Like

Un bout d’histoire de vie : mémoires d’enfant – Episode 1

Un proverbe dit: “telle une perle, la vie nous façonne au fil du temps”. Nos expériences de vie servent à nourrir notre mémoire de souvenirs aussi bien joyeux que tristes. Elles servent également à façonner notre esprit et à évoluer vers qui nous serons demain. Cela commence dès le moment où nous poussons notre premier cri hors du ventre de nos mamans. Le Ticket Mode revient avec ses portraits d’aventures de vie vécues à travers le globe et te propose à nouveau plusieurs épisodes d’une nouvelle histoire. A vos marques, prêt…..vibrez!

 

7h00. Le ciel est gris et nuageux. L’air est frais et une petite brise souffle de temps en temps. Les rues du quartier du Centre Sportif sont calmes. D’ordinaire, elles grouillent de monde. Entre les personnes qui partent travailler, les élèves qui se rendent à l’école, les vendeurs ambulants et les badauds, l’effervescence matinale ponctue le réveil de la vie du quartier.

Trois mois sont passés depuis le début de la rentrée scolaire. Je suis en classe de 3ème maintenant et nous entamons le dernier mois du premier trimestre. Ce matin, j’ai cours de sport. La semaine dernière, le professeur nous a dit que nous entamerions une session en athlétisme. Je vais enfin pouvoir porter le nouveau survêtement Adidas que maman m’a acheté. Je l’ai attendu tellement longtemps. Il y a aussi ma nouvelle paire de baskets!

–  “Les enfants! Il est temps de partir. N’oubliez pas que nous devons partir plus tôt aujourd’hui. J’ai une réunion! En voiture!” nous crie papa.

Mes sœurs et moi nous dépêchons de nous installer dans la voiture. Nous connaissons le trajet par cœur. Nous croisons toujours ce vieux monsieur au coin de la rue qui est assis à fumer sa pipe ou encore cette dame qui emmène sa fille probablement à l’école comme papa le fait pour nous. Pourquoi aussi peu de monde dans les rues?  J’ai une sensation bizarre aujourd’hui!

Première session d’athlétisme. Le prof nous annonce que ce sera du saut en hauteur. C’est le tour de mon ami Destin. Il répète: “je suis le fil….je suis le fil….je suis le fil” avant de s’élancer. Il s’agit probablement de sa manière de se motiver; c’est tellement drôle! Nous apercevons le directeur des études qui s’avance vers nous. Il interrompt le cours, nous ramène tous dans notre salle de classe et demande à Andréa et Mathias de rejoindre leurs parents qui sont venus les chercher pour rentrer chez eux. Que se passe-t-il donc? Pourquoi venir les prendre en plein milieu du cours de sport?

Environ quinze minutes après le départ de mes amis, nous entendons des coups de feu au loin. Il s’agit bien du bruit d’un AK47. Il ressemble vraiment à ce que j’ai entendu il y a quelques années quand mon pays a été déchiré par une guerre civile causé par des avides de pouvoir. Les bruits s’intensifient et s’éparpillent dans l’air. Je pensais avoir oublié le traumatisme de ce conflit qui a fait tant de morts et pourtant ce bruit si particulier, ce claquement régulier, la peur dans les yeux des gens me rappellent des souvenirs. Les rafales de tirs ne s’arrêtent pas et au contraire semblent s’intensifier. Que se passe-t-il? Encore une nouvelle prise d’otages de la population?

L’école est en train de se vider avec les parents qui défilent. Nous apercevons à travers les fenêtres de la classe les voitures dans la rue. Je me demande quand ce sera mon tour. Mon père finit par arriver. Il a déjà récupéré mes deux petites sœurs dans leurs classes. Il n’est pas venu en voiture. Avant de sortir de l’école, il se baisse vers nous et nous dit, l’air grave mais rassurant:

–  “Les enfants! Nous allons devoir marcher pour rentrer à la maison. Je sais que le trajet à pied est long mais c’est le plus sûr. Nous ferons des pauses. Je sais que vous en êtes capables. Mon garçon, tu es le plus grand. Je compte sur toi pour veiller et aider tes sœurs. Je vais passer devant pour montrer la voie. Tu fermes la marche. Nous croiserons probablement beaucoup de monde en chemin qui marcheront comme nous. Nous restons bien ensemble. Ne vous inquiétez pas! Papa est là! Allons y!”

–   “Oui, Papa!” nous répondîmes en chœur.

Et nous nous sommes enfoncés dans les petites rues de la ville pour rejoindre la maison…..

A suivre

 

Rendez-vous sur Hellocoton !