5

La petite histoire #44 : le Bloody Mary

Le Bloody Mary, cocktail célèbre à la couleur sanguinaire a probablement déjà relevé votre palais. Mais d’où vient-il ? Et surtout, d’où peut bien provenir une pareille création ? Pour ce deuxième volet de la petite histoire des cocktails, direction la France, berceau de cette référence aujourd’hui mondialement connue.

Holly Shit, mais d’où vient ce bloody nom ?

Il était une fois de nombreuses légendes. Pirates, reines sanguinaires, écrivains, nombreuses sont les origines de l’appellation du Bloody Mary. Mais, une chose est sûre, il a été créé en France par un certain Ferdinand Petiot qui travaillait alors dans un bar parisien au nom très américain, le Harry’s New York Bar. Pour cette petite histoire, je vais secouer mon shaker, faire mon propre mélange afin de vous conter ce qui me semble être le plus juste.

©lefooding.com

Une première piste mène vers Marie Tudor (1516-1558), une jeune femme alors surnommée « Bloody Mary ». En effet, « Marie la sanguinaire » a été son surnom suite aux persécutions qu’elle a fait subir aux protestants. Mieux encore, nous pourrions retourner au temps des pirates, comme cela avait été le cas pour la petite histoire du mojito. La légende espagnole raconte que le pirate Mary Read, aussi sanguinaire qu’une certaine Marie Ière d’Angleterre, serait aussi à l’origine de ce nom.

©cahierslibres.fr

Quoi qu’en disent les origines, il y a une chose sur laquelle nous pouvons nous accorder : c’est que ce cocktail ne manque pas de piment et vous relève sacrément le palais (et pas celui de la reine) !

L’histoire, la vraie… ou pas. Mais nous aurons au moins eu le mérite d’essayer !

 

©Guidemmichlin.fr

Comme pour la petite histoire du Mojito, nous retrouvons à nouveau notre célèbre écrivain et journaliste Ernest Hemingway. En bon vivant et homme de goût, Ernest se rendait régulièrement au non moins fameux Ritz. Sa femme, Mary, devait le “charger” quand lui-même en tenait une bonne, de charge ! « Maudite Mary » pourrait donc être l’origine du baptême de ce breuvage fort en goût, puisque notre prix Nobel dans la crainte d’attirer le courroux de sa femme, aurait demandé à Ferdinand Petiot un cocktail inodore afin d’effacer tous soupçons.

Pour la petite histoire, il deviendra, bien des années plus tard, le préféré du chanteur Serge Gainsbourg !

©Daniel Hagerman

© facebook

George Jessel (1898-1981) avait l’habitude de mélanger en soirée le jus de tomate et la vodka et de ce fait aurait inspiré notre barman créateur, Fernand Petiot.

©jewishhumorcentral.com

La bloody recette sir

Notons que cette dernière a évolué au fil du temps pour devenir celle que je vous propose maintenant.

©simplyrecipes.com

Ingrédients, pour une personne, selon le 750 g :

  • sel de céleri,
  • poivre,
  • 1 trait de Tabasco,
  • 2 traits de sauce Worcestershire,
  • 0,5 cl de jus de citron;
  • 4 cl de vodka,
  • et enfin l’ingrédient qui lui donne sa couleur si typique : 12 cl de jus de tomates !

©demotivateur.fr

 Conclusion en chanson

Boire un petit coup c’est agréable
Boire un petit coup c’est doux
Mais il ne faut pas rouler dessous la table
Boire un petit coup c’est agréable (…)

Marcelle Bordas, 1948

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

Rendez-vous sur Hellocoton !