Like

Journée Internationale des femmes : la parole est libre

#MaintenantOnAgit, une compagne forte réitérée hier par Françoise Nyssen, Ministre de la Culture, et Anne Hidalgo, Maire de Paris, pour l’illumination de la Tour Eifflel, à l’occasion du lancement de la Journée Internationale des femmes. Ce mouvement a été lancé le 28 février 2018 pour collecter des fonds au bénéfice des associations qui accompagnent quotidiennement les femmes victimes de violence.
Une journée symbolique qui trouve ses origines au cours du XXème siècle aux États-Unis et en Europe.  Égalité salariale, lutte contre le harcèlement sexuel, égalité dans la répartition des tâches ménagères, lutte contre le sexisme publicitaire, égale représentation des femmes dans les médias et dans la politique, la liste est encore bien trop longue. Le combat des femmes au quotidien ne se résume pas à une journée mais rappelle l’engagement dans cette lutte acharnée pour l’égalité.
A la rédaction, nous avons voulu ouvrir la parole et découvrir ces femmes célèbres ou non, qui ont forgé la vie de leurs enfants pour certains, ou leurs convictions pour d’autres.

George Sand, « féministe » avant l’heure

Comment ne pas penser à George Sand lors de la journée de la femme ?

https://culturebox.francetvinfo.fr/arts/photo/george-sand-et-la-photographie-une-histoire-tourmentee-218363

Jusqu’à sa mort en 1876 dans son Berry natal, Amantine Aurore Lucile Dupin de son vrai nom, n’a cessé de marquer son temps. Indépendante à souhait, l’une des figures les plus importantes de la littérature française du 19ème siècle mettait un point d’orgue à faire honneur à la notion de liberté, à une époque où la situation féminine était encore très précaire. Femme émancipée, la cause féministe n’était cependant pas une fin en soi pour celle qui se considérait avant tout comme un écrivain reconnu du monde des hommes. Qualifiée de « génie » par Balzac, ses romans « Indiana » et « Lélia » ont marqué les esprits, et ce sont ces deux œuvres qui auront forgé la notoriété de cette femme d’idéal.

Changer la condition des femmes sans pour autant en devenir sectaire, George Sand avait ainsi trouvé la parade afin de rester libre de ses mouvements dans la rue et dans les lieux publics, en prenant l’apparence d’un homme. Armée d’une veste et d’un pantalon, elle avait alors subi les critiques et les menaces de bon nombre d’hommes connus et influents de cette époque où la « provocation » était fort mal perçue, tout comme son idée de l’amour libre, qu’elle vécue avec passion. Loin des standards conformistes de l’époque, George Sand restera à jamais précurseuse d’un mouvement féministe un tantinet provoquant. La première femme publique et combattante, un exemple.

Écrit par Florent Ostermann


Élevé par une lionne

Le lion a toujours été présenté comme le roi de la jungle ? Lui qui dort quasiment tout le temps, tue les petits pour enfanter, attend qu’on lui ramène son repas ? Drôle de perception d’un roi… La lionne chasse, défend ses petits avec ferveur, quitte à y laisser sa vie.
Ils sont nés dans la jungle urbaine, avec pour discours ” vous n’en sortirez pas, ici la réussite est très difficile “. Certes les statistiques ne sont pas en leur faveur, mais que sont des chiffres face à la détermination d’une mère ?
Seule avec sa meute de trois enfants, elle ne s’est jamais plainte, n’a jamais fléchi. Elle a tenu un foyer, éduqué, soigné des “blessures”, chouchouté, aimé ses princes, elle qui est la reine du Royaume. Et tout cela, en consacrant sa carrière aux gens atteints du cancer.
Une vie de dévotion, de sacrifice pour hisser les siens, sans aucun repos.
Aujourd’hui grand-mère, elle jubile et décrit fièrement la beauté de ses petits enfants. Elle s’en occupe, tout en continuant de travailler désormais auprès des personnes âgées. Ce petit bout femme est leur plus belle richesse et mérite cet hommage.
Le combat d’une femme devenue mère célibataire ne fera jamais les gros titres, ne fera jamais sauter les foules. Pourtant, ce sont elles les vraies héroïnes des temps modernes, celles à qui vous devez la vie. N’oubliez pas que comme le disait Médine “Pour respecter les femmes, on n’attendra pas le 8 mars”.
Ecrit par Jess Parisot

Emma Gonzalez : le symbole d’une génération qui se bat contre les armes

https://heavy.com/news/2018/02/emma-gonzalez-blasts-trump-nra/comment-page-2/

Emma Gonzalez est une rescapée de la tuerie du 14 février, dans le lycée Marjory-Stoneman-Douglas, en Floride. Cette étudiante de 18 ans a marqué les esprits par son discours au cours d’une manifestation d’hommage, trois jours après cet évènement tragique.

Son intervention, remplie d’émotion, a fait ressortir un message fort contre la vente d’armes aux États-Unis et contre les politiques, dont Donald Trump, ayant des liens avec les lobbyistes de l’armement.

Elle montre à quel point la jeunesse est capable de comprendre la situation politique de son pays et plus encore, qu’elle est prête à faire bouger les choses. Aujourd’hui, sans elle et l’engouement pour son message sur les réseaux sociaux, le président des États-Unis n’aurait peut-être jamais annoncé vouloir passer l’âge légal de vente d’armes de 18 à 21 ans.

Cette avancée peut être insignifiante pour certains, mais si chacun parvenait par son engagement à avoir autant d’impact qu’Emma Gonzalez, de grands changements pourraient naître.

Ecrit par Sylveur Gausserand


Les femmes de ma vie

La femme – sous toutes ses couleurs et coutures – est un sujet de réflexion bien complexe. Chaque être humain de la planète possède une femme dans sa vie : mère, femme, amante, sœur, copine, tante et tant d’autres possibilités. La complexité de la femme est indéniable. Encore plus pour nous autres du sexe opposé, pardi ! Une certaine légende urbaine traite la femme de “sexe faible”. Quel oxymore énormissime !
Pour parler de choses simples, imaginons-nous que le corps féminin est capable de protéger un autre corps humain tout en l’aidant à se développer. Faible, vous dites ? Cette capacité à donner un amour inconditionnel à un autre être. Faible, toujours ? Bon, rappelons le quand même, perfection – bien que de genre féminin – n’est pas l’apanage de la femme. Cette incompréhension quand votre chère et tendre attend de vous que vous compreniez un jour ce qu’elle a voulu, ce qu’elle veut et ce qu’elle voudra et cela avant même que son propre cerveau ne fasse de connexions. Ça vous parle, messieurs ? Impossible d’imaginer un monde sans toutes ces femmes. La société évolue et chaque sexe aussi. La femme de demain est clairement différente de celle du XVIIIème siècle et sur tous les plans. Néanmoins, sa place et son influence restent la même. Et pour notre plus grand plaisir. Nous ne le disons peut-être pas assez, mais notre monde est bien meilleur quand vous en faites partie. Sachez le !
Écrit par Ric Moungs
Rendez-vous sur Hellocoton !