4

La petite enquête sur les réseaux sociaux #2 : la politique

On vous en parlait il y a quelques mois, les réseaux sociaux n’apportent pas que des mauvaises choses dans la vie : ils sont parfois source de motivation et véhiculent de bonnes ondes. C’était le cas lors des midterms de 2018 aux États-Unis !

Si vous êtes un peu actifs sur Instagram, vous n’avez certainement pas loupé les appels aux votes de nos amies influenceuses lors des midterms en fin d’année dernière aux États-Unis. Liza Koshy, Gina Rodriguez, Eva Longoria ou encore Oprah Winfrey, elles furent nombreuses à appeler les minorités à s’exprimer en exerçant leur droit de vote.

View this post on Instagram

Todos tenemos por lo menos una razón para votar el 6 de noviembre. Para mis amigos en Texas, yo estoy con @betoorourke! Como madre latina, sé que tengo que votar. Yo voy a votar porque mi voto es mi voz. ¿Y tú? ¿Por qué vas a votar @georgelopez? Haz tu video con tu smartphone diciendo por qué vas a votar el 6 de noviembre y compártelo. /// We ALL have at least one reason to vote on November 6. To all my fellow Texans: I stand with @betoorourke! As a Latina, I know I have to vote. I’m voting because my vote is my voice. And you? Why are you going to vote @georgelopez? Make a video with your smartphone stating why you are voting on November 6 and share it. #LatinasenMarcha #YoVoyAVotar #LatinosStandUp #MidtermsMatter

A post shared by Eva Longoria Baston (@evalongoria) on

Présenté comme un challenge, la mécanique a été savamment pensée pour attirer et intéresser la jeunesse américaine en âge de voter : des selfies prouvant qu’on était allé voté, des reposts des influenceurs en story et une grosse fête « after vote », the place to be.

Un contexte particulier aux États-Unis

20 janvier 2017 : une partie de l’Amérique pleure, le reste du monde se réveille choqué.. Donald Trump est élu président des États-Unis d’Amérique. Entre frasques et mesures grotesques, Trump ne fait pas l’unanimité, notamment auprès des minorités. Sa volonté de construire un mur à la frontière mexicaine par exemple fait grand débat, à juste titre.

Instagram, un bon moyen de sensibiliser les plus jeunes ?

Une choses est sûre : les messages ont porté leurs fruits. Si tous les les utilisateurs d’Instagram ne sont pas forcément en âge de voter, il y a une volonté de la part des stars et influenceurs d’éduquer la jeunesse américaine, de les sensibiliser au vote et à la politique américaine.

Quel rôle jouera le réseau social lors des prochaines élections ? À l’instar des marques qui usent aujourd’hui de l’influence et de la micro-influence pour vendre leurs produits, les élections de demain ne reposeraient-elles pas sur la même mécanique ?

L’année dernière, un rapport montrait que la Russie avait usé de bots pour influencer les élections américaines, principalement via Instagram. L’expression « cyber propagande » est évoqué.

Quand ils véhiculent des bonnes choses, les réseaux sociaux peuvent être une merveilleuse arme. Il subsiste tout de même la crainte que nous basculions un jour dans un épisode de Black Mirror.

Rendez-vous sur Hellocoton !