5

Le Ticket Mode se livre #9

Lire ou ne pas lire, telle est la question … Une chose est sûre nos book-addicts vous proposent ce mois-ci une sélection littéraire hors des sentiers battus et bien loin de vos “classiques”.

Le choix de Jess

Petit, je détestais lire. Je n’y trouvais pas d’intérêt, cela ne me procurait aucun plaisir. Surtout que j’étais de nature hyperactive, alors rester assis pour lire… L’école ne m’a pas aidé, du moins au début. On ne lisait que des livres soit disant “classiques” mais peu attractifs. L’éternel débat sur la remise en question des programmes scolaires. Car il serait temps d’arrêter de penser que les grands auteurs ne sont que les grands noms d’autrefois. Je me souviens d’un livre qu’un professeur de sociologie nous avait conseillé “J’ai fait HEC et je m’en excuse“. Assez paradoxale quand on sait qu’à ce moment là j’étais en première année d’école de commerce me dirigeant vers un master en finance. Tout ça pour dire qu’il faut savoir sortir des sentiers battus et ne pas penser que la lecture se limite aux “classiques”.

J’ai fait HEC et je m’en excuse – Florence Noiville

Résultat de recherche d'images pour "J’ai fait HEC et je m’en excuse – Florence Noiville"
J’ai fait HEC et je m’en excuse – Florence Noiville

HEC, Hautes Etudes Economiques, l’élite des futurs financiers et marketeurs des groupes du CAC 40 et autres grandes entreprises. Là où l’on apprend comment toujours gagner plus. Pourtant le monde ne cesse de se dégrader d’un point de vue économique et écologique. Et ces derniers ne semblent pas en mesurer les conséquences, du moins pas s’y intéresser. Même si la nouvelle génération attache plus d’importance à l’écologie, le plaisir au travail et le rapport vie privée/vie publique, nombreux sont ils encore à privilégier l’argent et penser être les meilleurs. Pas Florence Noiville qui vient ici faire son “mea culpa”. Elle ne stigmatise pas mais cherche à réfléchir, à repenser les écoles du capitalisme. A travers une enquête auprès d’anciens élèves et la réforme de la Harvard Business School, elle montre que les têtes pensantes seraient plus utiles au commerce équitable et à la répartition des ressources mondiales plutôt que les marchés économiques ou les banques privées. Comment ré-allouer les connaissances et capitaliser sur l’intelligence des futures générations. 

Une réflexion très intéressante d’une personne passée dans l’école et qui n’a pas hésité à mettre de côté ses intérêts personnels au profit de la communauté. N’en déplaise à bons nombres d’élèves de l’école rencontrés lors de différents évènements qui ne validaient absolument pas ses écrits, la rabaissant…

La Salamandre – Jean-Christophe Rufin

Résultat de recherche d'images pour "La Salamandre – Jean Christophe Rufin"
La Salamandre – Jean-Christophe Rufin

Inspiré de faits réels, Jean-Christophe Rufin nous raconte une histoire terrifiante, entre haine et amour, paradis et enfer. Catherine, femme mûre parisienne, ne vit que pour le travail. Elle ne sait pas et n’aime pas s’arrêter. Mais un mois de vacances forcées lui est imposé. Direction le Brésil chez des amis. Elle y découvre les beautés et la chaleur des pays d’Amérique du Sud mais aussi ses petits plaisirs avec un jeune gigolo des favelas. Et voilà que ce cocktail lui fait “perdre” la tête et elle décide de tout quitter pour venir s’installer définitivement au Brésil. Mais on a souvent tendance à mélanger les vacances et la vie quotidienne. Elle y découvre alors la violence des favelas, les arnaques, les combines de jeunes près à tout pour s’en sortir. Amoureuse, elle s’embarque dans une histoire tumultueuse et pleine de rebondissement… quitte à tout perdre.

Médecin et diplomate en premier lieu, pionner de Médecins sans frontières, il a œuvré dans beaucoup de pays du “Tiers Monde”. Ce sont de ces expériences, de ces rencontres qu’ils tirent ces romans, racontés comme des récits de voyage. On vous le recommande !

Graziella vous conseille

De Sang et de Rage de Tomi Adeyemi : un vrai bijou de diversité et de magie

Résultat de recherche d'images pour "De Sang et de Rage de Tomi Adeyemi"
De Sang et de Rage – Tomi Adeyemi

Un pur roman de fantasy sur les légendes africaines, très peu traitées habituellement. L’autrice a réussi à mettre en valeur un monde magique à la mythologie vaste et fascinante. Le vocabulaire folklorique du départ est assez complexe et invite le lecteur à se concentrer pour s’imprégner du récit. Ensuite, tout s’enchaine, les personnages fuient et apprennent à se connaitre, au milieu d’un monde en profond changement, où la magie est partout, et surtout où on ne l’attend pas. L’autrice n’a pas hésité à faire souffrir ses personnages pour servir l’intrigue et emmener le lecteur vers une fin inattendue et puissante.

lls ont tué ma mère. Ils ont pris notre magie. Ils ont voulu nous éliminer. À présent, dressons-nous. Il fut un temps où la terre d’Orïsha était baignée de magie. Mais une nuit, tout a basculé, le roi l’a fait disparaître et a asservi le peuple des majis. Zélie Adebola n’était alors qu’une enfant. Aujourd’hui, elle a le moyen de ramener la magie et de rendre la liberté à son peuple – même si face à elle se dresse le prince héritier du trône, prêt à tout pour la traquer. Dans une Afrique imaginaire où rôdent les léopardaires blancs et où les esprits ont soif de vengeance, Zélie s’élance dans une quête périlleuse…

Le tome 2 sort en langue anglais à la fin de l’année, pour les français, il faudra attendre le début d’année prochaine !

La sélection de Fanny

Douze ans, sept mois et onze jours – Lorris Murail : Tic-Tac, Tic-Tac

Résultat de recherche d'images pour "Douze ans, sept mois et onze jours – Lorris Murail"
Douze ans, sept mois et onze jours par Lorris Murail 

Ce livre est comme qui dirait atypique. S’il est considéré comme thriller, je dirais qu’il est avant tout un roman psychologique. Ici, il faut oublier l’action, le thriller pur et dur et laisser place à l’interrogation, au suspense, car ce huis-clos présente une histoire à l’ambiance plutôt confuse. Pas très vendeur ? Détrompez-vous. Tout au long de l’histoire, on sent un secret peser. Oui, mais lequel ? Lorris Murail a su ficeler son histoire pour ne laisser paraître aucun indice. Jusqu’au bout, on s’interroge, on a du mal à saisir, jusqu’à ce que, petit à petit, le voile se lève. « Douze ans, sept mois et onze jours », c’est avant tout l’histoire de l’amour d’un père pour son fils. Et s’il y a bien une chose à retenir : si parfois nous ne comprenons pas les agissements de certaines personnes, c’est peut-être que nous ne connaissons pas toute l’histoire…

Résumé :

Une cabane perdue dans les forêts du Maine. C’est là que Walden est abandonné par son père. A partir de maintenant, le garçon va devoir se débrouiller pour survivre dans les bois. Avec pour seule richesse quelques boîtes de conserve, un livre de Thoreau et une carabine.

A la fin de chaque journée, Walden note son âge sur une écorce de rondin. Douze ans, sept mois et quatre jours, au moment où commence son apprentissage pour le moins étrange…

Article co-écrit par : 

Jess

Graziella

Fanny

Rendez-vous sur Hellocoton !