assez grand pour toute la famille.

Source: Youtube

Une lueur d’espoir…

24 Décembre. Papa et Maman ont prévu un cadeau pour chacun de nous en dépit des circonstances. Nous sommes contents de la démarche. Cela nous permet d’oublier la tristesse du moment.

Vers 19h, le ciel se couvre rapidement et il se met à tomber des trombes d’eau. Nous n’avons nulle part où aller pour nous abriter. Une grosse averse nous tombe donc sur la tête. Elle dure bien 20 minutes. Nous sommes tous frigorifiés. Nous utilisons les feuilles de bananiers pour nous protéger un minimum et nous sommes serrés les uns contre les autres afin de conserver notre chaleur.

La plupart des personnes autour de nous ont le visage tiré. Un monsieur propose d’allumer un feu de camp pour se réchauffer. Tout le monde est d’accord en dépit du danger. En effet, le feu pourrait être repéré par les milices et ils pourraient nous surprendre et tous nous tuer.

Néanmoins, il s’agissait d’une merveilleuse idée. Tout le monde s’est mis à chanter et danser avec le crépitement du feu géant en fond. Nous avons vécu une soirée magnifique pleine d’émotions et de rire.

Cette berge nous a accueilli pendant trois jours. Nous attendions une validation des autorités du pays voisin pour pouvoir traverser. Deux hommes dans une pirogue ont fini par arriver. Il fallait s’organiser pour traverser et négocier les tarifs. Jeune adolescent curieux de la vie, je suis impressionné par la dextérité et la force de ces hommes. D’abord, ils ont commencé par remonter le courant en diagonale à la force des bras (avec 8 personnes dans l’embarcation). Puis ont laissé l’embarcation redescendre pour se diriger vers l’autre berge. Un vrai tour de force !

Nous voilà en terres étrangères. Une nouvelle aventure commence… !

A SUIVRE

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !