Like

Doums, un premier EP solo éblouissant

Attention, talent ! Si Doums est surtout connu pour bosser en collectif, il sait aussi sortir des perles en solo. Pour preuve, le natif du 9ème arrondissement de Paris vient de lâcher son premier projet, qui s’intitule Pilote. Un Skeud de haut-niveau.

Notre ami Doums est un habitué de la scène et des studios. Même s’il n’avait jusqu’ici jamais proposé de projet en solitaire, on a pu le voir et l’écouter à de nombreuses reprises sur des titres interprétés par ses potos, ses frères, des pointures de la nouvelle génération du (vrai) rap français : Nekfeu, dont il est le soutien vocal sur scène, Lomepal, Sneazzy et Alpha Wann ont déjà partagé des sons avec ce phénomène, également très en vue lorsqu’il s’agit de poser des punchlines en  freestyle : il a ainsi souvent mis le feu sur Planète Rap, en compagnie de ses acolytes.

Un premier opus a son image

Dès l’Intro, Doums plante le décor. Une dédicace à ses frangins du rap, mais aussi un regard hyper réaliste sur sa ville, son terrain de jeu, Paris, et plus particulièrement le neuvième arrondissement. Un focus que beaucoup de rappeurs ont eu avant lui, mais dans un style différent. Au fil des pistes, on se rend compte à quel point son nouveau succès et sa nouvelle notoriété peuvent être perturbants, non seulement pour lui, mais aussi pour son entourage. Tantôt sombre, tantôt enthousiasmant dans les paroles, les prod’ restent posées et terriblement efficaces. Un savant mélange, saupoudré d’une amertume assez tenace. Propre à son style, propre à lui-même.

Des collaborations logiques

Tout au long de l’EP, Doums ne manque pas d’en placer une pour son squad. Entre l’Entourage, mais aussi le S-Crew, le MC ne manque pas de potes, tous animés par le même amour pour les flows qui ne laissent pas indifférents. Et cela se ressent davantage dans les feats présents sur Pilote : 2zer Washington (S-Crew, l’Entourage), Alpha Wann (1995, l’Entourage) et Zuukou (Ligue des Ombres). Rien que ça.

Nekfeu et Doums, une affaire qui roule – BestImages

Ajoutez à cela des cadors à la prod, avec Hologram Lo’ (1995), Hugz ou encore Nepal, avec qui il performe sur le projet 2Fingz. Le garçon, du haut de son mètre 98, sait s’entourer de beatmakers et de emcees qui flambent, aussi bien dans les lyrics que dans les instrus.

Bref, Doums frappe fort avec un EP qui s’écoute à n’importe quel moment de la journée, quel que soit votre humeur. Si les paroles tranchent avec les mélodies, ce n’est pas un hasard, tant le rappeur semble lui-même au carrefour entre deux mondes ; le sien, celui qui l’a révélé, et le second où la notoriété a tendance à être aux antipodes de la personnalité du jeune homme. Si l’ensemble de l’œuvre peut paraitre répétitif au premier abord, les notes groovy et les feats amènent clairement une plus-value au projet. Sans parler du passage à la guitare électrique en guise de conclusion sur le morceau Jeunes Retraités. Détonnant, Doums ne fait définitivement pas dans l’entourloupe.

Crédit Vidéo : Skyrock FM – Planète Rap

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !