3

La petite histoire #47 : l’école

« Qui a eu cette idée folle un jour d’inventer l’école ? C’est ce sacré Charlemagne, sacré Charlemagne ». Tout le monde connaît cette chanson, mais ce n’est pas parce que France Gall la chante, que c’est vrai. A bas les croyances populaires ! Non, Charlemagne n’a pas inventé l’école. Et pour vous le prouver, à l’approche de la rentrée scolaire, voici la petite histoire de l’école.

La première chose que l’on apprend à l’école, c’est lire et écrire, alors il est normal que l’histoire de l’école commence en même temps que celle de l’écriture.

Il y a bien longtemps, dans une époque lointaine, très lointaine…

Remontons 5000 ans avant notre ère. L’apparition de l’écriture met fin à la préhistoire, forme les premières civilisations et l’idée de l’école apparaît. Des petites salles de classe sont improvisées et les personnes sachant écrire, transmettent leur savoir. En Égypte, par exemple, les scribes apprennent l’écriture aux plus jeunes. Mais c’est du côté des Grecques que l’idée d’école se concrétise. Seul problème, l’accès est autorisé aux garçons des familles les plus riches. Un concept qui ne plaît pas au grand Aristote. Comme il l’a si bien dit : « L’école doit être réservée à tout le monde. » (Merci pour cette sagesse)

Portrait imaginaire de Charlemagne, par Albrecht Dürer.

Malgré l’apparition des établissements scolaires près des lieux religieux, ils restent tout de même réservés à l’élite. C’est à ce moment-là que Charlemagne fait son entrée.  L’ancien roi des Francs créa les premières écoles gratuites. Une bonne idée, qui laisse tout de même place à un « mais ». Très souvent, elles étaient réservées aux élèves qui se destinaient à une vie monastique. On note tout de même l’effort d’avoir rendu l’éducation gratuite.

Pour la petite anecdote : il se dit que Charlemagne ne savait même pas écrire.

Ainsi donc, pendant tout le Moyen-Âge, l’éducation est restée « sous la main » de l’Église. C’est également à cette période que les écoles monastiques (moine) et épiscopales (évêque), connaissent leur apothéose et leur déclin.

On avance dans l’histoire et nous voilà au XIIe et XIIIe siècle : l’apparition d’universités. Si au départ elles étaient vu comme de simple agrandissement d’école, elles sont rapidement devenues de réels lieux d’enseignements supérieurs. Celle de Paris a ouvert en 1215.

Bien plus tard, après le Concile de Trente (1563), un grand changement a lieu et les écoles arrivent dans les campagnes. Pour cela, on peut remercier Jean-Baptiste de la Salle. Il a consacré sa vie entière à la diffusion de l’éducation. Il crée un important réseau d’écoles primaires chrétiennes. Mais pas de panique, les adultes ne sont pas délaissés. Jean-Baptiste de la Salle a aussi créé les cours du soir pour les adultes.

Portrait de Jules Ferry

Sous la Révolution, l’école devient publique. Cependant, la gratuité et l’obligation d’y mettre ses enfants ont rapidement été abandonnées. Pour comprendre cela, il faut se remettre dans le contexte. A l’époque les enfants travaillaient, et les mettre à l’école représentait un manque à gagner pour les familles, surtout les plus pauvres.

L’obligation de l’enseignement n’arrivera que plus tard, sous Jules Ferry, en 1882. A cette période l’école laïque et l’école privée catholique se tire la bourre. Leur lutte prendra fin en 1904 lors de la séparation de l’Église et de l’État. Une séparation qui permet à l’école laïque de prendre le dessus.

Aujourd’hui…

En 5000 ans, l’éducation a beaucoup évolué mais il lui reste encore du chemin à faire.

L’école est obligatoire dans de nombreux pays et la France a la chance de faire partie de l’un d’eux. Beaucoup de pays ont encore un taux d’alphabétisation faible. L’Afghanistan, par exemple, avec un taux de 31,74% ou encore le Mali avec 33.56%.

(Chiffres de 2011 / Source : banquemondiale.org)

A cela s’ajoute de nouveaux enjeux, tels que le défi du numérique et l’éducation des femmes dans certains pays.

Le chemin sera long mais il faut profiter de la chance que nous avons. Le 3 septembre signe le retour de l’école après deux mois d’été bien mérité, et toute l’équipe du Ticket Mode vous souhaite une bonne rentrée des classes.

Rendez-vous sur Hellocoton !