7

King Marcel : rencontre avec l’un des créateurs du burger made in Lyon !

À Lyon, cela fait déjà 6 ans que King Marcel nous titille les papilles dans leurs jolis bistrots avec ses burgers fait maison. Sa réputation n’est plus à faire : des produits frais, authentiques, fabriqués à partir des meilleurs ingrédients locaux. Et, devinez quoi ? Qui dit meilleurs burgers du monde, dit forcément la capitale des Gones. Ainsi, plus besoin de plébiscite sur leurs goûts magiques. Alors c’est qui le patron ? Aujourd’hui, partons ensemble à la découverte de l’une des têtes pensantes de cette idée créative & gustative !

Mais au fait, est ce qu’il s’appelle Marcel ?

 

©King Marcel

L’idée bien pensée de Messieurs Christophe San Miguel & Jean-Christophe Cons, les chevronnés.

Alexandra : très clairement, nous savons tous deux que la croissance du burger est exponentielle depuis bientôt 10 ans (source franchise-restauration.fr). Mais ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est d’où vous est venue cette idée du burger gourmet sur ce marché dynamique du fast good. Même si j’ai ouïe dire que se fût une apparition lors de vacances au Pays Basque avec l’un de vos associés Jean-Christophe Cons. Avez-vous détecté une opportunité à saisir ? À Lyon, comme vous le savez le groupe Bocuse a lancé Ouest Express il y a quelques années prônant également la restauration rapide de qualité.

Christophe San Miguel : Tout d’abord, nous sommes partis d’un constat, avec Jean-Christophe, qui était l’envie de travailler ensemble. De plus, Jean-Christophe a une vraie passion et une réelle expérience dans le domaine de la restauration. Me concernant, je suis issu de marketing et de la finance. Pour nous, il y avait un réel intérêt à combiner nos compétences dans la gestion d’une marque avec une vraie culture de la restauration et surtout du bien manger. Lorsque l’on croque dedans, s’il ne se passe rien pour moi ça ne vaut rien. Si un client n’a pas de « waou effect » avec un produit quel qu’il soit, alors il faut recommencer jusqu’à l’optimisation du résultat final. Concernant le marché du fast good, nous n’en sommes pas à l’origine mais tout le monde à sa place.

©King Marcel, le Pagnol

Le frenchy burger a le vent en poupe 

Alexandra : à l’heure actuelle, l’objectif serait de développer plus de 50 restaurants dont 2/3 en franchise en France. Mais si on regarde en direction d’un développement à l’international. Les produits locaux ne sont pas toujours les meilleurs et équivalents. Prenons par exemple le Saint Marcellin de chez La Mère Richard, il est inimitable. Cela veut dire que vous adapteriez vos produits aux meilleurs ingrédients de chaque terroir et ainsi vous bénéficieriez de burgers uniques, toujours en collaboration avec de grands chefs pour l’élaboration. Ou alors, vous partiriez sur une stratégie marketing d’adaptation avec les mêmes produits mais cette fois en modifiant les ingrédients ?

Également, nous imaginons le concept au global avec des vins français, une ambiance de bistrot français et de la pâtisserie française. Nous souhaiterions garder la manifestation de l’identité française qui peut être déclinée est adaptable à chaque pays.

©King Marcel

Un roi bien nommé

Alexandra : et alors, qui est ce fameux Marcel ?

Christophe San Miguel : en créant le nom nous avons gardé l’origine américaine du burger en l’adaptant à notre France. Marcel est alors apparu comme une évidence du fait de sa prononciation facile dans toutes les langues mais sa sonorité qui incarne bien la France. Pour la petite histoire c’est aussi le prénom de mon grand-père.

©King Marcel

Alexandra : petite curiosité, est-ce parce que vous êtes fans de Mickaël Jackson que vous ayez adapté l’un de vos burgers à la sauce Marcel, le Marcel Jackson ?

