1

Les hommes sont cons, les femmes casse-couilles

“Les hommes sont cons, les femmes casse-couilles”. Nous l’avons tous pensé au moins une fois, Julie Aymard en a fait une pièce. Utilisant les clichés sexistes, elle nous sert un spectacle face auquel on ne peut bouder son plaisir.

 

 

Un scénario classique aux rebondissements inattendus !

S’il y a bien un anniversaire à ne pas oublier, c’est bien celui de ses 10 ans de relation. Même si celui-ci a lieu le jour d’un match aussi important qu’un PSG-OM ! Pourtant, Minou l’oublie. Mais hors de question que Pupuce s’en rende compte, elle le lui ferait payer toute sa vie ! Usant de divers stratagèmes, il tente de se jouer de sa femme en improvisant des surprises, plus ou moins réussies. Son habilité à mentir combinée à la naïveté de Pupuce lui permettent de se sortir de situations rocambolesques : comment faire d’une conserve de saucisses-lentilles un cadeau romantique ? Minou vous donne la solution !

A la scène comme à la ville

La complicité entre les comédiens est indéniable. Les sourires, les regards, tout nous donne l’impression d’assister à un moment de vie d’un vrai couple. Et pour cause, Julie et Julien Aymard, les comédiens, sont ensemble dans la vie, comme à la scène ! Jouer ensemble a toujours été une évidence. Jouer leur propre spectacle également. Avant « Les hommes sont cons, les femmes casse-couilles », le public a pu les voir réunis sur scène dans la pièce « Bienvenue à la CAF », également écrite par Julie.

© Julie-Julian Aymard

Pourtant, Julie se destinait en premier lieu à une carrière d’assistante sociale et a commencé des études à l’IRTS de Nancy. En première année, elle décide de tout quitter pour le théâtre. Julian, de son côté enchaînait les petits boulots, sans grande conviction et était chanteur/guitariste. C’est Julie qui se chargeait de lui trouver des endroits où se produire. C’est à 20 ans qu’ils se sont lancés dans l’écriture de leur premier spectacle, comme ça, pour rigoler. Dès la première de celui-ci, ils ont su: le théâtre était ce qu’ils voulaient tous les deux. Se sont ensuite enchainés Festival d’Avignon, tournées dans toute la France, etc.

Genèse de la pièce

Trois semaines. C’est ce qu’il aura fallu pour que « Les hommes sont cons, les femmes casse-couilles » voit le jour, en juin 2016. L’écriture s’est faite en une semaine. Julie nous explique « J’ai l’impression que ça sommeillait en moi, je l’ai écrite chez moi, dans mon lit, en une semaine. De temps en temps Julian venait me voir, je lui lisais ce que j’avais écris, il hurlait de rire, c’était bon signe! Une fois terminée, nous en avons fait plusieurs lectures et correction, nous l’avons répété et Julian a fait la mise en scène. ».

Du vécu ? Il y en a ! Par exemple, lorsque Minou débarque sur scène, affublé d’une robe de soirée et d’une perruque. Julian l’a fait au début de leur rencontre. Moment important dans la vie du couple puisque c’est à ce moment que Julie s’est rendu compte qu’elle était amoureuse, tellement cet homme la faisait rigoler !

Une complicité certaine, des improvisations donnant lieu à des fous-rires, une interaction avec les spectateurs, une écriture simple et efficace, un scénario inspiré de moments de vie dans lesquels chacun peut se retrouver : voici LA recette de réussite de cette pièce. Besoin de rigoler, de décompresser, de passer un moment ? Foncez à La comédie du onzième !

Rendez-vous sur Hellocoton !