1

IAM, empereurs du rap français

Les années 90. On était en bas, direction l’épicerie pour un mister freeze à 2 francs , on mettait des ensembles Sergio Tacchini avec Air Max. Les heures à jouer au foot. Les discussions des nouveaux groupes à la mode. Il n’y avait pas booska-p à l’époque ! IAM avait déjà fait parler d’eux mais un beau jour de 1997, le choc, le groupe sort un album qui a un énorme impact sur les jeunes et les moins jeunes: L’école du micro d’argent. La société, les relations sociales, autant de sujets qui sont traités dans cet album. Le métro, les graffitis, les personnes à la rue. Les jeunes qui se prennent pour des gangstas et veulent grandir plus vite que la musique. En quelques années, le groupe devient incontournable et une valeur sûre du paysage musical français. Qui sont ces marseillais qui ont fait danser tout l’Hexagone et ont feater avec le célèbre Wu Tang? Pourquoi IAM restera l’un des meilleurs groupes de rap français? IAM impose un style fort. On croirait presque que ce sont des grands frères qui nous parlent dans chaque morceau. Bienvenue dans l’univers complexe de IAM.

 

Avant toute chose, pour nous ambiancer mais aussi pour rappel et/ou découverte pour certains, en avant pour un morceau connu de IAM. Vous dansez le mia avec nous?

Source: Youtube

I AM, vous avez dit I AM?

L’histoire du groupe IAM débute véritablement en 1989 dans les environs de la ville de Marseille.  Il est composé de Akhénaton (Philippe Fragione), Shurik’n (Geoffroy Mussard), DJ Khéops (Eric Maze), Imhotep (Pascal Perez), Freeman (Malek Brahimi) et  Kephren (François Mendy).

Le groupe s’est formé au fil des années depuis 1984-1985 avec pour point de départ Akhénaton. Il se construit autour de références égyptiennes et extrêmes-orientales avec notamment leur nom de scène. Le nom IAM aurait plusieurs définitions en plus de sa traduction littérale en anglais – “Je suis” – et il serait question de  sigles pour “Imperial Asiatic Men” ou encore “Indépendantistes Autonomes Marseillais” ou la signification “le temps qui passe” en Arabe.
Et leur discographie?
En 1991 sort le premier album du groupe: De la planète Mars . Il s’écoule à près de 100 000 exemplaires. IAM expose un style propre à lui et s’impose sur la scène du rap français.  Les titres parlent essentiellement du quotidien des jeunes à Marseille. Avec un titre comme Tam Tam de l’Afrique – le groupe y parle de l’esclavage – IAM aborde un sujet plus large.
En 1994, l’album Ombre est Lumière démontre la force des membres du groupe avec des textes à la fois engagés et légers associés à des musiques toujours plus entrainantes. Le titre phare est Je danse le Mia. En 1995, IAM gagne les Victoires de la Musique et participe à la bande sonore du film La Haine de Matthieu Kassovitz. Le groupe impose encore plus sa présence dans le monde du rap français.
1997 est l’année de la consécration avec l’album L’école du Micro d’Argent.
Les années 90 voient l’apogée de la musique de IAM. Leurs albums parlent à la jeunesse et chaque sortie est une consécration. Ils confirment leur image de leader du rap en France. Certains des membres ont eu des carrières solo qui ont ponctionnées. On parlera notamment de Bads boys de Marseille d’Akhénaton ou L’palais de justice de Freeman.

Focus: L’école du Micro d’Argent

“Un escalier de fer
Un couloir étroit et obscur
Au fond de ce couloir une porte entrouverte
D’où nous parviennent les accords d’une musique
Qui en ce lieu paraît irréelle […] C’est le côté obscur de la force”

Cette voix qui raisonne dans notre tête… Quoi de mieux que le début de l’Empire du côté obscur pour commencer la présentation de L’école du micro d’argent. Comment ne pas faire un focus sur l’un des meilleurs albums de l’histoire du rap français avec Suprême NTM des fameux rappeurs du 93 ou encore Mauvais oeil de Lunatic. Attention nous ne réduisons pas la carrière de IAM simplement à cet album. Simplement, il est mythique et le projet phare du groupe marseillais. Mais comment juger un bon album ? Quand tu n’es pas capable de dire quels morceaux tu préfères tellement ils sont tous bons. Quand vingt ans plus tard tu prends une claque à chaque morceau. Car oui, quand on regarde la tracklist, quel morceau nous laisse sur notre fin ?

