Like

Défi 1 mois sans alcool … la fête est-elle plus folle ?

L’alcool tient une place particulièrement importante dans la vie d’adulte et est rapidement synonyme de vie sociale bien remplie. Oui mais, que se passe-t-il lorsqu’on ne boit pas ? Ou quand on arrête de boire ? Rétrospective d’un mois sans une goutte d’alcool.

 

L’alcool est le plus grand allié des repas de famille, des soirées entre amis ou des afterworks entre collègues. Si son aspect convivial et social est incontestable, son apport calorique et ses conséquences sur l’organisme le sont tout autant. Dans une société où les verres s’enchaînent, où on boit pour partager et échanger, les boissons alcoolisées deviennent vite un partenaire de sortie récurent. Face à ce phénomène, un défi est né : faire un mois sans alcool et en constater les conséquences.

Un corps en désintox

Le premier effet constaté fut rapide et portait sur l’aspect global du corps, et notamment du ventre. La taille est apparue plus fine, moins gonflée au niveau de l’estomac. En effet, on oublie souvent que l’alcool comporte bon nombre de calories. Quelques verres, se transforment vite en surplus à la fin de la semaine. Ainsi, une fois cet apport supprimé, les résultats se font rapidement sentir.

La peau, quant à elle, apparaît moins grise et plus lisse. Chacun sait que l’aspect de cette dernière est un miroir de l’organisme, et cette affirmation a encore une fois été confirmée durant cette expérience. Cette dernière est plus lumineuse, de même pour la chevelure, qui retrouve force et brillance.

La qualité du sommeil se trouve également améliorée. Un élément important puisque la fatigue est le pire ennemi de la volonté.

À noter que ces résultats interviennent bien évidemment dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée. Ils ne pourront être les mêmes avec une consommation quotidienne ou presque de junkfood par exemple.

En 2013, 14 journalistes du New Scientist s’étaient également prêtés à l’expérience. À la fin de cette dernière, ils s’étaient soumis à plusieurs tests médicaux. Ces derniers ont démontré une baisse de 15% en moyenne du taux de graisse dans le foie, de 16% en moyenne du taux de glucose dans le sang, et une perte d’un peu plus d’un kilo en moyenne, sans avoir modifié leurs habitudes alimentaires.

0 alcool = Une épreuve sociale

Durant ce mois sans alcool, l’impact sociétal d’une telle décision est fortement apparu. En effet, l’entourage a bien du mal à comprendre pourquoi s’engager sur ce chemin et éliminer les boissons alcoolisées de ses habitudes. Bien souvent, les amis cherchent à vous faire céder, trouvant mille excuses, mille ruses, afin de vous amener à la limite de la culpabilité. Les jugements fusent, et l’impression d’être incompris, mis à l’écart peut vite arriver.

Lors d’une soirée dans un bar, un barman lance un regard dédaigneux face à la commande d’un jus de fruit. La famille montre sa déception au refus d’un verre de vin pour le repas dominical. Les amis se demandent quelle mouche vous a piqué. Tous les membres de votre entourage y vont de leurs commentaires, comme si cette décision, qui vous appartient, impactait leur vie d’une manière douloureuse.

Floor van Bakkum de l’institut Jellinek affirme ainsi à Vice : « Pour beaucoup de gens, le plus difficile n’est pas d’arrêter l’alcool pendant un mois mais plutôt d’avoir à supporter les commentaires des autres. Vous devez vous préparer à des commentaires acerbes. »

Une chose est certaine, arrêter l’alcool permet également d’expérimenter et d’apprendre beaucoup socialement. Se retrouver complètement sobre au milieu d’amis pompettes, voire soûls, est particulièrement perturbant. Les comportements parfois limites, et sûrement déjà adoptés par votre personne, vous sont renvoyés à la figure. Et vous qui êtes généralement le créateur d’ambiance, vous apparaissez vite comme ennuyant pour la plupart des acteurs de la soirée. Vous pouvez retrouver un témoignage particulièrement intéressant ici.

Le bilan d’un mois sans alcool

En grandissant, l’alcool devient vite une norme, un lien entre deux personnes. Pour se retrouver, la phrase la plus courante prend la forme d’un “On va boire un verre ?”. Le simple fait de souhaiter fêter quelque chose s’incarne par l’expression alcoolisée “Champagne !”, signe de la célébration par l’alcool. Au fond, cet élément devient un corollaire de vie sociale, de bonheur et de fête. Il apparaît alors bien difficile de s’en passer. Pour autant, arriver à lui conserver une place exceptionnelle, est plus que bénéfique pour la santé, les relations humaines et… le porte-monnaie.

 

Rappelons également que le résultat dépend de votre rapport initial avec l’alcool.

 

Pour ceux pour qui l’anglais ne fait pas peur, retrouvez l’étude/article de New Scientist ici.

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.