Like

Le méchant d’Avengers défenseur des théories de Malthus ?

Dans Avenger :  Infinity War, Thanos veut exterminer la moitié de la population de l’univers.  Selon lui, un tel projet est le seul moyen d’assurer la survie des êtres vivants. Le “ Titan Fou” prétend rétablir l’équilibre entre les ressources et le nombre habitants, une théorie défendue, dans une moindre mesure par l’économiste Thomas Malthus (1766-1834) en son temps. Quand Marvel s’inspire des théoriciens.

 

Docteur Strange, Spider-Man, les Gardiens de la Galaxie… Ils sont plus d’une dizaine de nouveaux super-héros à joindre leurs forces à celles des Avengers pour lutter contre le projet destructif de Thanos. Surpopulation héroïque ?  Il s’agissait surtout d’unir tous les personnages pour un épisode qui impactera lourdement les suivants. Le point d’orgue de tous les films produits depuis dix ans par Marvel.

En cherchant à acquérir les pierres de l’Infinité, Thanos a un projet de société en tête. Le grand méchant ne se contente pas de vouloir détruire pour détruire, il a une théorie qui part d’un constat : l’univers est surpeuplé et le surpeuplement est à l’origine de la destruction des mondes.

Régulation destructrice de la population

Depuis des décennies, Thanos vogue de planète en planète où il extermine systématique la moitié de la population, pensant ainsi rétablir “l’équilibre”.  Le géant violet est donc persuadé d’être un bienfaiteur. Sa vision du monde ressemble cruellement à la doctrine malthusianiste, hostile à l’accroissement de la population. Les frères Russo, l’ont développé à l’extrême. Car si Thanos donne la mort,  Thomas Malthus (1766-1834) préconisait la restriction volontaire de la natalité.

Une scène en particulier met en avant la correspondance entre le malthusianisme et le projet de Thanos. Selon le premier, une population qui tend à croître plus rapidement que ses ressources va devoir faire face à plusieurs obstacles : en l’occurence la famine ou les épidémies. Selon Thanos, un développement de la population non contrôlé engendre une surexploitation des ressources et donc leur anéantissement. D’ailleurs le super-vilan Marvel explique que sa planète Titan a été victime de “ce déséquilibre”. Dans Avengers: Infinity War, l’on découvre Titan complètement dévastée et désertée. Toute forme de vie végétale et humaine a disparu. Thanos rappelle alors avec nostalgie, l’air de l’abondance qui a précédée cette catastrophe.

Un méchant à combattre avec des idées

La force du scénario de Joe et Anthony Russo est d’avoir créé un personnage torturé par ses réflexions qu’il sait lourdes en conséquences et non sans sacrifices. Un questionnement relié à la réalité à l’heure où l’on s’interroge sur l’avenir de la Terre face à l’exploitation destructrice de l’Homme. Si la thèse de Malthus remonte au XVIIIe siècle, les préoccupations écologiques renouvellent ses réflexions en élargissant les impacts du surpeuplement et d’une mauvaise utilisation des ressources à la nature.

Thanos s’en préoccupe également. Dans Avenger : Infinity War, impossible de mettre un tel personnage dans la case du méchant débile. Il réfléchit trop pour cela. Une scène particulièrement marquante le montre dans un cabane en bois, seule au milieu d’une nature sauvage, préservée de toutes espèces ressemblant de près ou de loin à des humains. L’Éden selon Thanos.

Rendez-vous sur Hellocoton !