Résultat de recherche d'images pour "l'école du micro d'argent album"

On se souviendra du 18 mars 1997. Disque d’or dès le premier jour, 300« On sait ce que tu es quand on voit ce que tu possèdes. Petit frère le sait et garde ce fait en tête. » 000 à la fin de l’année et 1,6 millions aujourd’hui, soit l’album le plus vendu dans l’histoire du rap. Pourquoi une telle popularité ? Pour les sujets abordés, pour la prise de position, de conscience. Pour le niveau de la plume. Dans une France qui voit ses banlieues surpeuplées s’embraser et subir la crise pendant que la France d’en haut ignore ce qu’il se passe.

Quelques punchlines marquantes à notre sens

« On sait ce que tu es quand on voit ce que tu possèdes. Petit frère le sait et garde ce fait en tête. » – Petit frère

« La monnaie est une belle femme qui n’épouse pas les pauvres. » – Nés sous la même étoile

« Tenter le diable pour sortir de la galère, t’as gagné frère. Mais c’est toujours la misère pour ceux qui poussent derrière. » – Demain c’est loin

L’expérience de la rédaction

Que dis tu Jess?

10 ans, premier Walkman, envie d’en profiter tout fier. Direction la chambre du grand frère pour emprunter une cassette discrètement. IAM « l’école du micro d’argent ». C’est parti pour l’école. On quitte la cité le temps de la journée direction Paris et l’école. Le métro, petit au milieu des grands, les yeux fixés sur le monde. Puis passe dans les oreilles, « Demain c’est loin », « quand tu allais on revenait » et arrive « Petit frère ». Dernier d’une fratrie de 3, le morceau avait tout son sens. Habillé en C&A il était évident que « ça passe mieux quand tu portes un Geogio Armani ».

Mais comment faire ? Prendre des bottes de sept lieues ou patienter et pousser les études ? Car pas facile quand tu n’es pas « Né sous la même étoile ». 20 ans plus tard, cadre devenu grand frère, toujours le même morceau dans les oreilles. Rien a changé ? Ce morceau est toujours d’actualité,  IAM restera l’un des meilleurs groupe du rap français. On l’écoute encore avec nos grands frères et à chaque fois c’est la même réflexion sur la société car comme c’est si justement dit dans Demain c’est loin “« Je parle du quotidien, écoute bien, mes phrases ne font pas rire. »

Que dis tu Ric?

1997. IAM passe en boucle dans les radios. Comment ne pas scander Petit Frère avec les textes engagés qui nous prend aux tripes? Les paroles nous parlent tellement. On se dit que les grands frères marquent un grand coup.

La fameuse cassette à la pochette rouge nous nargue sur les étalages des vendeurs. Il nous la faut absolument, l’original. Pas question d’avoir une banale copie. On économise. On conserve les quelques francs donnés par les parents. Et le jour J arrive, on a enfin le Graal entre les mains. On déchire la pochette plastique des qu’on rentre à la maison et direct dans le radio-cassette. Un vrai délice pour les oreilles! Le groupe IAM a clairement bercé cette jeunesse où l’on se découvre et où nous voulons parfois grandir plus vite que le temps. Au final, nous rappelle que le grand frère est là et veille à ce qu’on garde les pieds sur terre mais aussi nous fait découvrir le monde.

Nous voilà revenus de la planète Mars et c’est toujours aussi dingue. Deux heures que la musique tourne, les albums défilent et on est encore choqué à chaque phase. Est ce que des morceaux nous feront encore cet effet ? Toujours la meme question de nostalgie. La musique nous a réuni, le rap nous a fait écrire en équipe car nous aussi on veut délivrer un message. D’abord le partage d’une passion car la musique adoucit les mœurs mais aussi qu’il ne faut pas être spectateur du désespoir car demain n’est pas si loin. Alors petit frère, pour éviter l’enfer évite le coté obscur !

 


– Article co-écrit par Jess et Ric –

Rendez-vous sur Hellocoton !