1

De Coco Chanel à l’intelligence artificielle

Comment elle le prendrait à ton avis si Coco, elle savait qu’aujourd’hui, tu peux porter une petite robe noire conçue par… Une intelligence artificielle ?

C’est en 1926 exactement, que Mme Chanel révolutionnait la mode féminine en nous dévoilant l’éternelle petite robe noire. Depuis ce jour, la petite robe noire est devenue un indispensable dans le dressing de beaucoup de femmes et un grand nombre d’autres créateurs en ont sorti leurs modèles. Bien que le vêtement ne soit plus très original aujourd’hui, je vais vous en présenter un modèle tout à fait atypique. En effet, la marque Glitch te propose en 2019 de t’acheter une robe conçue par une intelligence artificielle.

What the f*** ?

C’est Pinar Yanardag et Emily Salvador qui sont à l’origine de tout ça. Il s’agit de deux étudiantes diplômées du Massachussetts Institute of Technology qui ont fondé un logiciel utilisant l’apprentissage automatique. Avec l’apprentissage automatique, une machine peut comprendre et exécuter par elle-même certaines tâches sans recevoir aucun ordre d’origine humain. Ce logiciel de machine learning a donc généré des modèles de vêtements qui ont été par la suite transmis à des stylistes qui les ont créées et rendues réels et c’est comme cela que la marque Glitch est né.

Également, les deux jeunes femmes ont développé un outil qui permet aux utilisatrices de générer et de choisir leur propre design de robe selon leurs goûts. Dingue non ?

Le petit truc en plus de la marque 

Bien que l’idée de remplacer la créativité des cerveaux humains par des machines soit un peu flippante, les deux étudiantes ont avant tout le désir de faire passer un message à travers ce projet. Elles souhaitent encourager les femmes à entrer dans le domaine de l’intelligence artificielle (domaine qui est encore de loin majoritairement étudié par des hommes). Ainsi, pour cela 50 % des bénéfices générés par les ventes du modèle de la petite robe noire de la marque Glitch est reversé à l’organisation à but non-lucratif AnitaB.org qui soutient les femmes dans les domaines des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques.

Le concept du vêtement virtuel prend donc une sacrée avancée avec le travail de ces deux femmes. Les avis restent semble-t-il encore assez mitigés auprès des consommatrices appartenant au « grand public », car plus de 50 % des acheteuses sont des femmes travaillant dans le secteur de la technologie. Sans doute trop nouveau, trop onéreux et « So Black Mirror » pour se laisser tenter, mais si le concept continu à se développer et que le côté « Girl Power » est mis en avant, cela va forcément attiser les curiosités. Et toi, t’en penses quoi ?

Rendez-vous sur Hellocoton !