Christophe San Miguel : absolument pas ! À partir du moment où nous avons choisi une forte identité de marque avec entre-autre dans notre logo le drapeau français, cela nous a amusé de décliner. Vous remarquerez que le slogan du Marcel Jackson est « eat it ». Le burger est un produit ludique, adaptable aux modes de consommation, la preuve est là, car nous avons décliné la gamme pour les veggies.

©King Marcel

Alexandra : et les réseaux sociaux vous permettent d’attirer le quotient sympathie ?

Christophe San Miguel : également, les réseaux sociaux nous permettent de nous éclater car ce produit est sympa et nous éprouvons du plaisir à lier travail et bonne humeur mais surtout à procurer joie et amusement à nos clients.

©King Marcel, le Michelin

Le profil du gourmet français

Alexandra : quel est votre client type ?

Christophe San Miguel : nous ne sommes pas sur le marché de base du burger du fait du ticket moyen à 14.50€ (la conséquence de la sélection de produits de qualité). La segmentation se fait surtout sur l’âge, en moyenne la vingtaine et actifs. Mais notre clientèle demeure vaste grâce, une fois de plus à notre politique du fast good.

Le CEO ©King Marcel et la rédactrice culottée

Alexandra : maintenant je vais rassembler tout mon culot, et Dieu sait que je n’en manque pas parfois, pour vous proposer une expérience unique… Déjà, vous ne trouvez pas qu’il manque quelque chose dans vos burgers ? Allez, je vous donne un indice, je suis une femme.

NDLR : à cet instant présent tout très sympathique soit-il je vous avoue que je n’en mène pas large… 2 solutions : soit j’ouvre une porte soit je m’en prends une bonne !

Alexandra : ensemble nous allons créer un burger au nom de Marcelle, 2 LLE. Et devinez quoi, en tant que rédactrice web j’ai naturellement son nom, le Marcelle Auclair. Femme de lettre, notre chère Marcelle est la co-fondatrice du magazine Marie Claire avec Jean Prouvost.

©FSTF, Marcelle Auclair

NDLR : Maintenant ma chérie tu n’as plus qu’à prier pour qu’il dise oui !

Christophe San Miguel: à méditer… L’idée est bonne mais nous devons trouver une façon intelligente de la réaliser.

La chinoiserie française d’une origine américaine

Alexandra : Voici arrivé le temps du moment personnel, l’intime portrait. Si vous étiez…

  • Un appareil domestique : un robot de cuisine Kitchenaid, parce qu’on peut tout faire avec du salé au sucré et, que forcément j’aime la cuisine.
  • Un animal : un panda parce qu’avec moi il n’y a pas 50 nuances de grey.
  • Une femme historique : Marcelle Auclair (rires), plus sérieusement Rosa Parks, car elle a eu le courage d’affronter le système. Elle est la femme qui s’est tenue debout en restant assise.
  • Un végétal : un bambou car il permet d’assainir tout en pouvant être envahissant.
  • Une œuvre d’art : un birdy kids, j’en ai chez moi et je trouve ça cool, frais et ludique.

©Birdy Kids

Alexandra : Un grand merci Monsieur San Miguel pour cet entretien et le temps que vous m’avez accordé !

Mmm… de délicieux menus à gagner

Parce qu’on aime vous gâter chez Le Ticket Mode et que King Marcel est super chouette, nous avons décidé d’organiser un petit jeu concours qui permettra à 2 personnes de gagner un menu complet pour 2 ! Pour se faire, rien de plus simple, il faut :

  1. Liker la page du Ticket Mode ;
  2. Mettre en commentaires sur l’article, 2 photos dans 2 bistrots King Marcel avec votre e-mail ;
  3. Nous vous enverrons alors votre voucher pour un menu complet pour 2 personnes offert.

©King Marcel

Un avenir radieux aux burgers merveilleux

Chers lecteurs, je n’ai plus qu’une seule chose à vous dire, le roi du burger gourmet pourrait bien devenir français grâce à ses produits frais !

My burger is French !

King Marcel

Rendez-vous sur Hellocoton !