1

La petite histoire #62 : le flipper

Appelé également « billard électrique » ou encore « machine à boule », il est bel et bien question du jeu d’arcade et non pas du dauphin. D’où vient-il ? Quelle a été son année de gloire ? Zoom sur son histoire !

© Tout droit réservé

Le flipper se serait inspiré du jeu de Bagatelle (créé en 1777) et du billard japonais (en 1751). Il vaut sa naissance à la crise de 1929, également appelée « La grande dépression » : des mécaniciens et électriciens au chômage le mettent au point à ce moment là à Chicago. Il est alors pensé pour contenter le monde dans lequel vivait nos pairs : une société de débauche, dans laquelle l’alcool, les jeux d’argent et les machines règnent.

Source : Le Comptoir des Jeux

Et puis un jour, l’Amérique puritaine fait son grand retour. Le flipper, considéré comme un jeu de hasard et d’argent est pointé du doigt, et est interdit dans plusieurs grandes villes, notamment Atlanta en 1939 et New York en 1941.

En 1935, le flipper va connaître plusieurs changements. Il va posséder son propre transformateur, ses scores lumineux ou encore le champignon qui permet de faire rebondir la balle. En 1947, le « billard électrique » voit le jour. Il permet au joueur de contrôler la bille plus facilement et de tirer avec plus de précision. On lui enlève également toute notion d’argent : les parties gratuites voient le jour. Pof, ça a fait des Chocapics !

Le flipper connaît donc son heure de gloire à partir de ce moment là et ce, jusqu’aux années 90. On en retrouve dans les cafés mais aussi dans des salles de jeu spécialisées. Il fait pleinement partie de la culture populaire ! Petit à petit, il se fait tout de même remplacer par les jeux vidéo. Triste sort.







©Aurore Escamilla pour Le Ticket Mode

Rendez-vous sur Hellocoton !