1

Études à l’étranger: véritable parcours de vie et de survie

Aujourd’hui, le monde est complètement ouvert ou presque. Avec Internet, le téléphone et les réseaux sociaux, il est désormais tellement facile de découvrir un pays à l’opposé de la planète ou encore une culture minoritaire dans une contrée lointaine d’un continent à l’opposé géographique du sien. L’une des méthodes qu’utilise la jeunesse pour cette ouverture au monde sont les études. Et oui…partir de chez soi et choisir un apprentissage. Au travers de ce dernier, s’imprégner de la culture d’ailleurs. Il existe ainsi tout un tas de programmes d’études pour assouvir sa soif de découverte. Il s’agit d’un vrai challenge car le pays ou la ville choisie peut présenter des caractéristiques complètement différentes de ce que l’on connait. La nouvelle du futur départ est toujours une bonne nouvelle. Et pourtant, il s’agit du début du reste d’une nouvelle vie et pour peu que l’on décide de s’implanter dans le pays d’accueil, l’enjeu est d’autant plus grand.

Emile Zola écrivait: « Rien ne développe l’intelligence comme les voyages« . C’est ainsi que partir de chez soi est une vraie sortie hors de sa zone de confort. Par conséquent, réussir à atteindre ses objectifs comme par exemple des études – tant bien que mal – est une récompense ultime dans son développement personnel.

« Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page » – Saint-Augustin

Source: Youtube

Les formalités de départ

Décider de partir est la première étape d’un long parcours. Il faut maintenant se renseigner sur les formalités pour un séjour long dans le pays choisi ou du moins pour le temps de son apprentissage. De plus, partir au Mexique au départ de la France par exemple ne demande pas les mêmes démarches que partir du Ghana pour la France. A cela se rajoute la nationalité du futur étudiant qui apporte son lot de conditions également. Bref, la chasse à l’information est ouverte. Mode ON activé pour l’administratif.

En fonction de son pays d’origine, les démarches pour voyager peuvent s’avérer plus ou moins contraignantes. Entre justificatifs de ressources à trouver et fournir, réservation de logement ou encore inscription pour son apprentissage, bien des aventures sont en prévision avant d’aboutir à l’obtention de son visa d’études. Patience et persévérance sont là indispensable ! A bien y réfléchir, peu importe le pays du monde où l’on se rend, on sera toujours considéré comme l’outsider ou encore l’étranger. Cela peut s’avérer un avantage ou se convertir en gros inconvénient.

Il est temps. L’heure du départ approche. Les dernières accolades avec la famille et/ou les amis, les pleurs, la tristesse et la joie en même temps. Et c’est parti !

Source: Giphy

L’arrivée dans le pays d’accueil

Etudier dans un pays étranger n’est pas une sinécure. En effet, il faut « s’ajuster » aux normes du nouveau lieu de vie. Pour peu que les comportements et les habitudes soient très opposés, il peut apparaître un réel décalage. Il n’y  plus qu’à s’armer de patience et à s’imprégner de la culture locale.

Parlons de ce jeune ivoirien qui arrive en Île-de-France pour ses études en Master Technologies de l’Information à l’université de Nanterre. La cadence de vie, l’individualisme, les regards froncés, le manque de sourires, le réseau des transports tellement sinueux…tant de différences dans les rapports humains pour lui qui est habitué à la convivialité avec autrui même des inconnus. Il va falloir s’adapter et vite.

Déjà étudiant dans son pays, il adore la culture et rencontrer du monde. Quoi de plus magique que d’arriver dans cette partie de la France réputée justement pour la diversité culturelle. Il n’a que l’embarras du choix pour ce qu’il veut faire. Encore un gros temps d’adaptation pour profiter pleinement de cette opportunité magnifique d’enrichissement personnel.

La vie en terre étrangère

Plusieurs éléments entrent en ligne de compte dans une nouvelle vie hors de ses terres: la langue, les coutumes, les relations inter-personnes, les saisons. La capacité d’adaptation et le courage sont des « armes » de choix pour s’en sortir. Avec le temps, il est indéniable que l’on finit par effectuer des choix de vie en lien avec son environnement et ses objectifs. Travailler pour s’intégrer et gagner un peu d’argent pour assurer sa vie quotidienne? S’inscrire dans une association en lien avec une passion ou une envie de découverte? Manger locale? autant de questions qui finissent par demander des réponses….uniquement si on choisit de décider de ce que sera sa vie en terre étrangère. Il est également possible de juste suivre les possibilités et opportunités qui se présentent sans les provoquer. La vie est un choix, n’est-ce pas? 

….et on s’y installe définitivement?

Il arrive quelquefois que la vie dans ce pays d’adoption convienne à l’étudiant. Il décide donc de ne plus retourner dans son pays à l’issue de ses études. Un autre combat débute. Il faut trouver du travail, changer son statut d’étudiant étranger en celui de salarié. En fonction de son dossier et de son parcours de vie dans cette contrée étrangère, cette démarche administrative peut s’avérer fastidieuse. 

C’est ainsi que choisir de s’installer en France par exemple n’est pas de tout repos. Il faut par exemple déjà trouver un employeur qui acceptera de suivre toute la procédure d’embauche d’un salarié de nationalité étrangère. Les méandres de l’administration impose d’être motivé et positif.  Néanmoins, cela n’est pas impossible et atteindre cet objectif est le début du reste de la fameuse nouvelle vie.

Prenons l’exemple de cet étudiant de nationalité ougandaise étudiant en France. Après un semestre d’études au Mexique, il décide qu’il veut s’y installer. Son semestre a été révélateur de ce qu’il voulait. Il se rend compte qu’effectuer cette démarche ne sera pas de tout repos. En effet, il est étranger dans son pays d’études et veut partir pour un autre pays étranger. Et oui, la vie n’est pas simple. E c’est reparti pour des démarches à n’en plus finir !

Décider de partir de ce que l’on a toujours connu pour un monde différent est un choix courageux et risqué. Néanmoins, les bénéfices sont indéniables. S’ouvrir à une nouvelle culture ouvre notre âme et notre cerveau à la différence. Montaigne disait que « les voyages forment la jeunesse« . Il est vrai que ne pas se sentir chez soi peut être un sentiment désagréable. Il est toujours vrai que la vie d’étranger peut avoir son lot de complications. Néanmoins, on dévient des spécialistes de la vie et de la survie. Alors, voyagez et instruisez-vous. Votre cœur et votre cerveau vous en seront reconnaissants à vie !

Rendez-vous sur Hellocoton !