4

Le tote bag, l’envahisseur des temps modernes

Accroché à l’épaule façon loose, le tote bag est devenu le sac incontournable de la « branchitude ». Toutes les personnes détentrices de ce morceau de coton renvoient l’image de simplicité et d’écologie. Mais la réalité est tout autre … La prolifération des tote bags dans les villes n’est pas si anodine, d’autant plus que ce sac n’est pas si naïf qu’il le prétend. Explications.

L’histoire du célèbre sac en toile

Né dans les années 1900, le sac en toile était l’outil indispensable des postiers. Ils s’en servaient pour transporter le courrier afin de le distribuer plus facilement, un outil plus léger que les traditionnelles sacoches en cuir. Ce sac réutilisable devient très vite un outil pour les magasins qui commencèrent à les distribuer à leurs clients pour transporter les marchandises achetées.

Il faut savoir que le tote bag est avant tout une invention nord-américaine. Il était d’usage d’emmener un cabas aux lanières colorées, dit aussi « le trimbaleur » en week-end dans les Hamptons pour pique-niquer. La coutume voulait qu’il soit brodé aux initiales de celui ou celle qui le portait. La société L.L.Bean, fondée en 1912 par Leon Leonwood Bean, est connue à cette époque pour la réalisation des broderies et des duck-boot. Il est, encore aujourd’hui, le cadeau de « bienvenue de tout invité à passer le week-end dans une résidence secondaire de East Hampton ou de Sag Harbor« .

Boat and Tote, Zip-Top
https://global.llbean.com/shop/Totes/677?page=tote-bags

C’est dans les années 90 que ce sac en coton devient un accessoire de mode, popularisé à la suite de la disparition progressive des sacs en plastique. Le nom « tote » ( to tote), tout droit venu des États-Unis, signifie littéralement « porter », « trimballer ». En allemand, la prononciation est similaire, car le sac proposé à la sortie des caisses se dit « tüte ».

L’art du snobisme

Le tote bag a rendu les cabas « has been », exit les sacs plastiques désormais on sort son tote bag pour ranger ses courses parce qu’on est responsable et écolo. Au revoir les cabas Vanessa Bruno ou Longchamp, Place au sac en toile beige clair, aux imprimés affriolants et logos exotiques. On est à la recherche du tote bag le plus créatif, le plus original, celui que personne n’a. Plus il sera sale et « destroy », plus il sera vintage et plus il aura du style et de la valeur … sentimentale … plus que financière (et peut-être même par flemme de le laver). Non le tote bag n’est pas une rolex, il ne prend pas de valeur avec le temps !

On a tous chez nous un ou plusieurs tote bags qui traînent récupérés à droite et à gauche, achetés en magasin, donnés par des marques en cadeau d’anniversaire ou encore offerts à partir de 60€ d’achat. D’une dimension standard (35 par 40 cm), ce sac est un véritable outil promotionnel pour les marques et un indice culturel. Loin de nous l’idée de comparer les tote bags Carrefour avec ceux de la dernière collab’ Balzac Paris et Frichti.

Image associée
https://ne-a.fr/collections/tote-bag-nee-a

Certains détracteurs diront que le tote bag est le symbole même de l’ascension du capitalisme dans notre société. Véritable panneau publicitaire ambulant et assumé, le tote bag permet aux marques d’avoir un espace d’exposition suffisamment grand et mobile pour capter l’attention du plus grand nombre. Et nous, consommateurs, prenons le pli en les achetant, parfois à des prix exorbitants (le tote bag Christian Dior est vendu au prix de 1 480 € !) , pensant alors faire une bonne action pour la planète.

Ecolo, vraiment ?

Pollution marine, énergies dépensées, pollution des sols, … tant de combat qu’on semble vouloir résoudre en utilisant des tote bag, mais est-ce réellement si écologique qu’on le pense ?

Véritable argument de vente de la Fast Fashion, le tote bag fait illusion. Son bilan écologique n’est qu’utopique. En effet, selon une étude menée en 2018 par l’Agence danoise de protection de l’environnement sur le cycle de vie des sacs de provision, les sacs en coton seraient « beaucoup plus nocifs pour la planète que les bouts de polyéthylène ». Il faut savoir que si vous n’utilisez que très peu votre tote bag, son impact environnemental sera plus important et destructeur que celui d’un sac plastique à usage unique. Pour éviter cela, vous devrez le réutiliser 7100 fois, et 20 000 fois s’il est réalisé en coton bio.

« Il faut être prudent sur les alternatives aux objets jetables. Ils ont aussi un impact sur l’environnement. Quand on remplace un objet à usage unique par un objet réutilisable, il faut s’assurer qu’il serve réellement plusieurs fois »

Laura Chatel, membre de l’ONG Zero Waste France

Pour une véritable alternative écologique (et mode), optez pour la fabrication d’un sac réutilisable à partir de vieux draps ou d’une nappe, voire même d’un t-shirt.

Grayscale Photography Of Woman Carrying A Bag
Alexander Mils

Un sac qui ne se déchire pas, réutilisable à l’infini qui peut être, selon l’Agence anglaise de l’Environnement, réutilisable jusqu’à 237 fois ! Une véritable conquête moderne et planétaire.

Rendez-vous sur Hellocoton !