Like

“Love for rêver” à la rencontre de Achbé

QUAND ON VOUS DIT PARIS, VOUS PENSEZ À LA TOUR EIFFEL, LES CHAMPS ELYSÉES, L’ARC DE TRIOMPHE. MAIS ÊTES-VOUS SÛR DE N’AVOIR RIEN RATÉ ? SI VOUS NE DEVIEZ VOIR QU’UNE VUE, N’AVIEZ QU’UNE IMAGE À EMPORTER DE LA PLUS BELLE VILLE DU MONDE, N’IRIEZ-VOUS PAS À MONTMARTRE ? ALLEZ C’EST PARTI !

Le 18ème, « Paris Nord », cet arrondissement où tout le monde se mélange. De la Goutte D’or en passant par Marx Dormoy sans oublier le Sacré Cœur. Cet arrondissement qui a accueilli Louise Michel, Jacques Prévert, Jacques Mesrine, le TSR Crew, La Scred Connexion et plus récemment Achbé. Chaque personne citée pourrait faire l’objet d’un article car elle a marqué sa génération à sa manière. Mais, aujourd’hui, nous avons décidé de vous présenter la dernière évoquée, cette artiste de « rue », petite dame au grand cœur !

Une belle rencontre

Quand on vous dit Achbé ou « Ma rue par Achbé », vous penserez sûrement à cette phrase sur Simone Veil, grande femme qui s’est éteinte en juin dernier. Son hommage à « notre muse », comme elle l’appelle, a fait le tour des réseaux sociaux avec plus de cent mille partages et a propulsé Achbé au-devant de la scène.

https://www.facebook.com/marueparachbe/

Mais, son travail ne se limite absolument pas à cette dédicace. C’est pourquoi nous avons décidé d’aller à sa rencontre pour comprendre son travail, les raisons, les buts et objectifs. Lundi soir, sorti du travail, on saute dans la ligne 2 pour se rendre dans le 18ème. Nous montons les marches de Montmartre, et nous y sommes ! La phrase du jour, clin d’œil à la rentrée scolaire est là sur le trottoir.

©Le Ticket Mode

Un appel et Achbé sort de chez elle, tout sourire. La rencontre est faite, direction un bar pour converser avec cette artiste qui fait beaucoup parler ces derniers temps. Un moment génial ! Achbé, (de son vrai prénom Claudie), est une personne fantastique, ouverte d’esprit, mère de famille et travailleuse. Elle déborde d’énergie, d’idées, de combats et c’est agréable de voir que peu importe l’âge, la classe sociale, les origines, de belles rencontres sont possibles. Et nous sommes honorés de l’avoir côtoyé. Mais il est temps de vous présenter son travail et l’origine de Achbé.

« Ma seule contrainte c’est de ne pas en avoir »

Achbé a toujours aimé l’écriture. Elle a son petit carnet et son smartphone où elle écrit ses idées, ses inspirations mais elles restent personnelles et elle ne les partage pas. Un matin d’avril, une craie traîne dans l’entrée et elle décide d’écrire un petit mot amusant sur le trottoir devant chez elle.

https://www.facebook.com/marueparachbe/

Les réactions sont positives, alors elle continue les messages pour donner le sourire aux gens et exprimer ce qu’elle pense. Son message principal « Love for rêver » est la pierre angulaire de son travail. Elle souhaite le porter à tout le monde, dans différents endroits. Car l’amour, le rêve ne sont t-ils pas les moteurs qui nous font vivre et avancer ?

D’ailleurs, c’est l’amour qui est principalement ressorti des dires d’Achbé. Car le choix d’écrire sur le trottoir pour que le message soit vu du ciel, qui se veut humoristique mais pas que, est un hommage à son mari, décédé sur ce même trottoir. Hervé Baudry (paix à son âme) était un grand dessinateur, qui a fait les beaux jours des journaux comme Le Monde, le Huffington Post, Rue89. Ses caricatures en ont marqué plus d’un et c’était un homme connu et reconnu dans le milieu du journalisme. D’ailleurs, il est important de dire qu’il fait lui aussi partie des figures du 18ème et qu’il mériterait un article. Achbé (les initiales d’Hervé Baudry) souhaite à sa manière continuer l’œuvre de son mari, lui rendre hommage et perpétuer une connexion entre eux.

 

Les phrases viennent d’une traite, ou sont le fruit d’une réflexion. Elles peuvent venir des informations du matin, d’un événement, d’un message à faire passer. Personne ne sait ce qu’elle va écrire avant que la phrase ne soit sur le bitume. Et le plus important, c’est qu’elle n’obéit à aucune contrainte. Puis, après quinze minutes d’écriture, le message apparaît. L’écriture est un moment important, c’est le contact entre la craie et le sol, c’est un moment particulier. Ben disait « je n’écris pas je dessine », du coup il y a un réel plaisir à écrire. Une fois réalisé, il y a le moment de la photo. Toujours en noir et blanc et avec le ciel en fond. S’il peut y avoir des passants c’est encore mieux ! Ensuite, la photo est postée sur les réseaux sociaux et fait à chaque fois sensation.

https://www.facebook.com/marueparachbe/

L’avenir

Au fil des mois, Achbé a vu sa communauté grandir sur les réseaux sociaux avec plus de 20 000 personnes sur facebook (https://www.facebook.com/marueparachbe/)  et 4 500 sur Instagram (https://www.instagram.com/marueparachbe/). Une majorité de femmes mais les hommes aussi commencent à s’y intéresser et nous vous encourageons à découvrir son œuvre.

Comment imagine-t-elle son avenir ? Tout d’abord un livre de ses photos verra bientôt le jour. Peut-être vivre de son travail, mais pas à n’importe quel prix. Claudie a trop de valeurs pour que cela devienne un business, que ce soit vulgarisé. Il y aura toujours une démarche sociale dans son œuvre. Elle souhaite travailler avec les écoles, les associations qui militent pour le droit des femmes et des immigrés. Mais elle n’est pas fermée. Si ces petits bouts de phrases peuvent dégager un message positif et aider les autres alors elle est ravie car comme elle le dit « ça fait un bien fou d’être utile ». Vous pourrez d’ailleurs la retrouver à la fête des vendanges le 13 octobre (https://www.fetedesvendangesdemontmartre.com/), un évènement très sympathique qui se déroulera à Montmartre. Ses petits rêves cachés ? Ecrire dans le métro parisien et exposer son travail en galerie, toujours en lien avec une cause. Elle ne lâchera pas sa craie et le sol, donc messieurs ne tenter pas de lui demander des toiles pour les revendre et faire du profit. Prenez conscience qu’il existe encore dans ce monde des personnes généreuses qui savent rester humbles, naturelles et ne vendent pas leur âme. Et Achbé en fait partie…

Outro

Achbé a été interviewée par BFM Paris et d’autres journaux ou magazines. Son travail a été présenté en détails. Ce que nous cherchions à faire dans cet article était certes, de vous présenter Achbé et sa démarche, mais aussi de rendre hommage à Claudie. Car à travers son travail, on a compris que rien n’est impossible. Si vous souhaitez entreprendre un projet, lancez-vous, ne vous laissez pas dicter votre conduite en pensant que vous allez être jugé.e, osez ! Pensez-vous qu’Achbé s’attendait à un tel accueil ? Non. Elle l’a fait tout d’abord pour elle, pour son bonheur, puis elle a décidé de le partager et ça fait du bien de voir cela. Car, comme le disait James Worsham « “Avoir le courage d’entreprendre quelque chose est l’un des principaux facteurs du succès.”

https://www.facebook.com/marueparachbe/

Rendez-vous sur Hellocoton !