Like

Daria, une icône avant-gardiste et féministe

Il y a comme un air de nostalgie au sein de la rédaction, car oui les années 90 nous manquent cruellement : choker, poster, pins, tamagochi, stickers et autres babioles qu’on aime retrouver dans nos placards lors des rangements du dimanche soir. Mais aujourd’hui, c’est une autre icône des années 90 que l’on veut retrouver : Daria.

Daria, une série iconique

Avant tout, petit rappel pour les plus jeunes : Daria est une série d’animation américaine créée par Susie Lewis Lynn et Glenn Eichler. A l’origine, Daria est un personnage secondaire issu d’un spin-off intitulé Beavis et Butthead dans lequel elle apparaissait. Une héroïne atypique qui plait et qui se voit prendre la tête d’affiche dans une série éponyme qui a été diffusée à partir de 1997 sur MTV. 5 saisons et deux films plus tard, Daria, cynique et un brin audacieuse, est devenue une icône de l’adolescence rebelle.

Daria, c’est une fille brillante qui n’a pas pour ambition de se faire une place dans ce “triste monde tragique”. Une heroïne féminine qui  traverse toute sorte de problématiques relatives à l’adolescence. Une fiction animée proche de la réalité qui légitime un certain malaise vécu par la majorité des adolescents. Et c’est bien en cela que cette série ne prend pas une ride, car oui, la crise existentielle propre à l’adolescence est trans-générationnelle, on cherche tous à valoriser notre différence et vivre paisiblement notre anticonformisme.

Ne t’inquiète pas, je ne me sous-estime pas du tout, ça c’est une erreur. C’est tous les autres que je sous-estime.Daria (épisode 1 - 'Les Egocentriques')
20 ans après, Daria a toujours sa place !

La série repose sur des personnages assez caractéristiques de la majorité des lycées : on y retrouve la pompom girl en couple avec le quaterback (loin d’eux l’envie d’étudier) l’intello, le pervers, l’artiste, la gothique, les fashionistas, le tout entouré par des adultes aux névroses chroniques et symptomatiques des maux de notre société moderne.

«Maman se sent coupable de travailler autant ce qui évidemment l’empêche de se sentir coupable pour vouloir travailler autant… Papa se sent coupable de n’être pas autant impliqué dans son travail mais il pense que c’est mal de se sentir coupable pour cela donc il se cache derrière sa consommation de drogue, Quinn se cache derrière un masque d’ignorance et de naïveté et est effrayée de regarder à l’intérieur d’elle-même de peur de n’y rien trouver, et pour ma part je suis tellement sur la défensive que je fais en sorte que les gens me détestent pour que je ne me sente pas mal quand c’est effectivement le cas. C’est bon je peux y aller ?»Daria

Des carastéristiques, caricaturales certes, mais qui ont guère évolué avec le temps et qui restent très ou trop proches de la réalité. Une série qui n’a pas une ride malgré ses vingt printemps.

Daria, les prémices d’un féminisme adolescent

La série Daria est résolument féministe et assumée, un parti pris presque étonnant pour une chaîne de télévision qui, d’autant plus aujourd’hui, est loin des problématiques de genre et de droits des femmes. Alors en quoi cette série pour ado est-elle engagée ?

Chaque personnage féminin issu de la série se construit dans une société qui met en exergue les inégalités et les problématiques rencontrées par les femmes à différentes étapes de leur vie.

Quand on s’intéresse d’un peu plus près au personnage de Daria, on voit bien qu’elle est totalement en marge de son monde, qu’elle observe avec dérision. Une anti-heroïne qui adopte une attitude associable et une véritable rebelle des stéréotypes féminins qui va à l’encontre de ce qui se passe dans ce microcosme de société qu’est son lycée.

Au-delà d’une volonté féministe dans la construction des personnages, il y a un profond engagement des créateurs de présenter l’ensemble des minorités. La série promeut un féminisme intersectionnel, notamment au travers du personnage de Jodie, amie de Daria, une intellectuelle noire confrontée à des discriminations raciales et sexistes.

http://www.slate.fr/story/109575/daria-feminisme-intersectionnel

En résumé, Daria c’est une série intelligente et audacieuse qui murît avec le temps mais qui ne vieillit pas, une série féministe qui promeut la diversité des genres et de l’anticonformisme. En bref, une série qui a façonné une génération et qui peut encore vous en apprendre beaucoup sur notre société actuelle et sur les relations sociales.

Rendez-vous sur Hellocoton !