Like

Le coin lecture du mois d’Août : Gloire aux ainés

Le mois de Juillet a été caniculaire, alors, allez savoir pourquoi, j’ai décidé de consacrer la sélection du mois d’Aout aux « vieux ». Oui, c’est moche comme raccourci, mais c’est celui que j’ai décidé d’emprunter. Alors pour tous ceux qui pensent qu’une canne en bois et quelques rhumatismes riment avec vie morose, vous n’avez qu’à ouvrir l’un de ces romans et vous verrez que l’aventure est possible à tout âge, et surtout au troisième

Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire – Jonas JONASSON

source image: pressedelacite.com

Bienvenue dans la vie de Allan Karlsson! C’est à l’aube de son centième anniversaire (ha oui quand même, on aimerait bien y arriver déjà), qu’il décide de fuguer de sa maison de retraite. Charentaises aux pieds, il saute de sa fenêtre (j’aimerais vous y voir) et c’est sans le savoir qu’il va au devant d’un grand périple à travers la Suède. Entre rencontres avec des personnages aussi loufoques qu’attachants et retour sur une vie de presque cent ans qui marquera l’Histoire a un point que vous n’imaginez même pas! Lancez vous, il y a 500 pages,c’est drôle, décousu, détonnant (plus qu’on ne le croit), d’une logique loin d’être implacable, mais je vous le promets, vous serez triste de quitter ce bon vieux Allan à la fin du roman.

Et comment expliquez-vous que la draisine ait senti le cadavre quand on l’a retrouvée ?
– […] Vous pensez que c’est à cause de moi, monsieur le procureur ? C’est vrai que je ne suis pas encore mort, mais je suis quand même sacrément proche de la fin. Peut-être que je sens déjà le cadavre, qui sait ?

Mémé dans les orties – Aurélie VALOGNES

source image : senscritique.com

Si vous avez besoin d’un roman léger et facile à lire pour passer un bon moment en cette fin de mois d’aout, vous pouvez ajouter Mémé dans les orties  à votre wishlist, ou votre pile à lire.
Notre héro s’appelle Ferdinand, Ferdinand Brun. C’est un vieux solitaire, aigri et ronchon comme on en connait tous un. Entre sa fille expatriée à Singapour, sa femme qui l’a quitté pour le facteur (une de plus), et Mme Suarez la concierge qui ne plaisante pas, notre papi de 80 ans en a raz la casquette des femmes et compte bien se terrer et s’enterrer dans sa solitude. La mort de sa moitié, sa chienne Daisy, ne va arranger les choses. C’était sans compter sur l’irruption imprévue de la jeune Juliette et de la vieille Béatrice qui à grands coups de repas partagés, de cafés et de parties de bridges, vont lui redonner le goût de la vie, et surtout celui des autres.

Jamais eu de bol, moi avec les femmes !
– Mais dans quel siècle vous vivez, Ferdinand ? Aucune femme ne tolérerait un pour cent de vos actions ou de vos paroles ! Ou alors il faudrait la choisir amnésique…
Et puis arrêtez de tout mettre sous le signe de la malchance. Les femmes vous quittent, car vous les faites fuir. Point !

Les pétillantes – Didier FOURMY

4 femmes âgées, une résidence avec en guest une journaliste et deux héritiers venus régler quelques problèmes. Cela pourrait être le thème d’une nouvelle télé réalité. Bienvenue au Patio Secret ! La coloc version 3ème age ! Et si les vieilles années ressemblent à ça alors on a presque envie d’y être! Adieu les journées solitaires dans un rocking chair avec un chat sur les genoux ! Nos 4 héroïnes sont déterminées à profiter de la vie jusqu’au bout. Elles partagent leurs anecdotes croustillantes autour de bons repas bien arrosés, mais c’est aussi l’occasion pour elles d’aborder des thèmes moins réjouissants tels que la mort, le veuvage, les séparations… Certes peut-être sont elles loin de la réalité de la vraie vie, peut être sont elles un peu trop « clichés », peut être sont elles un peu trop vulgaires, mais elles nous mettent de bonne humeur et nous invitent à croquer la vie à pleines dent(ier)(s) avec elles et ca fait un bien fou !

« On ne refait pas sa vie, on la continue »

PS : le tome 2 est sorti !

source image : amazon.fr

Comment braquer une banque sans perdre son dentier – Catharina INGELMAN-SUNDBERG

Décidément! Nos amis suédois sont très productifs lorsqu’il s’agit d’écrire des romans sur fond de carte vermeil! Si nos veuves du Patio Secret n’étaient pas à plaindre, nos 5 pensionnaires du « Diamant » sont nettement moins satisfaits de leurs conditions de vie depuis que les nouveaux propriétaires ont revu les dépenses à la baisse. Conditions tellement mauvaises qu’ils viennent à faire le constat que les bandits incarcérés en prison ont un train de vie supérieur au leur. Il ne leur faut pas longtemps pour élaborer un plan qui va mettre un peu de piment dans leur vie plan plan : commettre un crime pour aller en prison! Märtha, le cerveau de la bande programme le casse du siècle. C’est fou ce l’âge apporte comme sagesse…
Vous imaginez qu’entre dentiers et déambulateurs, rien ne se passe comme prévu, et si aller au cachot ne devait être qu’un jeu d’enfant, le club des 5 va devoir s’armer de patience et multiplier les délits.

Le déambulateur grinçait un peu même si elle l’avait graissé avec de l’huile d’olive. Depuis qu’elle était entrée en collision frontale avec le chariot de ménage de la société de service, une des roues faisait des siennes. Mais pour un tel jour, aucune importance. L’essentiel était que le déambulateur eût un grand panier pour y mettre beaucoup d’argent.

source image : fleuve-editions.fr

Barracuda for ever – Pascal RUTER

source image : bobetjeanmichel.com

Dernier roman de la sélection mensuelle. Il aborde sous un autre angle l’âge et la déclinaison des gens qu’on aime. C’est en compagnie de Léonard, le petit fils, que nous découvrons Napoléon, 85 ans, animé par une furieuse envie de vivre et déterminé à ne pas dépérir en maison de retraite. Tous les deux vont faire les 400 coups, mais personne n’est dupe, pas même Léonard du haut de ses 10 ans, qui va lui aussi s’apercevoir que son ex boxeur de papi change et vieillit, quoiqu’il veuille en dire et faire croire.  Un livre très touchant et plein d’humanité qui aborde un thème difficile avec beaucoup de réalisme. Petit clin d’oeil à  l’éditeur a eu la très bonne idée de proposer une version jeunesse et une version adulte, parce que nous sommes dans le fond tous concernés.

Je croyais que vieillir il suffisait de pas vouloir, de dire merde, mais ça ne marche pas du tout comme ça. L’adversaire est trop fort, beaucoup trop fort et l’arbitre est un vendu.