Like

“In a heartbeat” : quand le film d’animation défend la banalisation de l’amour homosexuel

In a heartbeat est un court-métrage de 4 minutes mettant en scène un coup de foudre. Banal, vous dîtes ? Et pourtant il a fait le buzz. Déjà parce qu’il est mignon à souhait. Mais aussi car il s’agit  du premier court-métrage d’animation mettant en scène l’amour homosexuel.

Un bel engouement

Tout commence en Floride. Deux étudiants du Ringling College of Art and Design, Beth David et Esteban Bravo lancent en novembre dernier une campagne participative sur le site Kickstarter, permettant ainsi aux internautes le désirant de financer le projet. Le but était de récolter 3 000 dollars. Cela a été un franc succès puisque cet objectif a été atteint au bout de trois heures ! Mieux encore, ce sont près de 14 000 dollars qui ont été recueillis au total.

Un amour pur, innocent, controversé

In a heartbeat (” En un battement de cœur” en français)  raconte le coup de foudre d’un adolescent, Sherwin, pour Jonathan. Il nous montre l’amour sous sa forme la plus pure et la plus innocente qui soit. Sherwin, jeune homme timide et maladroit observe de loin son crush et vit les sensations que nous connaissons tous. Vous vous souvenez de votre cœur qui bat fort quand vous voyez cette personne, au point que vous avez l’impression qu’il va sortir de votre poitrine ? Et bien, c’est exactement ce qui arrive à Sherwin. Mieux encore, malgré ses efforts pour le retenir, son cœur sort littéralement  de sa poitrine pour aller à la rencontre de Jonathan. Grâce à l’espièglerie de ce petit cœur, les deux jeunes hommes se rencontrent enfin et se rapprochent. Mais,les regards de leurs camarades du collège auxquels ils vont être confrontés auront raison de cette histoire et le cœur de Sherwin va finir par se briser. Nous ne vous en dirons pas plus. Happy end ou pas ? Découvrez le en regardant le court-métrage.

La représentation de l’amour homosexuel dans les films d’animation : On en est où ?

In a heartbeat” narre une histoire d’amour belle, mais en soit banale. Néanmoins, elle innove sur le choix de ses personnages. En effet, c’est la première fois qu’un film d’animation met en scène des homosexuels en personnages principaux. Certains ont auparavant  essayé mais ont reçu un accueil plutôt mitigé. Récemment, une scène suggérant une attirance homosexuelle dans La Belle et la Bête a fait polémique. La scène a même été censurée dans plusieurs pays. Le Monde de Dory s’est vu victime d’un appel au boycott suite à l’apparition brève d’un couple supposé de lesbiennes.

Le couple supposé lesbien – “Le Monde de Dory”

Dans ces deux cas, l’homosexualité est suggérée, à peine évoquée et pourtant, les réactions négatives se sont multipliées. Pire encore, un pasteur américain, Kevin Swanson, a expliqué à la radio que La Reine des Neiges était une “apologie à l’homosexualité et à la zoophilie”. Oui, vous avez bien lu.

Selon ses dires, la chanson “Libérée, délivrée” est en fait une métaphore : Elsa y dévoile son homosexualité. Pire encore? Il affirme que l’irréfutabilité de cette théorie est prouvée puisqu’ Elsa n’a pas de prince à la fin du dessin animé. Une reine sans roi, vous comprenez…  Nous qui pensions que cela n’avait pour unique but de montrer aux enfants qu’il était possible d’être accomplie et heureuse même sans prince. Et le girl-power dans tout ça ?

Le supposé coming-out d’elsa- “La Reine des Neiges”

Malheureusement, les studios d’animation ont encore du travail à faire pour que l’apparition à l’écran de couples homosexuels soit banalisée. L’engouement autour de In a heartbeat permettra t-il aux grands studios d’oser se lancer ? Les producteurs l’espèrent :  “On était conscient du fait que ça [ le court-métrage] pourrait éventuellement constituer un petit pas vers la normalisation de l’amour LGBT, et aussi pour que des studios plus grands commencent à faire pareil”.

 

Au delà de mini-révolutionner l’animation grâce aux personnages homosexuels, ce court-métrage permet également d’aider les adolescents ayant du mal à assumer leur sexualité. A un âge où le regard des gens est on-ne-peut-plus important, il semble primordial de les aider à comprendre qu’il est normal d’être attiré par une personne du même sexe.

Le combat doit également se faire auprès des jeunes hétérosexuels : leur montrer que les sentiments et ressentis sont les mêmes, que l’on soit hétérosexuels ou homosexuels : la timidité, le fait de rougir devant l’autre, le cœur qui bat la chamade, la peur que ce ne soit pas réciproque, la peur des regards extérieurs. Faire comprendre aux jeunes que l’amour est le même, qu’il soit entre un homme et une femme, deux femmes ou deux hommes, permettra d’éviter des futurs Kevin Swanson.

Rendez-vous sur Hellocoton !