1

Les nouvelles ambitions éco-reponsable de H&M, on en pense quoi ?

Recyclage, transparence, utilisation de ressources durable, le géant suédois du prêt-à-porter, H&M, semble s’affairer à réduire son impact sur l’environnement.

Depuis 2010, avec le lancement de la gamme Conscious, H&M tente petit à petit à redorer son image de géant du Fast Fashion, en commercialisant des vêtements plus respectueux de l’environnement. Aujourd’hui, plus que jamais, le numéro 2 mondial du textile réaffirme ses ambitions en termes d’éco-responsabilité à l’occasion du lancement de sa collection capsule 100 % recyclée.

De nouveaux objectifs bien ambitieux :

–  100 % du coton utilisé devrait être issu de ressources durables d’ici 2020.

– 100 % des matières premières utilisées devraient être issu de ressources durable d’ici 2030.

– Une transparence totale sur la fabrication de ses articles (pays de production, noms des fournisseurs, des usines de fabrication et des travailleurs/ses).

H&M semble avoir pris conscience de l’énorme impact de l’industrie du textile sur notre planète et vise, depuis plusieurs années, à réduire le sien sur l’environnement avec l’émergence de nouveaux engagements au cours du temps, ce qui ne peut que réjouir les bobos semi-écolo.

Que ce soit, une réelle prise de conscience par la marque ou juste une façon de s’adapter à un nouveau marché en explosion, on ne peut le nier, c’est bien mieux que rien en comparaison à d’autres grandes enseignes similaires. On pourrait même les qualifier en premier de la classe dans ce domaine.

Cependant, ne serait-ce pas juste une manière de donner l’illusion qu’un problème est réglé juste pour en camoufler un autre ?

Effectivement, pour commencer, les principaux efforts proposés par H&M concernent la partie fabrication, or, l’ensemble des grandes enseignes du Fast Fashion, ne possèdent pas leur propre usine de fabrication. Leur secret, c’est la sous-traitance qui implique importation, mains d’œuvre à bas prix et surtout, cela signifie qu’ils n’ont pas directement la main sur la chaîne de fabrication et ils restent d’ailleurs volontairement très flou sur la façon dont ils comptent s’y prendre.

Ensuite, l’utilisation de matériaux responsable, c’est une chose, mais la production de masse qu’il génère est responsable de la consommation de 79 milliards de mètres cubes d’eau chaque année ce qui cause l’épuisement des ressources et notamment dans les pays d’Asie où ils sous-traitent principale alors que ce sont déjà des pays qualifiés d’arides.

Pour finir, produire des vêtements en fibre recyclée génère également du CO2. En effet, la récupération des fibres nécessite un processus industriel important qui n’est pas sans conséquence. Il s’agit donc d’une solution seulement partielle.

Finalement, on peut dire que les engagements d’H&M en termes d’éco-responsabilité sont un petit pas vers un mode de fabrication plus saint, mais l’empreinte carbone reste très présente, la sous-traitance également qui implique l’épuisement des ressources dans les pays les plus pauvres du globe et les conditions infâmes des travailleurs à bas prix dans ces pays et pour finir, cette démarche ne vise pas à réduire la production de masse réalisée par la marque chaque année qui reste le réel bémol. En effet la mode jetable reste la plus grande cause de pollution, plus de 150 milliards de vêtements sont produits par ans et le Greenwashing ne vise pas à réduire cela.

Alors, on peut quand même tirer notre chapeau à H&M de faire davantage d’effort et de montrer que certaines choses sont possibles, mais finalement, si tu veux vraiment réduire ton impact sur l’environnement change juste ton mode de consommation, trouve ton style et déplace-toi à vélo.

Rendez-vous sur Hellocoton !